Synthèse de presse

26 mars 2014

12h31 | Par INSERM (Salle de presse)

Sclérose en plaques : les avancées de la recherche


Dans son édition Science & Médecine, Le Monde s’intéresse aux progrès réalisés dans le traitement de la sclérose en plaques. La professeure Catherine Lubetzki, de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP), affirme que « les avancées conceptuelles et thérapeutiques sont réelles » dans ce domaine. Le quotidien souligne qu’en dépit de ces progrès majeurs, il reste impossible de prévoir, à l’échelle individuelle, la réponse du patient au traitement ni le pronostic sur le long terme. Parmi les défis auxquels s’attaque la recherche, figure la réparation de la myéline ayant pour rôle d’accélérer l’influx nerveux et protéger le neurone. Celle-ci est « attaquée par les cellules immunitaires » des patients atteints de la sclérose en plaques. Brahim Naït-Oumesmar, de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (Inserm, la Pitié-Salpêtrière), explique qu’« autour des plaques de démyélinisation, il existe des précurseurs des cellules qui fabriquent la myéline. Et nous avons identifié plusieurs voies de signalisation intervenant dans la migration de ces cellules vers les lésions et dans leurs capacités à régénérer la myéline détruite ».

Le Monde, édition Science & Médecine, 26/03

En Bref

France Info et France 2 ont présenté hier deux études scientifiques -l’une a été publiée dans la revue de la Société américaine du cancer et l’autre a été menée par des chercheurs Inserm- confirmant le rôle néfaste du tabac actif et passif accusé d’augmenter le risque de cancer du sein chez la femme. Le Pr David Khayat, chef du service d’oncologie médicale de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, souligne une ressemblance entre les produits de la combustion du tabac et les hormones femelles. Quand ces produits touchent les cellules du sein, ils provoquent une stimulation similaire à celle des oestrogènes. Ces « stimulations inappropriées » favoriseraient ainsi la survenue d’un cancer.

France Info, France 2, 25/03

Libération rapporte que selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la pollution de l’air serait à l’origine de 7 millions de morts prématurées dans le monde en 2012. Le quotidien souligne que la mauvaise qualité de l’air serait la cause d’un décès sur huit à l’échelle mondiale. Pour le Dr Maria Neira, directrice du département santé publique à l’OMS, la pollution atmosphérique représente aujourd’hui « le principal risque environnemental pour la santé dans le monde ».

Libération, 26/03

Libération rend compte du lancement du projet de recherche européen Egera (Effective Gender Equality in Research and the Academia). Géré par Hélène Périvier, économiste à Sciences-Po et vice-directrice de Presage (Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre), le programme a pour objectifs d’« assurer l’égalité hommes-femmes dans l’enseignement supérieur de la recherche » et d’« intégrer une perspective genrée dans les travaux de recherche ». Par exemple, le quotidien souligne que dans le domaine biomédical, « la plupart des expériences se font sur le rat mâle, sans prendre en compte les pics hormonaux des femmes ».

Libération, 26/03

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube