Synthèse de presse

02 octobre 2013

11h54 | Par INSERM (Salle de presse)

Les boissons énergisantes mises en cause

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) met en garde sur les risques liés aux boissons énergisantes, indiquent Les Echos et France 3. Elle déconseille ces sodas aux jeunes, aux femmes enceintes ou allaitant un enfant, aux personnes prédisposées à certains risques de santé, ainsi qu’en association avec de l’alcool, précise le journal. Xavier Bigard, professeur en médecine, souligne : « Les boissons énergisantes [tels que Red Bull, Monster ou Burn] ont zéro bénéfice nutritionnel en cas de pratique sportive, à la différence des boissons énergétiques. En revanche, elles potentialisent le risque cardiaque ». Après avoir analysé 257 cas communiqués par des médecins, l’Anses conclut que les boissons énergisantes sont des « excitants » contenant de la caféine, guarana, taurine… qui, mélangés à de l’alcool ou à la pratique d’un sport, risquent de déclencher des problèmes très sévères d’ordre cardiaque, neurologique ou psychologique. 

France 3, 01/10, Les Echos, 02/10

Nouvelle piste contre l’infertilité

Des chercheurs japonais et américains ont réussi à ce qu’une femme trentenaire atteinte de ménopause précoce devienne mère, révèle Le Figaro. Elle a accouché d’un garçon en bonne santé en décembre dernier à Tokyo. Les travaux de ces chercheurs, publiés dans les Annales de l’Académie américaine des sciences (PNAS), ont porté sur 27 volontaires âgées de moins de 40 ans. L’équipe du Pr Kazuhiro Kawamura de la faculté de médecine St Marianna à Kawasaki a utilisé deux méthodes, ne nécessitant pas un don de gamètes et ayant déjà fait l’objet de travaux, pour relancer la production d’ovocytes chez ces patientes, explique le quotidien. La technique consiste à prélever un des ovaires des patientes, le trancher (ce qui favorise la maturation des follicules), découper en petits cubes ces tissus ovariens puis les soumettre à un traitement médicamenteux stimulant. Ils sont ensuite redéposés dans les trompes de Fallope des patientes (autogreffe). Chez cinq de ces patientes, la croissance des follicules s’est accélérée, donnant des ovocytes sains. Une fois les gamètes collectées et fécondées in vitro, les embryons ont été réimplantés dans l’utérus des patientes. Les chercheurs évaluent le taux potentiel de succès de leur méthode à 30% après optimisation.

Le Figaro, 02/10

En Bref

Depuis hier, « les groupes pharmaceutiques doivent lister les cadeaux (de plus de dix euros) qu’ils font aux médecins » sur le site des laboratoires et de l’ordre des médecins, souligne Le Monde éco&entreprise. Cependant, le journal indique que les bases sont incomplètes car les laboratoires n’ont eu que quatre mois pour récolter les données, entre la publication du décret, au mois de mai dernier, de la loi dite du « Sunshine Act », et la date de mise en ligne. La loi française n’aborde par ailleurs pas « les rémunérations perçues pour conduire des recherches, mener des essais cliniques ou pour intervenir lors d’un colloque à l’initiative d’une firme », déplore le journal. Le Monde éco&entreprise, 02/10

Le Monde se penche sur le « scandale à 400 millions d’euros » dans l’ophtalmologie. Le journal se demande, dans son supplément Science&Médecine, si l’Assurance-maladie n’a pas « gaspillé 400 millions d’euros en 2012 pour un médicament trop cher », le Lucentis (laboratoire Novartis), dans les traitements de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et d’autres maladies de l’œil. En effet, le Lucentis, seul autorisé, coûte quarante fois plus cher que l’Avastin (Roche), utilisé officieusement, dont les principes actifs sont très proches. Le Monde, Science&Médecine, 02/10

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube