Synthèse de presse

05 septembre 2017

12h34 | Par INSERM (Salle de presse)

Prématurés : identification d’un gène lié aux lésions cérébrales

Des chercheurs de l’Inserm (Unité 1141 « Neuroprotection du cerveau en développement-protect »), de l’université Paris Diderot, du King’s College London et de Duke-NUS Medical School de Singapour,  ont identifié un gène qui pourrait être associé aux lésions cérébrales qui peuvent être provoquées par une naissance prématurée, souligne Topsante.com. Lors de l’accouchement, un travail prématuré est associé à des phénomènes inflammatoires chez la maman et/ou le bébé qui peuvent provoquer des lésions cérébrales et entraîner des séquelles à vie de type paralysie cérébrale, autisme ou troubles comportementaux chez environ 3 bébés prématurés sur 10. Ces travaux publiés dans Nature Communications, ont consisté à étudier le rôle des cellules microgliales, qui contrôlent la réponse immunitaire dans le cerveau lors d’une inflammation. Les chercheurs ont ainsi montré qu’un gène, connu sous le nom de DLG4, est exprimé dans les cellules qui contrôlent le processus inflammatoire.

Topsante.com, 04/09

Lire le communiqué de presse « Identification d’un gène lié aux lésions cérébrales du prématuré », publié le 5/09.

La bactérie de la légionellose démasquée

Lequotidiendumedecin.fr souligne que des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS et de l’Inserm (Unité 1019 « Centre d’infection et immunité de Lille »), en collaboration avec des scientifiques de l’Université de Zurich, expliquent dans la revue Cell Host & Microbe comment « Legionella pneumophila parvient à contourner les défenses de cellules hôtes, et notamment des macrophages, pour se développer et provoquer une infection pulmonaire aiguë ». Le site explique que L. pneumophila attaque la cellule hôte en ciblant les mitochondries. La découverte de ce mécanisme, jusque-là inconnu, pourrait conduire à une nouvelle stratégie thérapeutique contre la légionellose.

Lequotidiendumedecin.fr, 05/09

En Bref

Blandine De Lauzon-Guillain, chercheuse Inserm (Unité 1153 « Centre de recherche épidémiologie et statistique Sorbonne Paris Cité – CRESS », Université Paris-Descartes), répond dans Le Figaro à la question « Combien de temps allaite-t-on en France ? » Elle explique que l’équipe « a étudié en détail les pratiques d’alimentation lactée (…) au cours de la première année de vie des enfants (…) ». Le Figaro, 04/09

Des chercheurs sont parvenus à localiser une zone du cerveau d’où proviennent les « voix » qui hantent des malades atteints de schizophrénie et les ont partiellement fait taire grâce à un traitement par impulsions magnétiques, rapporte l’AFP. Le Pr Sonia Dollfus (CHU de Caen, CNRS) qui dirige l’équipe qui a mené cette étude, explique que « dans un essai clinique, plus d’un tiers des patients traités par des impulsions magnétiques ont éprouvé une réduction significative de ces hallucinations auditives ».

AFP, 05/09

Santemagazine.fr souligne que la deuxième phase de l’étude DePICT (Description des Perceptions, Images et Comportements liés au Tabac) menée par l’Inserm (Unité 1136 IPLESP), redémarre aujourd’hui et jusqu’à mi-novembre 2017. Le but de cette enquête est de contribuer à une meilleure compréhension de l’évolution des attitudes et des conduites liées au tabagisme en France. 4 000 adultes et 2 000 jeunes seront interrogés par téléphone sur leur rapport avec le tabagisme, précise le site.

Santemagazine.fr, 04/09

Le Figaro rapporte que, grâce à un échantillon d’ADN, des chercheurs d’une société américaine, Human Longevity Inc (HLI) proposent une méthode pour reconstituer le visage (en 3D), l’origine ethnique, le sexe, la couleur des yeux, celle de la peau, l’âge biologique… et même la tonalité de la voix. Ces travaux sont publiés dans les PNAS, Comptes rendus de l’Académie des sciences américaine. Hervé Chneiweiss, président du Comité d’éthique de l’Inserm, réagit : « (…) Il ne faudrait pas que cela puisse servir à établir des discriminations ».

Le Figaro, 05/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube