Synthèse de presse

08 janvier 2014

12h51 | Par INSERM (Salle de presse)

Arrêt immédiat de la fabrication de poches d’alimentation du laboratoire Marette

Suite au décès de trois nourrissons dans le service de réanimation néonatale de l’hôpital de Chambéry, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a annoncé, hier, lors d’une conférence de presse, l’arrêt, avec « effet immédiat », de toute la fabrication des produits du laboratoire Marette, et le rappel de toutes les poches d’alimentation, indique Libération. Le laboratoire compte faire appel. Le Pr Jean-Claude Manuguerra, virologue de l’Institut Pasteur, a souligné hier concernant la bactérie mise en cause : « Il s’agit d’une entérobactérie de l’environnement, c’est-à-dire que l’on peut la retrouver aussi bien dans la terre, que dans l’eau ». Et d’ajouter que cette bactérie est « une nouvelle espèce non décrite à ce jour, et encore sans nom ». Le mystère demeure sur l’origine de cette bactérie. Le directeur de l’Agence nationale de sécurité des médicaments, Dominique Maraninchi, comme le Pr Manuguerra, ont expliqué hier que la bactérie a été retrouvée dans les trois poches d’alimentation fermées, jamais ouvertes et donc jamais déconditionnées.

Libération, 08/01

Une licence mondiale cédée par Inserm Transfert à GSK en cancérologie

Les Echos rendent compte de la signature d’un accord entre Inserm Transfert et le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK). Cet accord porte sur la concession par la filiale de l’Inserm d’une « licence exclusive mondiale pour le développement d’anticorps thérapeutiques ciblant une molécule, dite ‘‘point de contrôle’’ de la réponse immunitaire, baptisée Icos (costimulant lymphocyte T inductible) », souligne le quotidien. Ce dernier ajoute que la mise au point d’anticorps modulateurs de Icos par GSK pourra donc s’appuyer sur les travaux menés par le Pr Daniel Olive et son équipe à l’Institut Paoli-Calmettes, à Marseille, en coopération avec le centre anticancéreux Léon Bérard à Lyon et à la Pitié-Salpêtrière à Paris. Selon Augustin Godard, responsable des partenariats stratégiques à Inserm Transfert, « l’accord a été grandement facilité par l’alliance stratégique à long terme que nous avons nouée avec GSK ».

Les Echos, 08/01

En Bref

Dans son édition « Science & Médecine », Le Monde brosse le portrait d’« un couple détonnant » : Guido Kroemer et Laurence Zitvogel. Ces derniers représentent « l’union de l’immunologie et de la cancérologie », explique le journal. Laurence Zitvogel, médecin oncologue à l’Institut Gustave-Roussy (IGR, Villejuif, Val-de-Marne), et directrice d’un laboratoire Inserm à l’IGR, et Guido Kroemer, directeur d’un laboratoire Inserm sur l’immunologie des tumeurs, à l’IGR, ont cosigné 133 publications. Alexander Eggermont, directeur général de Gustave-Roussy, estime que l’immunothérapie des cancers dominera la recherche en oncologie des cinq à dix ans à venir. Le Monde, Science & Médecine, 08/01
Le rapport sur la santé mentale du député Denys Robiliard doit être remis aujourd’hui à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, indique Aujourd’hui en France. Ce dernier explique que le rapport souligne « le manque de lieux pour accueillir ceux qui souffrent de troubles mentaux, après l’hôpital ». Le quotidien présente le Club-House, à Paris, qui joue ce rôle. Aujourd’hui en France, 08/01
Le Monde publie, dans son édition « Science & Médecine », un article intitulé : « Les espoirs de la phagothérapie ». Le journal souligne que, « délaissée au profit des antibiotiques, la phagothérapie revient ». Des essais cliniques inédits doivent être menés à l’automne dans sept hôpitaux en France, Belgique et Suisse sur les bactériophages, des virus naturels pouvant combattre des bactéries. Le projet Phagoburn a été retenu au mois de juin 2013 par la Commission européenne et recevra un peu plus de 3,8 millions d’euros. Ce projet, qui rassemble des partenaires privés et publics et qui implique des hôpitaux civils comme militaires, comprendra 200 patients environ, issus d’unités de grands brûlés. Deux produits thérapeutiques contre deux espèces bactériennes (colibacille et pyocyanique) seront testés sur les brûlures infectées.Le Monde, Science & Médecine, 08/01

Selon une étude, dirigée par Louise Humphrey, du Muséum d’histoire naturelle de Londres, « les caries frappaient déjà à l’âge de pierre », explique Le Figaro. Cette étude, menée par une équipe internationale de chercheurs et publiée dans les Proceedings of the National Academy of Science (Pnas), montre que les hommes de la grotte des Pigeons (Maroc) avaient déjà les dents cariées il y a entre 15 000 et 13 700 ans : chez 52 squelettes adultes étudiés, 51% des dents étaient cariées. Le Figaro, 08/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube