Synthèse de presse

07 mars 2017

13h10 | Par INSERM (Salle de presse)

La pollution tue 1,7 million d’enfants de moins de 5 ans par an

Deux rapports de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) révèlent que l’environnement dégradé (pollution de l’air, tabagisme passif, consommation d’eau non potable, pénurie d’installations sanitaires et manque d’hygiène) est responsable chaque année de la mort de 1,7 million d’enfants de moins de 5 ans, rapporte Le Monde. Intitulés « Un monde durable en héritage » et « Ne polluez pas mon avenir », ces documents « accusent notre environnement dégradé, voire insalubre, d’être à l’origine du décès de plus d’un enfant de moins de 5 ans sur quatre dans le monde », souligne le quotidien. 26% des 5,9 millions de décès d’enfants de moins de 5 ans recensés en 2015 auraient pu être évités par la prise en compte et le traitement des risques environnementaux. Le Dr Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, souligne : « La pollution environnementale est plus particulièrement mortelle chez les jeunes enfants (…) ».

Le Monde, 07/03

L’obésité néfaste pour les reins

La Journée mondiale du rein, qui se déroulera jeudi 9 mars, coordonnée en France par la Fondation du rein, aura pour thème cette année l’obésité, souligne Le Figaro. Le quotidien explique que « les liens entre obésité et insuffisance rénale sont restés longtemps méconnus ». « Les reins souffrent de l’excès de graisse, même lorsqu’il n’y a ni diabète, ni hypertension », ajoute le quotidien. Le Pr Renato Monteiro, qui dirige le Centre de recherche sur l’inflammation Inserm-CNRS de l’hôpital Bichat (AP-HP), indique : « L’obésité [qui] est en augmentation dans notre pays (…), induit des problèmes cardio-vasculaires et du diabète, qui sont extrêmement néfastes pour les reins ».

Le Figaro, 07/03

En Bref

A l’occasion de la 13e édition de la Semaine de prévention et d’information sur l’endométriose, France Culture a invité hier, dans son émission « Les Matins de France Culture », Marina Kvaskoff, chercheuse en épidémiologie à l’Inserm. Elle a expliqué le phénomène de l’endométriose, maladie gynécologique et la difficulté à la diagnostiquer.

France Culture, 06/03

Dans un entretien accordé au Monde, Joël Ankri, directeur de l’unité Inserm 1168, chef de service du centre de gérontologie de l’hôpital Sainte-Périne, à Paris, et vice-président en charge du suivi du plan Maladies neurodégénératives 2014-2019, fait le point sur la prise en charge de la maladie d’Alzheimer en France. Il explique que ce troisième plan « a intégré le soin, la solidarité et la recherche ».

Le Monde, 07/03

Le Quotidien du Pharmacien rappelle que, dans le cadre d’un consortium mis en place avec des chercheurs de l’Inserm et Urosphère, une plateforme de recherche en urologie expérimentale, une équipe du CHU de Toulouse a réussi à reconstituer, in vitro, une vessie en 3D à partir de cellules souches.

Le Quotidien du Pharmacien, 06/03

Pourquoidocteur.fr rend compte d’une étude menée par l’Inra, Danone Nutricia Research, MS-Nutrition, Aix-Marseille Université et l’Inserm, publiée dans la revue Nutrients, qui montre que 4 Français sur 10 mangent trop de sucres. Les chercheurs ont constaté que 41% des adultes français ont une consommation de sucres qui dépasse le seuil de recommandation fixé par l’OMS, rapporte le site. Cette dernière recommande de réduire à moins de 10% de l’apport énergétique quotidien la consommation de sucres « libres ».

Pourquoidocteur.fr, 06/03

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube