Synthèse de presse

30 octobre 2012

13h03 | Par INSERM (Salle de presse)

Lettre ouverte de 47 prix Nobel et médailles Fields pour défendre le budget européen de la recherche

47 prix Nobel et médailles Fields ont publié, le 23 octobre, dans plusieurs quotidiens, dont Le Monde, une lettre ouverte intitulée « Ne sacrifiez pas une génération entière de scientifiques de haut niveau », rapporte l’agence de presse AEF. Cette lettre ouverte a été rédigée en raison de la tenue, les 22 et 23 novembre, à Bruxelles, d’une « réunion des chefs d’Etat ou de gouvernement au cours de laquelle le budget de l’UE pour la période 2014-2020 sera discuté ». Les négociations durant cette réunion permettront de déterminer le montant de l’enveloppe allouée au 8e PCRD (Programme-cadre pour la recherche et l’innovation) « Horizon 2020 », explique AEF. Les signataires de cette lettre, parmi lesquels figurent Françoise Barré-Sinoussi (prix Nobel de médecine, 2008) et Jules A. Hoffmann (2011), soulignent qu’« il est essentiel de soutenir, et plus important encore, de stimuler l’extraordinaire richesse du potentiel qui existe en Europe en matière de recherche et d’innovation. Nous sommes convaincus que la jeune génération de chercheurs fera aussi entendre sa voix et que vous serez à l’écoute de ce qu’ils ont à dire ». Selon eux, « l’Europe peut difficilement se permettre de perdre ses meilleurs chercheurs et enseignants, et elle gagnerait bien plus à attirer les talents étrangers. (…) Une baisse conséquente du budget de l’UE consacré à la recherche et à l’innovation nous mettrait en danger : celui de sacrifier une génération entière de scientifiques de haut niveau, au moment même où l’Europe en a le plus besoin ». Ils soulignent, à cette occasion, l’importance de l’ERC (Conseil européen de la recherche) qui « finance les chercheurs les plus prometteurs (…) ».

Depuis cet appel, une pétition a été signée par plus de 90 000 chercheurs.

Aef.info, 24/10

Maladie de Parkinson : premiers résultats encourageants d’un traitement par thérapie génique 

L’équipe de Stéphane Palfi, professeur de neurochirurgie de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil et chercheur CEA/Inserm, a traité 12 patients, atteints d’une forme avancée de la maladie de Parkinson en France, et 3 au Royaume-Uni, par une thérapie génique, indique Le Figaro. Les résultats préliminaires de ce traitement, présentés hier à Paris, lors du 20e congrès européen de thérapie génique et cellulaire, s’avèrent « intéressants », explique le quotidien. L’équipe, qui a commencé les premiers tests en 2008, a implanté dans le cerveau des 15 malades « un lentivirus (totalement inoffensif) dans lequel trois gènes codant pour des enzymes indispensables à la sécrétion de dopamine ont été insérés ». L’objectif est d’« avoir une sécrétion continue et locale de dopamine », explique le quotidien. Le Pr Palfi indique : « Nous pouvons dire que ce traitement a été bien toléré. Sur le plan thérapeutique, nos résultats chez l’homme sont très encourageants, notamment avec la dose la plus élevée (…) ». Les résultats détaillés de l’essai doivent être publiés dans trois mois environ. Un nouvel essai de phase II devrait bientôt être mené auprès d’un plus grand nombre de malades.

Le Figaro, 30/10

En Bref

L’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) a annoncé poursuivre « son essai comparatif de prévention médicamenteuse du sida chez des homosexuels séronégatifs en double aveugle en dépit du feu vert donné aux Etats-Unis au Truvada, premier traitement de prévention », indique l’AFP. 125 volontaires participent actuellement à la phase pilote de l’étude qui doit compter à terme 300 participants. L’agence a justifié la poursuite de l’essai par le fait que le Truvada n’est pas autorisé pour le moment en Europe pour un usage préventif et a estimé que « seul un essai randomisé (réparti par tirage au sort) en double aveugle contre placebo » permettra de démontrer l’efficacité de ce traitement préventif. AFP, 29/10

Dans son cahier central « Sciences & éthique », La Croix se penche sur les questions portant sur les « lanceurs d’alerte ». Le quotidien souligne que la proposition de loi, déposée par la sénatrice d’Europe Ecologie-Les Verts du Nord (EELV), Marie-Christine Blandin, visant à créer une Haute Autorité de l’expertise scientifique et de l’alerte en matière de santé et d’environnement, sera discutée au Sénat le 21 novembre. Cependant, selon La Croix, cette proposition de loi, qui a pour objectif premier de protéger les lanceurs d’alerte, « a pour le moment peu de chances d’aboutir ». En effet, « nombre de sénateurs ne jugent pas prioritaire, en période de disette budgétaire, de créer une instance supplémentaire », ajoute le journal. La Croix, 30/10

Ça M’intéresse se penche sur des « animaux inattendus » qui « aident les chercheurs à soigner notre cerveau ». La revue détaille des recherches menées avec ces animaux : la mouche drosophile « alcoolique », le ver « schizophrène », la limace « douée de mémoire » et le poisson « atteint de narcolepsie ». Concernant le ver Caenorhabditis elegans, Christian Néri, qui dirige l’équipe de biologie et pathologie du neurone, à l’Inserm, explique : « Nous pouvons insérer le gène responsable de la maladie de Huntington dans l’ADN du ver ». Il ajoute : « Ensuite, on active ou on inhibe ses gènes, un par un. Si, grâce à ça, ses neurones résistent mieux à la pathologie, c’est qu’on a découvert un mécanisme qui les protège ». Ça M’intéresse, 01/11
Jean-Didier Vincent souligne, dans une chronique publiée dans L’Express, que le « cerveau [est] un organe qui ne chôme jamais ». Il explique que « les progrès techniques de l’IRM permettent aux neuroscientifiques de suivre l’activité d’un cerveau au repos ». Jean-Didier Vincent rend compte des travaux d’Andreas Kleinschmidt, directeur de recherche de l’Unité de neuro-imagerie cognitive de l’Inserm de Gif-sur-Yvette, qui « a montré, par des enregistrements électroencéphalographiques couplés avec la RMN, que la RSA [l’activité du cerveau au repos – « resting state activity »] était corrélée à une activité électrique, notamment celle correspondant à une bande de fréquence autour de 40 hertz ». L’Express, 31/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube