Synthèse de presse

14 novembre 2012

12h14 | Par INSERM (Salle de presse)

Les Rencontres internationales de recherche et les propositions du gouvernement 

Les Rencontres internationales de recherche, organisées en partenariat avec l’Ariis (Alliance pour la recherche et l’innovation des industries de santé) et l’Aviesan (Alliance pour les sciences de la vie et de la santé), se penchent cette année sur le cancer, « avec pour objectifs de renforcer les partenariats entre recherche publique et privée », indique l’AFP. Claude Bertrand, président de l’Ariis, explique que ces rencontres « encouragent les investissements français et internationaux » et « soutiennent la compétitivité de la recherche française au niveau mondial ». Et d’ajouter : « Le cancer est sans doute l’un des domaines (…) où la synergie entre les différentes industries de santé est absolument fondamentale (…) ». Ces rencontres ont déjà permis quelque 300 contacts et accords de partenariat public-privé pour un montant global de projets de 50 millions d’euros, souligne l’agence de presse. Par ailleurs, cette dernière explique que les entreprises de santé « ont salué, [hier], la reconduction du Conseil des industries de santé (CSIS), annoncée par le Premier ministre », lors de ces Rencontres, « ainsi que le soutien du gouvernement aux chercheurs ». Selon Christian Lajoux, président de la Fédération française des industries de santé (Fefis), « la tenue d’un prochain CSIS » et « la signature prochaine d’un accord cadre » pour le Comité économique des produits de santé (CEPS), vont « dans le bon sens ». Claude Bertrand a estimé « extrêmement positif » le discours de Jean-Marc Ayrault, qui a « énormément poussé sur les partenariats et sur les aspects de transparence ».

AFP, 13/11

En Bref

Le British Medical Journal (BMJ) demande au laboratoire Roche, fabricant de l’antiviral Tamiflu, de publier l’intégralité des tests réalisés sur ce médicament, afin de « prouver définitivement » son efficacité, indique Le Figaro. Selon la revue médicale et Peter Gotzsche, le directeur du Nordic Cochrane Center de Copenhague, Roche n’a pas été totalement transparent concernant les 15 études cliniques menées sur le Tamiflu. Le Figaro, 14/11

Le Monde souligne que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) affecte 3,5 millions de Français (environ 7,5% des adultes de plus de 45 ans) et provoque environ 16 500 décès par an. Les femmes sont de plus en plus touchées. Selon le journal, « le tabac est la première cause de ce mal sous-diagnostiqué ». A l’occasion de la Journée mondiale consacrée à cette maladie, qui a eu lieu hier, l’association BPCO a organisé un colloque en vue de mieux la faire connaître, indique le quotidien. Le Monde, 14/11

Le Pr François Carré, responsable du service explorations fonctionnelles, CHU Pontchaillou, université Rennes-1, Inserm U1099, explique, dans un entretien au Quotidien du médecin, qu’« avoir une activité physique et sportive, c’est bon pour la santé, mais il ne faut pas faire n’importe quoi ». Il rappelle les bénéfices d’une pratique sportive notamment concernant le risque cardiovasculaire. Cependant, il est nécessaire de prévenir le risque de mort subite chez le sportif de plus de 35 ans par un dépistage d’éventuelles lésions sous-jacentes et le suivi de règles simples, indique-t-il. Le Quotidien du médecin, 14/11
Metro explique qu’« une femme sur huit en moyenne a ou aura un cancer du sein ». Mais « on observe plus de 70% de guérison », ajoute le quotidien. Une centaine de femmes participent à l’essai Marianne, à l’Institut Curie à Paris, qui consiste à prendre une « molécule révolutionnaire », le trastuzumab, commercialisé par Roche sous le nom d’Herceptin, en combinaison avec la chimiothérapie. Les premiers résultats, présentés en juin, ont révélé qu’au bout de deux ans, « on compte 20% de femmes en plus en vie », explique Metro. Cependant, ce traitement présente l’inconvénient d’être très onéreux (entre 30 000 et 50 000 euros par patient). Metro, 14/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube