Un gène, des épilepsies?

02 avril 2013 - 10h21 | Par INSERM (Salle de presse) | Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie

Un gène impliqué dans les épilepsies dites « focales », les plus fréquentes d’entre elles, a été découvert par l’équipe de recherche dirigée par Eric Leguern et Stéphanie Baulac de l’unité Inserm 975 « Génétique et physiopathologie des épilepsies familiales » à l’Institut du Cerveau et de la Moelle (ICM) de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Les chercheurs ont étudié des familles dont les membres atteints présentaient divers syndromes d’épilepsie focale. Dans 37% des familles, des mutations ont été retrouvées dans un gène commun. Cette découverte permet d’envisager de nouveaux mécanismes pour mieux comprendre cette pathologie. Les résultats de cette étude sont publiés dans une lettre de la revue Nature Genetics datée du 31 mars 2013.

Les épilepsies focales représentent près de 70% de toutes les épilepsies. Parmi elles, plusieurs syndromes familiaux ont été identifiés, et caractérisés par la localisation du foyer épileptogène à l’origine des crises: les épilepsies frontales nocturnes autosomiques dominantes, les épilepsies familiales du lobe temporal et les épilepsies familiales à foyer variable.

Grace à la caractérisation clinique de 16 familles, en collaboration avec des cliniciens des hôpitaux universitaires de Strasbourg, les chercheurs viennent de découvrir un gène majeur impliqué dans plusieurs formes familiales d’épilepsie focale. La technique de séquençage de l’ADN à haut débit a permis d’identifier une mutation introduisant un décalage dans la lecture du gène DEPDC5 (DEP domain containing protein 5), qui code pour une protéine de fonction encore inconnue. Par la suite, le séquençage du gène a révélé la présence de mutations dans 6 familles de la cohorte sur 16, soit plus du tiers d’entre elles. La fréquence élevée des mutations dans le gène DEPDC5 laisse entrevoir des retombées pour les patients et les familles en terme de diagnostic moléculaire et clinique.

« L’identification de mutations dans des familles avec épilepsie frontale, temporale ou à foyer variable démontre que ce gène est un dénominateur commun à des syndromes épileptiques longtemps considérés comme distincts du fait de la localisation cérébrale différente du foyer et de l’expression électro-clinique différente observée lors des crises »

, souligne Stéphanie Baulac, chargée de recherche à l’Inserm. Ces résultats suggèrent pour la première fois que le site d’initiation des crises est dissocié de la cause moléculaire.

Cette découverte permettra d’ouvrir de nouvelles pistes pour une meilleure compréhension des mécanismes pathologiques des épilepsies pour le développement de nouvelles cibles thérapeutiques, les épilepsies focales faisant partie des plus pharmaco-résistantes.

Ces travaux ont bénéficié d’un  financement de l’Institut Hospitalo-Universitaire IHU-A-ICM  dans le cadre des “Investissements d’avenir”.

Photo: ©Inserm / L.Peris

POUR CITER CET ARTICLE :
Salle de Presse Inserm Un gène, des épilepsies? Lien : http://presse.inserm.fr/un-gene-des-epilepsies/7587/
Contacts médias
Contact Chercheur

Stéphanie Baulac
Chargée de recherche Inserm

Unité 975 « Centre de recherche en neurosciences de la Pitié-Salpétrière »
Equipe « génétique des affections du système nerveux périphérique et de l’épilepsie »
01 57 27 43 39
stephanie.baulac@upmc.fr

Voir les sources

Mutations of DEPDC5 cause autosomal dominant focal epilepsies

Saeko Ishida1,2, Fabienne Picard3, Gabrielle Rudolf4,5, Eric Noé1,2, Guillaume Achaz2,6,7, Pierre Thomas8,Pierre Genton9,10, Emeline Mundwiller11, Markus Wolff12, Christian Marescaux4, Richard Miles1,2, Michel Baulac1,2,13, Edouard Hirsch4, Eric Leguern1,2,14 & Stéphanie Baulac1,2

1 Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) U975, ICM, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris, France.
2 Université Pierre et Marie Curie–Paris 6 (UPMC), Paris, France.
3 Department of Neurology, University Hospitals of Geneva (HUG), Geneva, Switzerland. 4Neurology Department, Strasbourg University Hospital, Strasbourg, France.
5 Strasbourg University (UDS), Strasbourg, France.
6 Unité Mixte de Recherche (UMR) 7138, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Paris, France.
7 UMR 7241, Collège de France, Paris, France.
8 Service de Neurologie, Hôpital Pasteur, Nice, France.
9 Centre Saint Paul, Henri Gastaut, Marseille, France.
10 Mediterranean Institute of Neurobiology (INMED), Marseille, France.
11 Genotyping/Sequencing Platform of ICM, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris, France.
12 Department of Paediatric Neurology University, Children’s Hospital, Tuebingen, Germany. 13 Epilepsy Unit, Assistance Publique–Hôpitaux de Paris (AP-HP) Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris, France.
14 Département de Génétique et de Cytogénétique, AP-HP Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris, France.

Nature Genetics

fermer
fermer
RSS Youtube