Synthèse de presse

04 septembre 2013

12h01 | Par INSERM (Salle de presse)

Les robots humanoïdes bénéficient des progrès de la recherche collaborative

Le Monde consacre un article à la dernière génération de robots humanoïdes. Il souligne que cette dernière « a bénéficié des progrès de la recherche collaborative ». Des plates-formes standardisées intègrent les programmes provenant de différents laboratoires et disciplines. Le quotidien présente le robot iCub utilisé depuis 2009 par le groupe de recherche dirigé par Peter Dominey à l’Institut Cellule souche et cerveau de Lyon (Inserm) qui cherche à développer son langage. Giorgio Metta, de l’Institut italien de technologie (IIT), où fut lancé le projet, indique : « Nous avons créé ce robot pour étudier le fonctionnement du cerveau lors de l’apprentissage, qu’il s’agisse du langage ou de processus cognitifs complexes comme suivre la trajectoire d’une balle et la saisir ». Et d’ajouter : « Pour cela, nous avons mis au point un robot capable d’apprendre en interagissant avec les gens ». La création d’iCub, financée à hauteur de 8,5 millions d’euros sur cinq ans par l’Union européenne entre 2004 et 2010, « est le fruit d’une collaboration entre onze laboratoires européens au sein du consortium Robot-Cub, où sont représentées des disciplines aussi variées que la psychologie développementale, la neurophysiologie ou encore l’informatique », souligne le journal. Au total, 25 équipes de recherche en Europe collaborent au développement du robot.

Le Monde, 04/09

Pollution et cancer

Le rapport de préfiguration du plan Cancer 2014-2018 souligne que les risques environnementaux, auxquels, selon de nombreuses études, sont liés un nombre important de décès par cancer, sont « encore mal connus et mal estimés », expliquent Les Echos. Le quotidien souligne que, « dans le plan Cancer qui s’achève, aucun de ces risques, hormis le radon, cible d’un objectif de la loi santé publique de 2004, n’a fait l’objet d’un dispositif de contrôle de l’exposition des populations ». Les auteurs du rapport préconisent, pour le prochain plan Cancer, de « diminuer les seuils tolérés d’exposition » à toutes les sources environnementales polluantes et de « limiter les sources de pollution atmosphériques urbaines et industrielles, dont les gaz d’échappement des moteurs Diesel » et « limiter les toxiques polluants des eaux (pesticides) ». Le rapport appelle également à ce que le 3e plan Cancer permette de mieux tenir compte des cancers d’origine professionnelle. Selon le document, le nombre reconnu « est encore très faible, particulièrement pour les cancers non liés à l’amiante ». 

Les Echos, 04/09

En Bref

Libération indique que Claude Evin, ancien ministre de la Santé, qui aurait dû être nommé haut-commissaire chargé de la nouvelle « stratégie nationale de santé », visant à se concentrer autour du patient et non plus autour des structures de santé, a été évincé par Marisol Touraine. Selon les informations du quotidien, « Claude Evin va rester à la tête de l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, et la stratégie nationale de santé retomber dans la poussière des tiroirs du ministère ». Libération, 02/09 

RTL rapporte que des scientifiques américains ont mis au point une pilule capable d’envoyer un SMS depuis l’intérieur du corps humain. Cette pilule permettra de « vérifier que les personnes âgées à la mémoire défaillante ont bien pris leurs médicaments ». Le procédé sera testé, en 2014, chez des patients britanniques victimes d’infarctus. Selon des chercheurs de l’Inserm, cette pilule peut être très utile pour les essais thérapeutiques et l’industrie pharmaceutique. RTL, 03/09

Nicolas Postel-Vinay, praticien dans l’unité d’hypertension artérielle (informatique médicale) de l’hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris, et directeur du site www.automesure.com, explique dans une tribune, publiée dans Le Monde, que « de plus en plus de personnes connectent leur corps à Internet avec des capteurs reliés à leur smartphone ». Les applications sur smartphone sont nombreuses : tensiomètres, lecteur de glycémie, cardiofréquencemètre… mais s’effectuent « en dehors de tout conseil médical » ce qui pose de nombreuses questions (« Qui conserve les mesures ? », « Qui serait responsable en cas de conseils inadéquats ? »…). Le Monde, 04/09 
Selon une étude Ipsos-Krys, menée auprès d’un panel de 3 011 personnes en France, Allemagne et Grande-Bretagne mais aussi de 200 ophtalmologistes, la difficulté pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste et le coût jugé trop élevé des lunettes « conduisent à la baisse de la vue des Français ». Jean-Pierre Champion, directeur général de Krys group, souligne : « c’est une grande surprise, 12% des patients menacés de problèmes graves parce qu’ils renoncent aux soins ». Cette situation « va encore se dégrader dans les prochaines années », estiment 56% des professionnels interrogés. Aujourd’hui en France, 04/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube