Synthèse de presse

30 septembre 2014

12h52 | Par INSERM (Salle de presse)

Des antioxydants pour traiter la myopathie

Les résultats d’un essai clinique, mis au point par Dalila Laoudj-Chenivesse, chercheuse Inserm au Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier, et publiés dans la revue Free Radical Biology & Medicine, confirment l’intérêt d’un traitement à base d’antioxydants contre la forme de myopathie la plus répandue, la FSH (Facio-Spaculo-Humérale) indique Le Figaro. La chercheuse, qui a testé son cocktail de vitamine C, de vitamine E et de deux produits antioxydants sur un panel de 53 malades pendant 17 semaines, a constaté que « les fonctions musculaires des patients ayant reçu la supplémentation ont été améliorées de façon significative ». Le traitement est suffisamment convaincant pour être désormais proposé à tous les malades de la myopathie FSH se présentant à la nouvelle consultation consacrée à cette maladie au CHRU de Montpellier, souligne le quotidien.

Le Figaro, 30/09

En Bref

Challenge Soir indique que le Conseil stratégique de la recherche va «proposer d’expérimenter un nouveau statut pour les chercheurs français, inspiré du système des universités américaines ». Ce nouveau statut, le « tenure track » (titularisation conditionnelle), est un contrat de six à sept ans conduisant à « une titularisation après une évaluation poussée, interne et externe, de la qualité de la recherche et de la capacité à enseigner »

Challenge Soir, 29/09

La Fondation pour la recherche cardiovasculaire de l’Institut de France lance officiellement aujourd’hui son conseil scientifique consacré à la recherche sur les maladies cardiovasculaires féminines, indique Le Parisien. Aujourd’hui, une femme sur trois décède d’une maladie cardiovasculaire (1 sur 26 d’un cancer du sein), qui devient dès lors la première cause de mortalité féminine après 55 ans, souligne le quotidien.

Le Parisien, 30/09

Egora revient sur la découverte, publiée dans la revue Science Translational Medicine en mai dernier par les chercheurs de l’Institut Pasteur et de l’Inserm, d’une « immunité mémoire, de type inflammatoire, chez le fœtus », induit par la présence « d’une petite population de lymphocytes T mémoire ». Selon l’Institut Pasteur « la découverte de ce processus laisse désormais penser qu’il pourrait un jour être possible de vacciner le fœtus in utero »

Egora, 29/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube