Synthèse de presse

24 avril 2013

11h30 | Par INSERM (Salle de presse)

Les membres de l’Agence du médicament réduits au silence

Selon un article paru dans Le Figaro qui s’est procuré le nouveau règlement de l’Agence du médicament, des sanctions financières de 15 000 euros et un an de prison sont prévus pour les membres trop bavards du comité chargé de la pharmacovigilance. L’article 12 du règlement estime que ces sanctions peuvent être appliquées en cas de « manquement à l’obligation de confidentialité ». Les discussions, votes ou encore documents soumis à l’examen des experts sont considérés comme confidentiels, explique le quotidien. La sénatrice Marie-Christine Blandin (EELV), à l’origine du texte de loi sur les lanceurs d’alerte voté le 3 avril dernier, se déclare surprise par ce nouveau règlement. Elle explique au Figaro : « Nous attendons de nos agences sanitaires qu’elles se servent de notre loi comme d’un facteur de progrès. Avec ce règlement, l’Agence se barricade dans une forteresse. Cela veut dire que, demain, nous pourrions avoir de nouveaux scandales sanitaires ».

Le Figaro, 24/04

En Bref

Science & Vie indique qu’il est possible, grâce à une injection de bon cholestérol, d’« éviter les hémorragies après le traitement d’un accident vasculaire cérébral (AVC) ». Des travaux, menés chez des rats, ont permis une quasi-disparition des complications. Selon Pierre Amarenco, directeur de l’étude à l’Inserm, « le caillot sanguin génère une brèche dans la barrière protectrice du cerveau. Après la recanalisation, le sang s’y engouffre parfois et cause l’hémorragie. Le bon cholestérol solidifie cette barrière ». Science & Vie, 01/05, Communiqué de presse : Le traitement par le HDL cholestérol au secours de la thrombolyse 
L’association Aides a présenté, lors d’un colloque le 19 avril, une série d’études portant sur le « VIH chez les plus de 50 ans ». Selon les témoignages recueillies par l’étude Fondation de France-Aides, et repris par le quotidien, « vieillir avec le VIH, c’est souvent vieillir seul ». L’étude souligne : « La génération ayant aujourd’hui entre 50 et 60 ans a pu être frappée par le virus à 20 ans, à un moment où elle entrait dans la vie adulte ». Libération, 24/04
Le quotidien Les Echos souligne que les ruptures de stocks de médicaments « se banalisent ». Selon le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), quelque 200 produits « se sont avérés indisponibles ces trois dernières années », explique le quotidien. Tous les médicaments sont concernés, « des cancéreux aux vaccins en passant par les psychotropes ». L’Académie de médecine, qui se réunit aujourd’hui, prépare des recommandations pour lutter contre ces pénuries liées à un marché mondialisé fonctionnant en flux tendus, ajoute le journal. Les Echos, 24/04

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube