Synthèse de presse

19 septembre 2012

14h09 | Par INSERM (Salle de presse)

Bisphénol A : avancées des recherches avec notamment la mise au point d’un outil bio-informatique pour des produits de substitution

Le Monde rend compte de plusieurs résultats de recherche concernant le bisphénol A. Ainsi, l’étude, conduite par Leonardo Trasande de l’université de New York et publiée dans le Journal of the American Medical Association, révèle, pour la première fois, un lien entre la présence dans les urines de concentrations de bisphénol A (BPA) et un risque accru d’obésité chez les enfants et les adolescents. L’étude « a passé en revue les données de 2 838 individus âgés de 6 ans à 19 ans ». Les auteurs estiment que l’alimentation serait à l’origine de « 99% du BPA absorbé par les enfants d’âge préscolaire ». D’autres travaux, publiés de PLoS One, réalisés par Heather Patisaul (université de Caroline du Nord, à Raleigh) sur des rates, ont permis d’expliquer, pour la première fois, « les mécanismes biologiques du lien entre des troubles du comportement [anxiété et troubles de l’attention] et l’exposition au perturbateur endocrinien » de jeunes enfants.

En outre, Le Monde explique que des chercheurs de l’Inserm et du CNRS à Montpellier ont mené des travaux, publiés dans les Comptes rendus de l’Académie nationale des sciences américaines (PNAS), sur les « interactions moléculaires entre le BPA, ses dérivés et l’une de leurs principales cibles : les récepteurs d’oestrogènes ». Ils « présentent un outil bio-informatique permettant de prédire l’interaction du BPA avec les récepteurs oestrogènes, et d’évaluer les liaisons de ces derniers avec d’éventuels substituts ». Le quotidien souligne que cet outil « pourrait aider à la mise au point de produits de substitution au BPA, dépourvus de l’effet perturbateur endocrinien ».

Le Monde, 19/09

 

Inefficacité des statines contre les phlébites et l’embolie pulmonaire

Selon une étude britannique, publiée dans PLoS Medicine, « les statines sont inefficaces contre les phlébites et embolies pulmonaires », rapporte l’AFP. Malgré tout, Alain Tedgui, directeur de recherche à l’Inserm et directeur du centre de recherche cardiovasculaire de l’Hôpital européen George-Pompidou, explique à l’agence de presse que ce résultat ne remet pas en cause le bénéfice des statines dans la prévention de l’infarctus du myocarde. Il regrette les « critiques grandissantes en France contre cette classe de médicaments ‘‘qui sauvent des vies’’ », souligne l’AFP. Selon les résultats publiés dans PloS Medicine, cette « méta-analyse » qui a étudié 29 analyses sur un total d’environ 150 000 participants, « n’étaye pas les précédentes suggestions d’un important effet protecteur des statines contre les événements thromboemboliques veineux ». Cependant, le Dr Kazem Rahimi de l’université d’Oxford, auteur de l’article, estime qu’« une ‘‘réduction modérée’’ du risque de thrombose veineuse chez ceux qui prennent des statines ne peut pas non plus être totalement écartée », explique l’AFP.

AFP, 18/09

En Bref

Libération présente les mesures « modestes qui se veulent réalistes » concernant les universités, annoncées hier par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso. Parmi celles-ci figure la création de 1 000 postes l’année prochaine, notamment d’enseignants-chercheurs, « qui iront essentiellement au cursus de licence », explique le quotidien. Selon Libération, « les universités (…) attendaient sans doute plus ». Le journal souligne que « beaucoup s’estiment ‘‘sous-dotées’’ par le ministère en enseignants-chercheurs (…). D’autres réclament des chercheurs ». Les arbitrages budgétaires, fin septembre, permettront de savoir si la ministre « disposera d’une marge de manœuvre ». Libération, 19/09
Sciences et Avenir publie un dossier consacré à la maladie d’Alzheimer. Celle-ci « serait une maladie infectieuse », les chercheurs faisant « l’hypothèse inattendue d’une maladie à prion ». La revue fait le point sur la recherche dans ce domaine et rend compte des « pistes les plus prometteuses » pour ralentir l’évolution de la maladie. Elle présente notamment les travaux de l’équipe Inserm dirigée par Luc Buée au CHRU de Lille qui a guéri « des souris grâce à des anticorps anti-tau », ainsi que ceux de Julien Guistiniani, de l’unité Inserm 788 du CHU du Kremlin-Bicêtre, sur une protéine baptisée FKBP52. Sciences et Avenir explique par ailleurs que les chercheurs ont décidé de « changer de cap » en 2012 en s’attaquant à la maladie « avant même l’apparition des premiers symptômes ». Sciences et Avenir, 01/10
Selon les informations d’Aujourd’hui en France, la Haute Autorité de Santé (HAS) « reçoit aujourd’hui les fabricants des pilules de troisième génération » pour les informer que le service médical rendu (SMR) par ces pilules contraceptives est jugé « insuffisant ». Le ministère de la Santé devra décider si ces pilules, certaines étant actuellement remboursées à 65%, seront encore ou non prises en charge. Le quotidien souligne que, selon des études scientifiques internationales, « sur lesquelles la HAS s’appuie pour justifier son veto », les pilules de troisième génération augmentent de deux à trois fois le risque de développer des caillots sanguins (thromboses). Aujourd’hui en France, 19/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube