Synthèse de presse

22 octobre 2013

11h34 | Par INSERM (Salle de presse)

Grossesse et cancer

Dans un travail inédit réalisé par Rachel Ferrere, jeune psychologue, et publié dans Psycho-Oncologie, la question de la grossesse et du cancer est abordée, indique Libération. Selon la chercheuse, « on estime qu’une femme sur 1 000 a appris durant sa grossesse qu’elle était atteinte d’une maladie cancéreuse ». Et d’ajouter : « Chaque année en France, 350 à 750 femmes présentent un cancer du sein pendant leur grossesse ». Le quotidien souligne que, lors du premier trimestre, une interruption thérapeutique de grossesse est systématiquement proposée. En revanche, pour les grossesses plus avancées, « tout est possible », souligne le journal. Rachel Ferrere indique : « Nous avons été admiratifs, ces femmes arrivent à mettre en place des stratégies d’ajustements, elles arrivent à trouver un point d’équilibre entre elle et leur bébé ou futur bébé, même si ce n’est pas toujours parfait ». Selon la chercheuse, « il y a deux processus en jeu, tous les deux terriblement mangeurs d’énergie : se soigner et s’occuper de l’enfant. Elles ne peuvent pas les mener toujours ensemble, au même moment, mais cela s’équilibre ». 

Libération, 22/10

9,5 millions de personnes ont une maladie chronique

Selon l’Assurance-maladie, 9,5 millions de personnes souffrent, fin 2012, d’une maladie chronique, soit 220 000 de plus qu’un an plus tôt, révèlent Les Echos. Ces patients sont pris en charge à 100% par la Sécurité sociale pour leur pathologie. Le quotidien souligne que la progression de ces maladies est « régulière et inexorable ». Le nombre de malades chroniques augmente, chaque année, de 2%, 3% ou 4%. En 2012, cette hausse était de 2,4%. Une partie de cette évolution s’explique par le vieillissement de la population, la plupart des pathologies affectant plus particulièrement les personnes âgées. L’âge moyen des patients en affection de longue durée est de 62 ans. Il est supérieur à 65 ans pour le diabète et les cancers, et 70 ans pour l’insuffisance cardiaque ou l’hypertension artérielle sévère. Les Echos indiquent que « même si elles arrivent loin derrière, la maladie d’Alzheimer et les autres démences avancent rapidement, frappant près de 290 000 personnes dont l’âge moyen est de 83 ans ». L’amélioration du dépistage et de la prise en charge de certaines pathologies, ainsi que l’évolution des modes de vie expliquent également cette progression des maladies chroniques. Les maladies psychiatriques (épisodes dépressifs, psychose…) coûtent plus de 21 milliards d’euros par an (15% du budget de l’assurance-maladie). Le diabète, l’hypertension et l’excès de cholestérol représentent une dépense de près de 20 milliards d’euros, les maladies cardiovasculaires plus de 15 milliards d’euros, et les cancers, plus de 11 milliards d’euros par an pour l’Assurance-maladie.

Les Echos, 22/10 

En Bref

Valérie Legout, médecin, directeur international recherche et développement à la Fondation Jérôme-Lejeune, fait le point, dans La Croix, sur « les avancées en matière de recherche sur la trisomie 21 ». Elle souligne : « Si l’Etat ne finance pas directement la recherche thérapeutique sur la trisomie 21, plusieurs essais cliniques soutenus par la Fondation Jérôme-Lejeune sont en cours ». Des progrès importants ont été réalisés dans la compréhension de la maladie et la mise au point de molécules potentiellement thérapeutiques. Valérie Legout cite plusieurs recherches en cours, dont celle menée par Roche. Ce dernier « recrute actuellement plusieurs centaines de personnes afin de tester un médicament-candidat jouant sur l’un des neurotransmetteurs du système nerveux, le GABA ». Cet essai devrait débuter l’année prochaine.La Croix, 22/10

Le Pr Allen Frances, psychiatre américain « connu pour avoir façonné la psychiatrie américaine en étant le grand ordonnateur (…) de la DSM4, c’est-à-dire le livre de diagnostics des maladies mentales », « dénonce la tendance à voir des psychoses partout », explique Libération. Dans son essai, intitulé « Sommes-nous tous des malades mentaux ? », il dénonce le surdiagnostic. Il indique : « Depuis quand le fait d’être un sujet à risque équivaut-il au fait d’avoir une pathologie ». Libération, 22/10

Les Echos se penchent sur « les organes artificiels » qui « suscitent de nombreux espoirs ». « Présenté il y a quelques mois au Science Museum de Londres, l’homme artificiel Rex (pour ‘‘robotic exoskeleton’’) rassemble tous les progrès récents de la science dans la conception d’organes artificiels », explique le quotidien. Ce dernier souligne que cette tendance au remplacement des organes défaillants par des prothèses très sophistiquées, alors que la demande de transplantations explose, pose « des questions éthiques ». « Jusqu’où reconstruire  le corps humain ? », s’interroge le journal. Les Echos, 22/10

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube