Synthèse de presse

11 janvier 2013

12h04 | Par INSERM (Salle de presse)

Polémique sur la dangerosité des pilules de 3e et 4e génération

Marisol Touraine, ministre de la Santé, doit faire le point, ce matin, sur le « dossier délicat des pilules dites de 3e et 4e génération », qui constitue sa « première crise sanitaire », indique Libération. Selon Aujourd’hui en France, elle va présenter, à cette occasion, son plan visant à réduire la prescription de ces pilules. Le quotidien indique qu’elle doit notamment « demander à Bruxelles de revoir les autorisations de mise sur le marché (AMM) de ces pilules très controversées ». Dans une interview accordée à Libération, le Pr Bernard Bégaud, « directeur d’une importante équipe de recherche sur l’utilisation et les risques des médicaments », souligne que, malgré les premières alertes dès 1995, « voilà qu’on réagit dix-sept ans plus tard, à chaud, avec la pression de l’émotion et des médias. Bien évidemment, cela conduit à l’excès, à risquer d’en faire trop pour ne pas en avoir fait assez (…) ». Cette situation montre les lacunes du système de surveillance français. Selon les informations du Monde, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) « n’aurait reçu en tout et pour tout que la notification de 133 accidents thromboemboliques et de 122 accidents vasculaires cérébraux (AVC) pour l’ensemble de ces pilules (3e et 4e génération) pourtant prises par 2,5 millions de femmes en 2012 ». Le Monde se penche également sur les liens d’intérêts entre les médecins et les laboratoires, ainsi que sur le « ‘‘scandale Diane 35’’, antiacnéique détourné en pilule ».

Libération, Aujourd’hui en France, Le Monde, 11/01

Le cuivre pour lutter contre les maladies nosocomiales

Aujourd’hui en France souligne que le cuivre, aux propriétés antibactériennes reconnues, fait « une entrée timide dans les milieux hospitaliers pour lutter contre les maladies nosocomiales ». Ainsi, l’Hôpital privé Nord parisien (HPNP), situé à Sarcelles (Val-d’Oise), vient d’équiper son service de soins de suite de poignées de porte en cuivre. Franck Paule, biohygiéniste à l’HPNP, explique que, selon les résultats d’une étude réalisée pendant deux mois par l’Institut de recherche microbiologique, « le cuivre tue les bactéries. Nous avons observé une diminution de 99% des bactéries E.coli en deux heures et de 90% des staphylocoques dorés dans le même laps de temps ». Franck Paule indique cependant que « son utilisation ne doit pas se faire au détriment de l’hygiène. C’est une aide précieuse mais qui vient en complément. Le lavage des mains, la désinfection restent primordiaux ».

Aujourd’hui en France, 11/01

En Bref

TLT (Télévision Locale Toulousaine) a rendu compte, dans son journal, du lancement, le 9 janvier, du projet anticancer toulousain, CAPTOR (Cancer Pharmacology of Toulouse and Region) qui fédère l’université Paul-Sabatier, le CHU de Toulouse, l’Inserm et le CNRS. La chaîne a interviewé Guy Laurent, coordinateur du projet, ainsi que Jean-Jacques Fournié, directeur du centre de recherche en cancérologie de Toulouse. TLT, 09/01
La revue Famili note qu’un travail mené par les chercheurs de l’unité Inserm 953 a montré que, contrairement à ce que suggéraient des études récentes, le rétinoblastome, une tumeur rare de l’œil des jeunes enfants, n’est pas lié aux traitements employés contre l’infertilité (fécondation in vitro, stimulation ovarienne, insémination artificielle). Famili, 01/02
Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique, et Ghislaine Alajouanine, Membre Correspondant de l’Institut de France, présidente du Haut Conseil de la Télésanté, donnent leur point de vue, dans La Tribune Hebdomadaire, sur « la nouvelle ère [qui] commence » qui alliera le numérique et la santé. Ils soulignent que « les outils et solutions numériques que se seront appropriés les professionnels de santé » représenteront « un levier indispensable de modernisation du monde de la santé (…) ». La Tribune Hebdomadaire, 11/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube