Synthèse de presse

29 octobre 2013

13h01 | Par INSERM (Salle de presse)

Journée mondiale des AVC 

Dans le cadre de la Journée mondiale des AVC qui a lieu aujourd’hui, Le Figaro indique que selon une récente publication dans la revue The Lancet, une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Valery Feigin de l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande, le nombre d’AVC chez les 20 à 64 ans a augmenté de 25% en vingt ans au niveau mondial. Actuellement, les AVC de ce groupe d’âge représentent 31% du total des accidents cérébraux, contre 25% en 1990. Mathieu Zuber, chef de service de neurologie à Paris Saint-Joseph, explique que ces chiffres sont « une vraie surprise » et ajoute : « on a effectivement l’impression qu’il y a de plus en plus de jeunes porteurs de risques vasculaires en raison d’une mauvaise hygiène de vie : obésité, sédentarité, alimentation de mauvaise qualité… ». En France, un AVC survient toutes les quatre minutes et 500 000 personnes souffrent de séquelles motrices ou intellectuelles des suites d’un AVC. L’accident vasculaire cérébral représente la troisième cause de mortalité en France. De fait, les symptômes (hémiplégie, aphasie, ou à l’inverse les troubles de compréhension, troubles de la vue ou encore les vertiges et maux de tête) doivent pouvoir être rapidement détectés pour une prise en charge efficace. Les techniques actuelles permettent d’agir jusqu’à 4 heures et demie après le début des troubles, mais la destruction neuronale est rapide (2 millions/minute). Mathieu Zuber insiste sur le fait qu’« environ 20% des personnes qui font un AVC ont eu ces symptômes dans les jours qui ont précédé leur accident ».

Le Figaro, 29/10

Nouvelle piste pour la maladie d’Alzheimer

Le Quotidien du Pharmacien souligne qu’une équipe de chercheurs de l’université de Leicester au Royaume-Uni, dirigée par Giovanna Mallucci, vient de démontrer, dans une étude publiée dans Science Translational Medicine, qu’un inhibiteur de kinase Perk administré per os « permet de bloquer la neurodégénérescence dans un modèle murin de maladie neurodégénérative avec mauvaise conformation des protéines ». Des résultats qualifiés de « tournant historique » dans la maladie d’Alzheimer par le quotidien The Independant. Stéphane Haïk, directeur de recherche à l’Inserm Maladie d’Alzheimer-Maladies à prions de l’Institut du Cerveau de la Moelle Epinière (ICM) considère pour sa part que « les résultats de cette étude sont très intéressants » et que « C’est une toute nouvelle piste thérapeutique dans les maladies neurologiques conformationnelles des protéines, et en cela, les travaux méritent d’être salués. Il n’existe aucun traitement convaincant à l’heure actuelle. Mais les résultats obtenus sur ce modèle murin expérimental de tremblante sont très loin d’une quelconque application dans les maladies à prions, et le sont encore moins dans la maladie d’Alzheimer ». Autre réaction, celle de Luc Buée, neurobiologiste directeur de recherche Inserm à Lille, qui précise que « C’est très loin d’être suffisant pour conclure à l’efficacité de la molécule dans la maladie d’Alzheimer. La caféine dans l’eau de boisson a aussi donné de bons résultats dans un modèle murin d’Alzheimer ». A noter que Stéphane Haïk pointe les limites de cette étude : le modèle expérimental choisi est très éloigné du modèle humain et des effets secondaires sont survenus chez les animaux tels que la perte de poids et le diabète.

Le Quotidien du Pharmacien, 28/10

En Bref

Selon une publication dans le journal Cell reprise par Le Quotidien du Médecin, le groupe de recherche dirigée par Robert Siliciano et Ya-Chi Ho(Johns Hopkins University, Baltimore) précise que le réservoir de VIH pourrait être 60 fois plus important que les estimations actuelles. De fait l’éradication du virus pourrait être une tâche plus complexe que prévu. Le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida, explique : « Cet article ne remet pas en questions le contrôle viral par les traitements. Mais il pose une nouvelle question sur la capacité du virus à se multiplier. Sa méthodologie est solide, et les résultats importants à retenir ». Le Quotidien du Médecin, 28/10

Dans une reprise d’un article du New York Times, Le Figaro dévoile les méfaits de la pauvreté sur le cancer en Afrique, soulignant que sur ce continent le cancer du sein n’est habituellement pas diagnostiqué avant le stade 4. Selon le rapport mondial sur le cancer du sein 2012 de l’International Prevention Research Institute, si les médecins pouvaient détecter le cancer plus tôt, ils pourraient accroître de 30% les chances de survies des patientes. Le Figaro, 29/10 

Dans Le Quotidien du Médecin, le Pr Michel Reynaud, auteur du rapport sur les addictions de juin 2013, assure de l’importance de la formation des professionnels face à la consommation de drogues, parmi les plus élevées d’Europe, des adolescents français. Selon le spécialiste : « Il faut aborder naturellement la consommation de toxiques. En parler ouvertement en évitant un discours trop sanitaire et moralisateur. Un ado consomme, d’abord parce que ça lui fait plaisir ». Le Quotidien du Médecin, 28/10 

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube