Brèves
  • Accueil
  • > Brèves
  • > Europe
  • > NanoAthero : la nanomédecine pour traiter les maladies cardiovasculaires

NanoAthero : la nanomédecine pour traiter les maladies cardiovasculaires

27 févr. 2013 - 18h16 | Par INSERM (Salle de presse) | Europe | Physiopathologie, métabolisme, nutrition

Seize partenaires de 10 pays européens s’unissent en créant le consortium NanoAthero (Nanomedicine for Atherosclerosis), dans le but de développer et d’étudier la faisabilité clinique de la nanomédecine pour le diagnostic et le traitement ciblés de l’athérosclérose. Coordonné par l’Inserm, le projet vient d’obtenir un financement de la Commission Européenne, à hauteur de 10 millions d’euros pour une durée de 5 ans.
Les 16 partenaires seront réunis à Graz, en Autriche, les 06 et 07 mars, pour le lancement du projet NanoAthero.

Vers une application de la nanomédecine aux maladies cardio-vasculaires

L’athérosclérose se caractérise par le dépôt d’une plaque de graisses sur la paroi des artères, pouvant bloquer la circulation sanguine et entraînant par la suite sa lésion. La plaque peut aussi se rompre provoquant la formation soudaine d’un caillot de sang. L’athérosclérose peut provoquer une crise cardiaque si elle bloque complètement les artères du cœur, ou un accident vasculaire cérébral si elle touche celles du cerveau.

Les facteurs de risque des maladies de la paroi artérielle sont : le taux important de cholestérol ou triglycérides, le diabète, le tabac et l’hypertension, ce qui les rend responsables de la majorité des décès des pays développés1. Les stratégies actuelles de lutte contre les conséquences de l’athérosclérose sont orientées soit vers la promotion d’un style de vie sain2 et le traitement pharmacologique des facteurs de risque, soit vers des stratégies d’intervention tardive telles que l’implantation de dispositifs médicaux3, ou la thrombolyse (désagréger par médicament les caillots), etc… Toutefois, le traitement thrombolytique nécessiterait encore des améliorations afin d’accroître son efficacité et réduire ses effets secondaires (i.e. hémorragie intracrânienne).

« Malgré ces dispositifs thérapeutiques, l’incidence des événements cliniques reste très élevée1. Cela montre qu’il existe des besoins en diagnostic et en thérapeutique4 »

explique Didier Letourneur, directeur de recherche à l’Inserm U698 et coordinateur du projet NanoAthero.

Alors qu’en cancérologie, la thérapie basée sur des nanoparticules est de plus en plus fréquente en clinique, aucun système spécifique à base de nanoparticules n’a encore été approuvé pour une utilisation diagnostique ou thérapeutique dans la maladie cardiovasculaire. En effet, l’intégration d’un système de transport, d’un revêtement furtif, d’une modalité de ciblage et d’une molécule active dans un même nanosystème (dit nanosystème de troisième génération) n’a pas encore été évaluée cliniquement dans le domaine de l’athérosclérose5.

NanoAthero : 16 partenaires en marche vers des essais cliniques

Bio-ingénierie cardiovasculaire

© Inserm

Plusieurs partenaires de NanoAthero ont breveté et fourni des preuves de l’efficacité de différents nanotransporteurs et ligands pour une utilisation dans des thérapies ciblées. Ces progrès récents ont des implications importantes pour le développement de nouveaux outils de diagnostic moléculaire et thérapeutique. De l’avis du consortium NanoAthero, les nanovecteurs proposés pour véhiculer des composés permettant la visualisation de plaques « vulnérables » ainsi que pour délivrer des agents thérapeutiques pour stabiliser les plaques6,7 sont prêts et aptes à être transférés en clinique.

Cependant, l’élaboration de systèmes nanoparticulaires ciblant, efficaces, sûrs et innovants est un processus complexe en plusieurs étapes. Il y a un besoin croissant pour sélectionner et/ou identifier des matériaux appropriés, des revêtements de surface, et des ligands de ciblage avec des propriétés novatrices8. Les agents (petites molécules, mais aussi des macromolécules comme les protéines et les acides nucléiques) à charger dans les nanovecteurs varient considérablement par leurs propriétés physico-chimiques et il demeure un défi majeur de pouvoir équilibrer les dimensions nanométriques de la particule avec les types et les quantités d’agents qui sont cliniquement nécessaires. Une bonne caractérisation structurale et physico-chimique (concernant la taille, la charge de surface, la forme, la stabilité) est nécessaire pour garantir des effets reproductibles in vivo.

NanoAthero vise à transférer des systèmes de nanodélivrance validés précliniquement vers des études cliniques de preuve de concept. Le consortium propose une mise à jour des connaissances en pathologie athérothrombotique, y compris la définition des cibles cellulaires et moléculaires. NanoAthero dispose ainsi des savoir-faire en termes de conception des nanosystèmes, validations précliniques et cliniques, toxicologie, production et développements industriels.

NanoAthero

Les 16 partenaires de 10 pays :
Inserm, France
Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, France
Inserm – Transfert Sa, France
Academisch Medisch Centrum Universiteit Van Amsterdam, Pays Bas
Medizinische Universität Graz Meduni Graz, Autriche
Syddansk Universitet, Danemark
Universitätsklinikum Erlangen, Allemagne
Universiteit Twente, Pays Bas
Max-Planck Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften e.V., Allemagne
Commissariat à l’Energie Atomique et Aux Energies Alternatives, France
Europaïsche Stiftung Für Klinische Nanomedizin, Suisse
Winzsoft Ltd, Israël
Nanopet Pharma Gmbh, Allemagne
Semmelweis Egyetem, Hongrie
Bracco Imaging SpA, Italie
Edinethics Limited, Royaume Uni

Références :

1. Wayne R, Katherine, F, Gary, F, et al. Heart disease and Stroke statistics-2007 update. Circulation. 2007;115:e69-e171.
2. Kahn R, Robertson RM, Smith R, Eddy D. The impact of prevention on reducing the burden of cardiovascular disease. Circulation. 2008;118(5):576-585.
3. Miloro P, Sinibaldi E, Menciassi A, Dario P. Removing vascular obstructions: a challenge, yet an opportunity for interventional microdevices. Biomed Microdevices. 2012:PMID: 22331446.
4. Klink A, Hyafil F, Rudd J, Faries P, Fuster V, Mallat Z, Meilhac O, Mulder WJ, Michel JB, Ramirez F, Storm G, Thompson R, Turnbull IC, Egido J, Martin-Ventura JL, Zaragoza C, Letourneur D, Fayad ZA. Diagnostic and therapeutic strategies for small abdominal aortic aneurysms. Nat Rev Cardiol. 2011;8(6):338-347.
5. Lobatto ME, Fuster V, Fayad ZA, Mulder WJ. Perspectives and opportunities for nanomedicine in the management of atherosclerosis. Nat Rev Drug Discov. 2011;10(11):835-852.
6. Lammers T, Aime S, Hennink WE, Storm G, Kiessling F. Theranostic nanomedicine. Acc Chem Res. 2011;44(10):1029-1038.
7. Lewis DR, Kamisoglu K, York AW, Moghe PV. Polymer-based therapeutics: nanoassemblies and nanoparticles for management of atherosclerosis. Wiley Interdiscip Rev Nanomed Nanobiotechnol. 2011;3(4):400-420.
8. Wei S, Wang Q, Zhu J, Sun L, Lin H, Guo Z. Multifunctional composite core-shell nanoparticles. Nanoscale. 2011;3(11):4474-4502. 

POUR CITER CET ARTICLE :
Salle de Presse Inserm NanoAthero : la nanomédecine pour traiter les maladies cardiovasculaires Lien : http://presse.inserm.fr/nanoathero-la-nanomedecine-pour-traiter-les-maladies-cardiovasculaires/7028/
fermer
fermer
RSS Youtube