Synthèse de presse

09 octobre 2012

12h07 | Par INSERM (Salle de presse)

Prix Nobel de médecine 

Le Japonais Shinya Yamanaka et le Britannique John Gurdon ont reçu le prix Nobel de médecine pour leurs travaux distincts sur la régénération cellulaire, expliquent l’AFP, Le Figaro, ainsi que TF1, France 2 et France Inter. Le Britannique John Gurdon « a ébranlé, en 1962, un dogme selon lequel la spécialisation des cellules était un processus irréversible », explique l’AFP. L’équipe de Yamanaka a démontré, quant à elle, « sur des cellules de souris en 2006, puis sur des cellules humaines en 2007, qu’on pouvait reprogrammer une cellule adulte pour lui faire retrouver les caractéristiques d’une cellule souche embryonnaire », ajoute l’agence de presse. Selon Jean-Marc Lemaître, de l’Institut de génomique fonctionnelle (Inserm), les travaux de Yamanaka ont représenté « une vraie découverte exceptionnelle ». Le chercheur français, qui a lui-même utilisé cette technique pour rajeunir des cellules de centenaires, souligne qu’avec ces nouvelles cellules IPS (« cellules souches pluripotentes induites ») « on peut obtenir pratiquement n’importe quel type de cellule de l’organisme ». Le Pr Marc Peschanski (I-Stem, Inserm) souligne dans Le Figaro : « Ce prix Nobel est une excellente nouvelle. Yamanaka a créé le concept de reprogrammation cellulaire. Aujourd’hui, on a simplifié les procédures de reprogrammation des cellules. Notre équipe, en particulier, travaille avec des cellules sanguines, ou éventuellement des fibroblastes de la peau pour les obtenir (…) ». Il indique cependant à l’AFP qu’« il n’y a pas d’application clinique à ce jour » de cette technique.

AFP, TF1, France 2, France Inter, 08/10, Le Figaro, 09/10

 

Affaire de l’amiante

Selon Libération et Aujourd’hui en France, Martine Aubry, qui était directrice des relations du travail (DRT) de 1984 à 1987 au ministère du Travail, pourrait être mise en examen dans le dossier de l’amiante. Elle est en effet convoquée prochainement, tout comme plusieurs hauts fonctionnaires, par la juge d’instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy, « pour une probable mise en examen », estime Aujourd’hui en France. La juge d’instruction « enquête sur l’action des pouvoirs publics face à l’amiante dans les années 70-80 », et cherche à comprendre pourquoi, alors que les méfaits de l’amiante étaient déjà bien connus, la France n’a interdit son utilisation qu’en 1997, expliquent les deux quotidiens. « Une interdiction plus rapide aurait permis de sauver des vies », souligne Aujourd’hui en France. Selon les experts, les maladies provoquées par la fibre d’amiante pourraient causer 100 000 morts d’ici à 2025.

BFM TV, 08/10, Libération, Aujourd’hui en France, 09/10

 

En Bref

« Le Sénat examine aujourd’hui une proposition de loi interdisant le bisphénol A dans les contenants alimentaires », explique L’Humanité. Son application pourrait être repoussée à 2015 au lieu de 2014, et être maintenue à 2013 pour les contenants de produits destinés aux enfants de moins de trois ans. William Bourguet, biologiste à l’Inserm, explique dans le quotidien les dysfonctionnements endocriniens provoqués par le bisphénol A : « Le BPA agit comme un leurre hormonal, en mimant l’action d’hormones naturelles. Il usurpe l’identité des oestrogènes et active leurs récepteurs de manière un peu anarchique et dérégule de cette façon le système hormonal ». L’Humanité, 09/10

Dans un projet d’avis sur le coût socio-économique de l’autisme, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) préconise 52 mesures concrètes visant à améliorer l’accompagnement des personnes autistes et de leurs familles, à adapter les financements et à redéployer les crédits. Parmi les recommandations du CESE, figurent notamment la réalisation par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) de trois études sur « les conséquences sociales pour les familles d’élever des enfants autistes », « la maltraitance et la mortalité prématurée des enfants autistes et de leurs parents », et « la différence de coût d’accompagnement pour les personnes atteintes d’autisme entre la France et la Belgique ». Le Quotidien du médecin, 08/10

Panorama du médecin note que des chercheurs de l’Inserm, de l’Institut Curie et du CNRS, dont les travaux sont publiés dans la revue Cell Report, ont découvert « deux acteurs clés, les protéines BRAF et CRAF, indispensables au maintien du cycle cellulaire des cellules souches de mélanocytes et donc à la pigmentation ». Ils ont constaté que, sans ces deux protéines, « le pelage noir de souris devenait blanc », explique la revue. Panorama du médecin, 08/10

Communiqué de presse: « Une souris blanche …« 

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube