Synthèse de presse

21 octobre 2015

16h06 | Par INSERM (Salle de presse)

La mortalité infantile en Seine-Saint-Denis évitable

Deux études épidémiologiques publiées par l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France révèlent les « leviers d’actions » permettant de réduire une mortalité périnatale et infantile en Seine-Saint-Denis de 40 à 50 % plus élevée que la moyenne française, indique Le Monde. Selon Anne-Gaëlle Daniel, responsable du département périnatalité à l’ARS, « ce n’est pas la précarité en elle-même qui est la cause de la surmortalité, mais la façon dont elle n’est pas prise en charge de façon optimale (…) ». Selon l’enquête menée en 2014 par l’Inserm sur toutes les maternités du département et qui a analysé les caractéristiques de la quasi-totalité des 172 enfants mort-nés et des 177 enfants décédés dans les 27 jours après leur naissance au cours de l’année, un tiers des décès étaient « possiblement ou probablement » évitables, rapporte le quotidien. Des chercheurs de l’observatoire du SAMU social de Paris ont quant à eux suivi cinq femmes en situation de précarité pendant plusieurs mois pour comprendre les dysfonctionnements du système de soins dans le suivi de ces femmes.

Lire l’article « Nouvel éclairage sur les causes de mortalité infantile et périnatale en Seine-Saint-Denis » sur la salle de presse de l’Inserm.

Le Monde, 21/10

En Bref

Le Monde publie un dossier consacré à la sieste. Le journal explique que « cette parenthèse cérébrale voit ses vertus physiologiques soulignées par un nombre croissant de travaux ». La sieste aurait, selon les chercheurs, pour les adultes, des vertus contre les troubles du sommeil, et des effets bénéfiques sur la vigilance, l’immunité, l’hypertension, la mémoire…

Le Monde, 21/10

Le Figaro explique que de « troublants cas de cancer de la thyroïde » ont été découverts suite à l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, le 11 mars 2011. Selon les chercheurs « il ne s’agirait pas d’un simple effet du dépistage systématique après l’accident » mais bien d’une multiplication important du nombre de cancers de la thyroïde.

Le Figaro, 21/10

Le Monde souligne que les venins des animaux sont une « source de molécules actives » pour la médecine. Ainsi, un programme européen Venomics « a synthétisé des peptides inspirés de ceux produits par des animaux venimeux, dans l’espoir de découvrir de nouvelles molécules thérapeutiques », explique le journal.

Le Monde, 21/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube