Synthèse de presse

10 avril 2013

11h29 | Par INSERM (Salle de presse)

Les risques du bisphénol A

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié hier ses conclusions sur le bisphénol A (BPA) au terme d’un travail d’expertise de trois ans, indiquent Le Monde et Le Figaro. Elle alerte sur les risques exposés par les femmes enceintes avec le BPA : « Certaines situations d’exposition de la femme enceinte au BPA présentent un risque pour la glande mammaire de l’enfant à naître ». Le Monde explique que « les enfants exposés in utero à des taux de BPA rencontrés dans la population générale pourront avoir un risque accru de contracter un cancer du sein plus tard dans la vie ». Par ailleurs, selon le travail de l’Anses, qui a rassemblé les contributions d’une centaine de scientifiques, l’alimentation contribue à quelque 84% de l’exposition de la femme enceinte au BPA. Et d’ajouter : « Les produits conditionnés dans les boîtes de conserve représentent environ 50% de l’exposition alimentaire totale ». Les eaux en bonbonne sont également source d’exposition au BPA. Enfin, l’Anses rend compte des risques liés aux tickets de caisse ou de cartes de crédit, dont un très grand nombre contient du bisphénol A ou d’autres bisphénols également dangereux. L’agence souligne que la « nouvelle législation française devrait conduire à une baisse significative du niveau d’exposition au bisphénol A, dont il conviendra d’évaluer l’impact dans le temps ».

Le Monde, Le Figaro, 10/04

Manger sous le coup de l’émotion peut provoquer du surpoids

Une étude, menée auprès de 35 000 adultes français et publiée hier, souligne que « manger sous le coup de l’émotion exposerait au risque de surpoids », rapporte l’AFP. Selon la chercheuse Sandrine Péneau, de l’Université Paris 13, faisant partie de l’équipe de coordination de l’étude NutriNet-Santé, peu d’informations existent sur « l’émotionalité alimentaire » (le fait de manger sous le coup de l’émotion) et son lien avec le surpoids. « Elle a, avec ses collègues, interrogé par questionnaire un échantillon de 35 641 adultes français participant à l’étude NutriNet-Santé qui regroupe plus de 244 000 internautes », indique l’agence de presse. L’étude, rendue publique sur le site de l’American Journal of Clinical Nutrition, révèle que les femmes (52%) sont plus nombreuses que les hommes (20%) à manger sous le coup de l’émotion. « Les gens au régime ont davantage tendance à manger sous le coup de l’émotion (71%) que ceux qui ont fait un régime par le passé (58%) ou les personnes qui disent n’avoir jamais fait de régime amaigrissant (35%) », explique l’AFP.

AFP, 10/04

En Bref

L’étude de l’Unicef consacrée au « Bien-être des enfants dans les pays riches », publiée aujourd’hui, classe la France en 13e position parmi les 29 « économies les plus avancées au monde », souligne Libération. Selon l’étude, la France enregistre des « performances inégales ». « Si elle est la première pour la scolarisation des enfants de 4 à 6 ans, et assez bien classée pour la prévention des grossesses précoces et la consommation d’alcool, dans plusieurs domaines, elle est en bas du classement », explique le journal. C’est le cas notamment des « comportements à risque » où elle fait partie des mauvais élèves, avec notamment 20% de jeunes consommant du cannabis. Libération, 10/04
Le Figaro souligne que « le plan Parkinson [est] englué dans l’indifférence ». L’association France Parkinson déplore « la lenteur avec laquelle le plan national d’action 2011-2014 se développe », explique le quotidien. Mathilde Laederich, directrice générale de l’association, regrette que, sur les vingt propositions d’un livre blanc de 2010, « deux mesures » seulement ont été mises en place. Selon elle, « il est [notamment] vraiment urgent que soient prises des mesures pour aider les jeunes patients qui veulent continuer à travailler ». France Parkinson estime que le vrai problème est celui de « l’absence de volonté politique ». Le Figaro, 10/04
La Croix-Rouge organise aujourd’hui un colloque intitulé « La solitude : fléau moderne ou choix personnel ? », souligne La Croix. Selon une étude de la Fondation de France sur « Les solitudes en France », le travail ne semble pas aujourd’hui jouer un rôle d’insertion sociale et de plus en plus de salariés sont isolés. Le quotidien souligne que, selon la Fondation de France, « en 2012, presque un tiers des personnes isolées avaient un emploi ». L’étude souligne que « les travailleurs pauvres et indépendants sont les plus exposés à la solitude du fait de leur précarité, des temps partiels ou des horaires décalés », explique le journal. La Croix, 10/04

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube