Synthèse de presse

18 juin 2014

13h21 | Par INSERM (Salle de presse)

L’Inserm souhaite « faciliter et promouvoir » les recherches sur l’embryon

La Croix rend compte d’une note publiée hier par le comité d’éthique de l’Inserm qui « formule des propositions pour ‘‘faciliter et promouvoir’’ les recherches sur l’embryon ». Le journal souligne que, « aucune autorisation de recherche n’a été donnée par l’Agence de la biomédecine depuis 2008 » et ce malgré la levée du principe d’interdiction ait été votée en août 2013. Le comité pointe « un débat parlementaire évoquant en permanence le statut moral, symbolique et juridique de l’embryon sans jamais le régler ». Il demande que, tout en demeurant « exigeant », « l’encadrement de la recherche soit mieux adapté, plus cohérent et simple ». La note, qui fait également le point sur le nombre d’embryons surnuméraires, souligne par ailleurs qu’« en 2011, 282 353 embryons ont été conçus par fécondation in vitro », rapporte le quotidien. Et d’ajouter que « plus de la moitié n’ont pu être congelés ou implantés et leur développement s’est arrêté ».

La Croix, 18/06

Zoom sur le réseau Biobanques

Le Monde dans son cahier Science & Médecine publie un dossier intitulé : « Biobanques : le patient recomposé ». Sur ce sujet Georges Dagher, directeur de recherche à l’Inserm et coordinateur du réseau « Biobanques », accorde une interview. Le journal explique que Biobanques est « une infrastructure nationale destinée à favoriser l’accès aux collections d’échantillons biologiques et microbiologiques à des fins de recherche biomédicale ». Selon Georges Dagher, Biobanques « fédère 82 centres de ressources biologiques, soit près de 90% de ces centres existant sur le territoire français ». Et d’expliquer que « les biobanques françaises sont utilisées par plus de 700 équipes de recherche. Tous les grands instituts publics sont représentés (Inserm, CNRS, Institut Pasteur, INRA…) ainsi que les centres hospitaliers ». Il précise également que « Biobanques a établi des collaborations au niveau international ». Selon Georges Dagher, « l’objectif de cette infrastructure est de favoriser la recherche biomédicale et en particulier la recherche translationnelle et la médecine personnalisée ».  ».

Lire le communiqué de presse du 17/06/2014 « Le Comité d’éthique de l’Inserm rend publiques deux notes sur la recherche sur l’embryon et sur le genre »

Le Monde, édition Science & Médecine, 18/06

En Bref

Dans son édition Science et Médecine, Le Monde s’interroge : « Fallait-il recréer la grippe espagnole ? » Le journal explique qu’« une partie du monde scientifique s’inquiète » suite aux travaux conduits par l’équipe de Yoshihiro Kawaoka (université du Wisconsin-Madison) publiés dans Cell Host & Microbe. Les chercheurs ont « reconstitué à 97% le virus mortel à partir de fragments viraux aviaires en circulation ». « La crainte principale concerne une fuite hors du laboratoire de ce virus reconstitué » rapporte le journal. Le Monde, édition Science & Médecine, 18/06

Le Figaro rend compte des neuvièmes prix de l’inventeur européen, qui ont été décernés hier à Berlin. Ces prix ont distingué un duo de chercheurs dont un Français dans la catégorie industrie, souligne le quotidien. Ce prix a été attribué au chimiste français Jérôme Guillemont et au microbiologiste belge Koen Andries, chercheurs au laboratoire pharmaceutique Janssen. Ils ont été récompensés par l’Office européen des brevets (EPO) « pour avoir mis au point un médicament efficace contre la tuberculose et ses formes multirésistantes », rapporte le journal. Le Figaro, 18/06

Pierre-Yves Geoffard, économiste et directeur de Paris School of Economics, explique dans Les Echos que « la science [est] face au défi de la transparence ». Il explique que « l’activité scientifique est profondément affectée par le développement des technologies de l’information ». Selon lui, « l’ouverture des données, ainsi que de l’ensemble des codes de programmes statistiques ayant servi à les analyser, permet la multiplication des évaluations » qui « viennent parfois invalider les procédures de contrôle, y compris celles des revues scientifiques les plus prestigieuses ». Pierre-Yves Geoffard explique que « la multitude peut avoir raison contre les experts ». Les Echos, 18/06
Des chercheurs français ont découvert, chez la souris, « une pathologie [auditive] provoquant une gène importante, malgré une mesure normale de l’audition », indique Le Figaro. Cette surdité « n’apparaît que dans le bruit ambiant », ajoute le journal. Christine Petit, directrice de l’unité de génétique et physiologie de l’audition à l’Institut Pasteur, a constaté que « le brouillage commence lorsque l’oreille doit coder des sons aigus dans une ambiance de sons graves ». Le Figaro, 18/06

Lire le communiqué de presse du 12/06/2014 « Surdité : une perte auditive en apparence légère peut masquer un déficit plus profond »

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube