Synthèse de presse

11 juin 2014

12h25 | Par INSERM (Salle de presse)

Arrivée d’une nouvelle technique de chirurgie du gène

Dans son édition Science et Médecine, Le Monde rend compte « l’incroyable essor » d’une nouvelle technique de manipulation des gènes, CRISPR-Cas9, qui présente l’avantage d’être moins chère, plus rapide et plus facile d’utilisation dans les laboratoires. Cette technique, qui utilise un fragment de l’ADN de la bactérie E.coli « permet de modifier ‘‘sur mesure’’, avec une déconcertante facilité, n’importe quel gène de n’importe quel organisme vivant », souligne le journal. Ce dernier revient sur l’histoire de cette technique, qui a pour co-inventrice la chercheuse française Emmanuelle Charpentier. Selon cette dernière, qui vient de créer la société CRISPR Therapeutics en vue de développer les applications médicales de cet outil, cette découverte a confirmé l’intérêt des études sur les bactéries : « C’est un champ de recherche qui n’est pas très à la mode aujourd’hui. Et pourtant ! Les outils de biologie moléculaire proviennent de la recherche sur les bactéries ». Selon elle, cette nouvelle technique de chirurgie du gène « fonctionne si bien et rencontre un tel succès qu’il serait important d’évaluer les aspects éthiques de son utilisation ».

Le Monde, édition Science et Médecine, 11/06

Pas de « dégringolade de l’emploi scientifique », selon Geneviève Fioraso

La secrétaire d’Etat à la Recherche, Geneviève Fioraso, a souligné hier « deux éléments perturbateurs » dans la situation de l’emploi scientifique en France, dont la diminution des départs en retraite qui a pour conséquence moins de recrutements, mais a estimé qu’il n’y a pas de « dégringolade », rapporte l’AFP. Selon Mme Fioraso, « il y a une inquiétude, mais comme il y a une inquiétude dans beaucoup de secteurs aujourd’hui ». Et d’ajouter : « Moi, ce que je constate c’est qu’on a réussi pour l’instant à préserver le budget à un niveau constant ». Elle a indiqué qu’au niveau de l’emploi scientifique, la France « se situe plutôt dans la moyenne haute des pays développés », avec 250 000 chercheurs publics et privés, soit 8,8 chercheurs pour 1 000 actifs (chiffres 2011). L’AFP souligne que « dans les organismes publics de recherche (CNRS, Inserm, INRA, CEA…), le ministère pointe ‘‘une stabilité des effectifs’’ depuis 2009 ». La secrétaire d’Etat a rappelé que le ministère travaillait avec les organismes de recherche à « un plan à moyen terme visant à préserver les recrutements ».

AFP, 10/06

En Bref

Dans son supplément Science et Médecine, Le Monde note que l’Inserm publie, dans le dernier numéro de son magazine Science & Santé, un dossier sur les médecines alternatives. Le journal indique que « huit thérapies complémentaires parmi les plus populaires font l’objet d’un zoom, avec pour chacune une mise au point en trois questions ». Le Monde ajoute qu’il est possible de consulter « ce grand angle, didactique et sérieux » sur le site internet de l’Inserm. Le Monde, édition Science et Médecine, 11/06

Retrouvez le magazine « Science & Santé » N°20 en ligne ici

L’émission « La Tête au carré », diffusée hier sur France Inter, a eu pour thème : « Os et Squelette ». Pierre Layrolle, biologiste, directeur de recherche à l’Inserm (unité « Physiopathologie de la résorption osseuse et des tumeurs osseuses primitives » à Nantes), a présenté le projet européen Reborne, dont il est le coordinateur. Pierre Layrolle travaille sur la régénération osseuse avec les cellules souches adultes. Le projet Reborne vise à régénérer les défauts osseux. France Inter, 10/06
Alors que de précédentes études montraient qu’il existait différents types de graisse, Le Quotidien du médecin souligne que deux équipes indépendantes ont découvert que l’une d’entre elles, appelée « la graisse beige » est « brûleuse de calories » et représente « une piste immunitaire contre l’obésité ». Le Dr Bruce Spiegelman de la Harvard Medical School (Boston), l’auteur principal de l’une des deux études publiées dans Cell, souligne : « L’idée selon laquelle la santé métabolique puisse être améliorée par l’activation des cellules immunitaires dans la graisse est assez étonnante ». Et d’ajouter : « Cette recherche révèle une nouvelle classe de traitements potentiels qui pourraient un jour être utilisés pour traiter l’obésité et les troubles métaboliques associés ». Les chercheurs ont constaté qu’une hormone, la meteorine-like, permettait de transformer « la graisse blanche connue pour stocker les calories » en graisse beige explique le journal. Le Quotidien du Médecin, 11/06

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube