Synthèse de presse

21 mai 2013

12h32 | Par INSERM (Salle de presse)

La recherche sur le sida, 30 ans après la découverte du VIH

Il y a 30 ans, le 20 mai 1983, le virus du sida était identifié par Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi à l’Institut Pasteur de Paris, soulignent Le Monde, Le Figaro, Aujourd’hui en France, 20 Minutes et Le Généraliste. « Alors que l’Institut Pasteur, s’apprête à célébrer, par un colloque scientifique, trente ans de recherche sur le VIH, la chercheuse », estime que, pour « arriver à un vaccin contre le sida », « il faudra faire bouger les dogmes sur lesquels repose la recherche dans ce domaine » souligne Le Monde. Elle explique dans une interview accordée au journal : « Nous devons ouvrir de nouvelles voies, car tous les candidats vaccins, tous les vecteurs pour les transporter, élaborés à partir d’une approche empirique, ont été des échecs ». Et d’ajouter que ces nouvelles pistes « viendront d’un retour à la recherche fondamentale, mais, je le répète, à condition que les chercheurs s’affranchissent des dogmes ». Le Pr Luc Montagnier, qui effectue toujours des recherches pour vaincre le sida, souligne, dans Aujourd’hui en France : « La piste des cofacteurs microbiens est très intéressante et peut se développer très vite. Si elle est confirmée, l’épidémie sera réduite. J’espère bien voir la fin du sida ! ».

Le Généraliste, 17/05, Le Figaro, Aujourd’hui en France, 20/05, Le Monde, 20 Minutes, 21/05

Création de cellules souches humaines par clonage

Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par Shoukhrat Mitalipov (université de la santé et des sciences d’Orégon, Etats-Unis), dont les travaux sont publiés sur le site de la revue Cell, « démontre la possibilité d’obtenir des cellules souches embryonnaires avec la technique du transfert nucléaire », indique Le Monde. Après avoir réussi en 2007 le clonage de cellules souches chez le singe, Shoukhrat Mitalipov et ses collègues y sont également arrivés chez l’homme, en « perfectionnant le procédé de transfert nucléaire à partir du noyau de cellules de peau d’un nouveau-né de 8 mois », explique le journal. Selon Shoukhrat Mitalipov et son équipe, les cellules souches embryonnaires obtenues par transfert nucléaire (CSE-TN) présentent plusieurs avantages par rapport à la technique des cellules iPS, dont une moindre fréquence d’anomalies chromosomiques. Michel Pucéat (Inserm, Université Paris Descartes, Génopole d’Evry) estime que « dans cette technique à la différence de celle des iPS, les mitochondries et leur ADN proviennent de cellules jeunes, les ovocytes, ce qui est intéressant. De plus, elle utilise les propriétés naturelles de l’ovocyte sans avoir, comme avec les iPS, à forcer l’expression de certains facteurs qui remodèlent la machinerie du noyau de la cellule somatique ».

Le Monde, 18/05

En Bref

La Croix rend compte de l’étude « IRM Coma », réalisée par l’unité de neuroréanimation de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris en partenariat avec le service de neuroradiologie et l’Inserm. Dix centres de réanimation en France et en Belgique ont participé à ce travail, qui « vient de donner lieu à deux publications dans la revue Anesthesiology », explique le journal. Grâce à l’IRM, « il est possible de prédire le devenir de certains patients dans le coma », souligne le quotidien. La Croix, 21/05

A partir d’aujourd’hui, la vente de l’antiacnéique, largement prescrit en tant que contraceptif, Diane 35 et ses génériques est suspendue en France, indique Le Figaro. Mais, l’Agence européenne du médicament a émis un premier avis « défavorable à une suspension de l’autorisation de mise sur le marché » de ce médicament, ajoute le quotidien. Ce dernier souligne que « la décision finale reviendra à la Commission européenne ». Le Figaro, 21/05 

Dans le procès du Mediator, Jacques Servier, président fondateur des laboratoires du même nom, et quatre cadres comparaissent, à partir d’aujourd’hui, au tribunal de Nanterre, pour « tromperie aggravée », « alors qu’une instruction est en cours » au pôle santé du tribunal de grande instance de Paris, soulignent Le Monde et L’Humanité. Le Monde, L’Humanité, 21/05
L’AFM-Téléthon lance officiellement, avec CDC Entreprises, le premier fonds d’amorçage dédié aux biothérapies innovantes, qui ciblent les maladies rares à 80% d’origine génétique, rapportent Les Echos. Ce fonds est doté d’un montant initial de 50 millions d’euros et est souscrit « à hauteur de 30 millions d’euros par l’AFM-Téléthon et de 20 millions d’euros par le Fonds national d’amorçage (FNA), géré par CDC Entreprises pour l’Etat dans le cadre du programme des investissements d’avenir (PIA) », souligne le quotidien. Son objectif est de « faire émerger des start-up et de leur donner les moyens de développer les thérapies les plus innovantes, qui ont atteint un degré de maturité suffisant pour passer au stade clinique », précise le journal. Les Echos, 21/05

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube