Synthèse de presse

07 novembre 2012

12h58 | Par INSERM (Salle de presse)

Vers une radiothérapie plus sûre

Le centre du Val-d’Aurelle de traitement du cancer, à Montpellier (Hérault), a conçu un test permettant de détecter les risques de séquelles après une radiothérapie, indique Aujourd’hui en France. Ce test, baptisé « Apoptose Lymphocytaire », « permet de s’assurer, avant l’irradiation, que le patient ne fait pas partie des 5 à 10% de personnes qui supportent mal les rayons », ajoute le quotidien. Le Pr David Azria, qui mène les recherches sur ce test depuis dix ans, en collaboration avec une équipe de Lausanne (Suisse), explique : « Un prélèvement sanguin est soumis à irradiation. Il s’agit ensuite d’observer la réaction des lymphocytes. On teste leur capacité à mourir sous les irradiations ou non. Au-dessus d’un certain seuil, on est sûr que le patient ne sera pas impacté par l’irradiation. Qu’il n’aura pas de séquelles à long terme. Cela signifie que le système de réparation est déjà en place dans le corps ». Le test, « développé dans le cadre d’un programme hospitalier dirigé par l’Institut national du cancer (INCa), est utilisé quotidiennement à Montpellier », souligne Aujourd’hui en France. Il est par ailleurs en essai clinique à l’Institut Gustave-Roussy de Villejuif (Val-de-Marne) et en cours d’évaluation au centre Alexis-Vautrin de Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Aujourd’hui en France, 07/11

Martine Aubry, mise en examen, dans le dossier amiante

Martine Aubry, ancienne directrice des relations du travail (DRT) du ministère du travail de 1984 à 1987, « a été mise en examen hier pour ‘‘homicides et blessures involontaires’’ » dans l’une des enquêtes de l’amiante, indiquent Libération et Le Monde. La juge Marie-Odile Bertella-Geffroy « lui reproche notamment d’avoir trop tardé à transposer une directive européenne de 1983 qui durcissait les mesures de protection contre l’amiante et qui n’a été mise en œuvre en France qu’en 1987 », ajoute le quotidien.

Libération, 07/11

En Bref

Le Monde consacre un article au psoriasis, « une affection cutanée handicapante ». L’Association pour la lutte contre le psoriasis (APLCP), qui participait lundi à la journée mondiale contre cette affection, remettra le 20 novembre une pétition pour une reconnaissance du « handicap de peau ». Selon le Pr Laurent Misery, chef du service de dermatologie du CHU de Brest et président du groupe psychodermatologie de la Société française de dermatologie, « différentes études réalisées entre 1995 et 2005 montrent une prévalence de la dépression de 10 à 58% chez les patients atteints de psoriasis ». Le Monde, 07/11

L’Expansion publie un dossier concernant « les menaces sur la sécurité de nos médicaments ». « Les risques de pénurie, (…) rendent alarmants cette dépendance stratégique », souligne le mensuel, puisque 80% des principes actifs des médicaments sont importés. Concernant le risque des fraudes, les autorités rappellent que légalement les laboratoires sont les seuls responsables de la sécurité des produits, et doivent auditer, pour cela, leurs fournisseurs. L’Expansion, 01/11

Sanofi et son partenaire Regeneron ont annoncé le lancement de leur essai clinique de phase III baptisé Odysee Outcomes dans le traitement de l’hypercholestérolémie avec un anticorps monoclonal, expliquent Les Echos. L’essai sera mené auprès de 18 000 patients. « Cet anticorps bloque l’action d’enzymes dénommées PCSK9, qui empêchent la destruction du ‘‘mauvais’’ cholestérol, dit cholestérol LDL », ajoute le quotidien. Les Echos, 07/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube