Synthèse de presse

19 décembre 2017

12h44 | Par INSERM (Salle de presse)

L’Inserm favorable aux 11 vaccins obligatoires

L’Inserm a rendu publique hier une « mise au point » sur les 11 vaccins qui vont devenir obligatoires pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, souligne l’ensemble des médias. L’institut estime qu’augmenter la couverture vaccinale comporte des bénéfices individuels mais aussi collectifs. Selon l’Inserm, « la vaccination devient un débat d’opinion souvent mal informé ». L’Inserm apporte des éléments « scientifiquement prouvés » sur l’efficacité et l’innocuité des 11 vaccins. « Les effets indésirables, quand ils existent, sont généralement mineurs et de courte durée », estime l’institution. Selon cette dernière, diverses études ont infirmé la suspicion de liens entre la vaccination contre la rougeole et l’autisme, ou celle contre l’hépatite B et la sclérose en plaques. Par ailleurs, « au vu des données disponibles à ce jour à l’échelle internationale, avec un recul d’utilisation de 90 ans et des centaines de millions de doses injectées, l’innocuité des sels d’aluminium contenus dans les vaccins ne peut être remise en cause », ajoute l’Inserm.

Pourquoidocteur.fr, Topsante.com, Destinationsante.com, Legeneraliste.fr, 18/12, La Croix, 19/12

Reprise du communiqué de presse du 18/12 “Que dit la science à propos des 11 vaccins qui seront obligatoires en France en 2018 pour tous les enfants ?”

MST : une étude lancée sur une infection source d’infertilité féminine

Une étude promue par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), baptisée i-Predict, est lancée pour savoir s’il faut proposer systématiquement aux jeunes femmes le dépistage des infections génitales dues à la bactérie Chlamydia, causes d’infertilité, indiquent l’AFP, France 5 et Allodocteurs.fr. Les responsables de l’étude soulignent que l’infection par cette bactérie Chlamydia trachomatis, qui passe la plupart du temps inaperçue, est la plus répandue des infections sexuellement transmissibles (IST/MST) bactériennes chez les jeunes femmes de 18-24 ans. « D’où cette étude actuellement en plein recrutement des volontaires dans les services de médecine préventive universitaires et qui s’appuie aussi sur les services de gynécologie de l’hôpital Cochin (Paris), du Centre hospitalier de Poissy et des CHU de Bordeaux et de Nice », précise à l’AFP Elisabeth Delarocque-Astagneau (UVSQ-université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines/Inserm), responsable de l’étude.

France 5, Allodocteurs.fr, 17/12, AFP, 18/12

En Bref

 

Jean-Charles Guéry, chercheur au centre de physiopathologie de Toulouse Purpan (Inserm/Université Toulouse III-Paul Sabatier/CNRS), a expliqué au Quotidien : « Quand on regarde les courbes d’incidence de l’asthme allergique selon l’âge et le sexe, on s’aperçoit qu’avant dix ans, la maladie allergique touche davantage les garçons que les filles mais que cette tendance s’inverse à la puberté ». Jean-Charles Guéry, qui a réalisé des travaux sur l’influence hormonale sur l’immunité, a indiqué : « Le récepteur aux androgènes pourrait représenter une nouvelle cible thérapeutique (…) ».

Le Quotidien du Médecin, 18/12

Reprise du communiqué de presse du 22/05 “Hommes/femmes : pas tous égaux face à l’asthme allergique

L’Organisation mondiale de la santé affirme que la mortalité liée à la grippe et ses complications à l’échelle mondiale a été revue à la hausse par rapport aux chiffres donnés ces dernières années. Les pays en développement sont les plus touchés, de même que les personnes âgées, indique Santemagazine.fr. « Les nouveaux chiffres, compris entre 290 000 et 650 000 décès, reposent sur des données plus récentes issues d’un groupe de pays plus large, incluant des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, et excluent les décès dus à des affections autres que respiratoires », précise l’OMS.

Santemagazine.fr, 18/12

Dans une lettre publiée dans Nature, des chercheurs du département de médecine de l’université de Californie et de San Francisco (UCSF) montrent, chez la souris, que le poumon constitue un site important de production de plaquettes et héberge des cellules souches hématopoïétiques.

Le Quotidien du Médecin, 18/12

Le Figaro constate « l’étrange poussée du diabète de l’enfant ». Depuis 2010, l’incidence du diabète de type 1 augmente de 4,5% par an en France. Cette hausse est observée dans de nombreux pays développés. Des chercheurs suédois des universités de Linköping et de Skane, dont les travaux sont publiés dans la revue Diabetologia, ont montré que l’obésité maternelle en début de grossesse augmentait le risque d’environ 20% de diabète de type 1 pour l’enfant.

Le Figaro, 19/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube