Synthèse de presse

19 octobre 2016

13h02 | Par INSERM (Salle de presse)

Coût élevé des perturbateurs endocriniens aux Etats-Unis

Le Monde et Les Echos soulignent que, selon des chercheurs américains dont l’étude est publiée dans The Lancet Diabetes and Endocrinology, l’exposition aux perturbateurs endocriniens entraînerait, aux Etats-Unis, 340 milliards de dollars par an de dégâts sanitaires, qu’il s’agisse de l’obésité, du diabète, des troubles de la fertilité ou encore des troubles neurocomportementaux. Leonardo Trasande, professeur associé à l’université de New York et co-auteur de ces travaux, souligne : « Ces estimations sont basées sur des éléments de preuve qui s’accumulent rapidement grâce à des études conduites en laboratoire ou sur les humains, et qui montrent l’association entre l’exposition à ces substances et une variété d’effets délétères ».

Le Monde, Les Echos, 19/10

Les ultrasons contre les métastases hépatiques à l’étude

Les Echos indiquent qu’un essai clinique de phase I utilisant les ultrasons sur des patients atteints de métastases hépatiques va démarrer fin 2016. Il sera mené par l’Unité Inserm 930 « Imagerie et cerveau » du CHRU de Tours qui a déjà réussi à rendre, grâce aux ultrasons, des cellules de souris plus réceptives aux médicaments. Les résultats seront connus en 2018, avant le lancement d’une étude à grande échelle dans plusieurs hôpitaux français. Selon le Dr Ayache Bouakaz, directeur de recherche Inserm, « cette solution offre d’excellentes perspectives pour le traitement des tumeurs cancéreuses en délivrant précisément de la chimiothérapie par ultrasons et microbulles ».

Les Echos, 19/10

En Bref

Dans son édition Science et Médecine, Le Monde revient sur un colloque organisé le 7 octobre dernier à l’Institut Pasteur à Paris qui « a permis de mieux cerner le lien entre le développement d’une inflammation chronique et l’apparition d’une maladie psychiatrique ». Le quotidien précise que « le concept est né il y a vingt ans grâce à un pionnier, le Pr Robert Dantzer ».

Le Monde, édition Science et Médecine, 19/10

Francebleu.fr et Huffingtonpost.fr indiquent que l’épidémie de gastro-entérite est déjà arrivée en France. Le nord de la France et le sud-ouest sont particulièrement touchés. Selon l’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (Irsan) en association avec l’Inserm et SOS Médecins, « un pic du nombre de cas de personnes touchées par la gastro-entérite est d’ores et déjà constaté en France » avec, le 17 octobre, 353 cas pour 100 000 habitants au niveau national, soit un taux bien au-dessus du seuil épidémique (249 cas/100 000 habitants) à la mi-octobre.

Francebleu.fr, Huffingtonpost.fr, 18/10

Lequotidiendumedecin.fr souligne la publication par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) d’« une étude comparant trois représentations graphiques du logo [nutritionnel] à 5 couleurs (5-C), pour identifier le plus pertinent en termes de compréhension, de perception et d’impact potentiel sur les consommateurs ». Les trois logos ont été testés auprès d’un échantillon de 3 000 personnes, âgées de 15 à 86 ans. 9 participants sur 10 estiment que le logo 1 – échelle du vert à l’orange foncé –le 2 – qui reprend les 5 tons de l’échelle proposée aux autorités par l’équipe du Pr Serge Hercberg dans un rapport remis en 2013 –, sont compréhensibles, le logo 1 remportant plus de suffrages positifs que le 2, indique le site.

Lequotidiendumedecin.fr, 18/10

 

 

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube