Synthèse de presse

24 juillet 2013

12h14 | Par INSERM (Salle de presse)

Les maladies cardio-vasculaires sont la principale cause de décès, selon l’OMS

Selon un rapport publié hier par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « les maladies cardio-vasculaires restent la cause principale de décès dans le monde », explique Le Figaro. Les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux représentent 13,2 millions de décès en 2011, soit 24% des 54,6 millions de morts enregistrés dans l’année. L’OMS, qui a comparé les taux de mortalité entre 2000 et 2011, révèle que les six principales causes de décès demeurent inchangées, tandis que les causes les moins fréquentes, en bas de classement, ont connu des modifications. Les accidents de la route se trouvent ainsi désormais parmi les dix causes majeures de mortalité (9e position), avec 1,3 million de décès dans le monde en 2011. En revanche, la tuberculose, qui était en 8e position en 2000, est descendue à la 13e place, dix ans plus tard. Elle « a tout de même tué plus d’un million de personnes en 2011 », surtout dans les pays les plus pauvres, a précisé l’OMS. Cette dernière explique, dans son rapport, que « dans les pays à bas revenus, les décès sont encore principalement dus à des causes infectieuses, sida, maladies diarrhéiques, infections pulmonaires… alors que dans les pays riches 87% des décès sont aujourd’hui dus à des maladies chroniques, maladies cardio-vasculaires, diabète, cancer… ». Grégoire Rey, directeur du CépiDc-Inserm, souligne : « L’âge de survenue des décès est un élément majeur pour rendre compte de l’état sanitaire d’un pays. Les décès dus aux maladies coronariennes surviennent à un âge avancé et n’engendrent donc que peu de perte d’années de vie, contrairement aux maladies infectieuses ».

Le Figaro, 24/07

Alzheimer : 8,6 millions d’euros pour AB Science et ses partenaires

La société de biotechnologies AB Science a reçu, avec ses partenaires, 8,6 millions d’euros de la part de Bpifrance en vue de développer une nouvelle thérapie pour soigner la maladie d’Alzheimer, indique l’AFP. Dans un communiqué commun, AB Science et Bpifrance expliquent que, sur ce montant total, « AB Science, initiateur et chef de file de ce projet intitulé ROMANE (Rôle du Mastocyte en Neurologie), recevra un financement de 5,9 millions d’euros par Bpifrance, sous forme de subventions et d’avances remboursables ». L’AFP précise que « les autres membres du partenariat sont l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), le laboratoire de recherche Mircen, du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), l’Inserm, la fondation Imagine et la biotech Skuldtech ». 

AFP, 23/07

En Bref

La commission sénatoriale sur l’efficacité de la lutte antidopage doit rendre public aujourd’hui son rapport, après quatre mois d’audition, rapporte Libération. Les auteurs du rapport préconisent notamment de créer « une superagence, chargée d’instruire les dossiers des affaires de dopage et de prononcer les sanctions », explique le quotidien. Dans une interview accordée au journal, le sénateur Jean-Jacques Lozach, rapporteur de la commission, souligne que « parmi les réorientations que nous allons proposer, l’une concerne la recherche ». Et d’ajouter : « Il faut donner plus de moyens au laboratoire de détection du dopage de Châtenay-Malabry (…). Nous souhaitons un laboratoire plus proche du domaine universitaire, qui travaille davantage avec le CNRS ou l’Inserm, davantage à l’international ». Libération, 24/07
 Le Monde rend compte du développement du « quantified self » (« mesure de soi »), concept venu des Etats-Unis, qui consiste, grâce à de petits boîtiers et autres bracelets, à récolter ses propres données biométriques de santé et à les partager avec son médecin. Le patch Electronic Tattoos, mis au point par la chercheuse chinoise Nanshu Lu à l’université américaine d’Austin (Texas) et primé par le palmarès Netexplo 2013, est une sorte de tatouage, qui grâce à ses capteurs électroniques ultraminiaturisés, permet de mesurer l’activité musculaire, cardiaque ou cérébrale. Le Monde, 24/07

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube