Synthèse de presse

20 novembre 2012

11h58 | Par INSERM (Salle de presse)

Découverte d’un nouveau facteur de susceptibilité génétique de la maladie d’Alzheimer

Deux études, publiées conjointement dans le New England Journal of Medicine, montrent que « le gène TREM2 multiplie par trois le risque de maladie d’Alzheimer à début tardif », indique Le Quotidien du médecin. « La découverte d’un gène nouveau de susceptibilité des formes tardives de maladie d’Alzheimer, TREM2, appartenant au système microglial macrophagique, expliquerait l’accumulation de plaques amyloïdes par un défaut d’épuration », ajoute la revue. Ces deux études, l’une islandaise, l’autre internationale avec la participation d’équipes françaises, dont le Pr Philippe Amouyel, directeur de recherche Inserm à Lille et l’un des auteurs principaux, permettent de « relancer l’hypothèse de traitement immunitaire de la maladie », souligne le journal.

Le Quotidien du médecin, 19/11
Communiqué de presse : « Un nouveau facteur de susceptibilité génétique de la maladie d’Alzheimer découvert grâce à l’étude d’une maladie rare »

Le sommeil des Français

Dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), l’Institut de veille sanitaire (InVS) révèle que « le repos nocturne des Français dure en moyenne 7h13 », rapporte Direct Matin. Ce temps de repos est considéré comme insuffisant par la majorité des personnes interrogées, âgées de 15 à 54 ans. L’insomnie chronique affecte 16% des Français, particulièrement les femmes (19%) qui sont touchées tout au long de leur vie. Les hommes, en revanche, sont concernés par l’insomnie surtout en vieillissant (18% entre 45 et 54 ans, contre 3% pour les 15-19 ans). Par conséquent, un Français sur cinq indique souffrir au moins trois fois par semaine de somnolence, selon l’InVS. Un Français sur vingt s’endort même quotidiennement dans la journée.

Direct Matin, 20/11

En Bref

Le Monde consacre un article à « la résistance aux antibiotiques [qui] devient préoccupante dans plusieurs pays européens ». La Journée européenne de sensibilisation au bon usage des antibiotiques, qui a eu lieu le 18 novembre, a permis aux autorités sanitaires de rappeler qu’il y a urgence à réduire la prescription de ces médicaments. Marc Sprenger, directeur du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), qui a institué cette journée en 2008, souligne : « Au cours des dernières années, il y a eu dans toute l’Europe une augmentation de la résistance, voire de la multirésistance aux antibiotiques chez  des bactéries aussi courantes que K. pneumoniae et E. coli ». La Direction générale de la santé (DGS) appelle à « une mobilisation de l’ensemble de la population ». Le Monde, 20/11

Le Quotidien du médecin rend compte du lancement de l’étude Alpadir par le Pr Michel Reynaud (hôpital Paul-Brousse, Villejuif), visant à évaluer l’efficacité du baclofène dans le traitement de l’alcoolo-dépendance. Une autre étude (l’essai Bacloville), coordonné par le Pr Philippe Jaury (université Paris-Descartes), a, quant à elle, démarré il y a plus de cinq mois. Ces deux études « vont peut-être apporter d’ici à 2014 les preuves de sûreté et d’efficacité du baclofène réclamées par l’Agence nationale de sûreté des médicaments (ANSM) », souligne la revue. Le Quotidien du médecin, 19/11

Des chercheurs de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) « ont réussi à refaire marcher des chiens atteints de paralysie après des lésions sévères de la moelle épinière », grâce à une greffe de cellules olfactives, explique Le Figaro. 23 chiens (des teckels) ont participé à l’étude, publiée dans Brain et coréalisée par le Pr Robin Franklin, spécialiste des cellules souches à l’université de Cambridge. Suite à ces résultats, les scientifiques britanniques comptent désormais expérimenter cette technique régénératrice sur des humains atteints de lésions médullaires comparables. Ils espèrent ainsi rétablir certaines fonctions motrices. Le Figaro, 20/11
Le Quotidien du médecin souligne « le potentiel des cryogels dans la régénération tissulaire ». Ces cryogels, testés par l’équipe de David J. Mooney aux Etats-Unis, « sont comme des éponges ultrasophistiquées ». Ils peuvent « se déformer au point de pouvoir être injectés au travers d’une aiguille sous-cutanée » et « retrouver très précisément leur forme de départ, une fois passés dans l’organisme », explique la revue. Cette dernière souligne que cette « nouvelle technologie de délivrance » peut être utilisée pour « la libération prolongée de biomolécules » ainsi que pour l’« acheminement de greffes cellulaires jusqu’à un site désiré ». Le Quotidien du médecin, 19/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube