Synthèse de presse

12 juillet 2013

12h39 | Par INSERM (Salle de presse)

Les nonagénaires en grande forme

Une étude, réalisée par des chercheurs de l’université d’Odense, au Danemark, et publiée dans The Lancet, révèle que « les nonagénaires d’aujourd’hui ont des capacités physiques et intellectuelles jamais atteintes par le passé », souligne Le Figaro. Les auteurs de ce travail ont étudié la santé de deux populations de nonagénaires à une décennie d’intervalle, explique le quotidien. Le premier groupe comportait des personnes âgées de 93 ans en 1998, nées en 1905, et le deuxième groupe de 1 500 personnes nées dix ans plus tard, âgées de 95 ans en 2010. Les tests effectués sur ces volontaires montrent que « la génération, née en 1915 a de meilleurs résultats, en moyenne, aux tests cognitifs qui mesurent la mémoire, le langage, etc. Si les performances physiques des deux groupes sont à peu près similaires, les nonagénaires des années 2010 sont plus à l’aise dans les actes de la vie quotidienne (…) », ajoute le journal. Le Pr Olivier Saint-Jean, chef de service à l’hôpital européen Georges-Pompidou (Paris), explique : « En dix ans, le pourcentage de nonagénaires ayant des tests parfaits a doublé. (…) Le temps de vie autonome et en bonne santé ne cesse de s’allonger ». Selon le Pr Kaare Christensen, auteur de l’étude, outre le niveau d’éducation, « d’autres facteurs sont certainement impliqués, comme la nutrition, le poids des maladies infectieuses, l’environnement professionnel, la stimulation ou encore les conditions de vie en général ».

Le Figaro, 12/07

La recherche sur l’embryon en question

Dans une interview accordée au Figaro, le Pr René Frydman, père du premier bébé-éprouvette français, souligne être favorable à la recherche sur l’embryon, et à la proposition de loi, actuellement discutée à l’Assemblée nationale, et qui sera soumise au vote le 16 juillet. Pour le Pr René Frydman, « l’embryon n’est pas une personne humaine. C’est une personne humaine en devenir que s’il est dans un projet parental ». Concernant « une méthode alternative » aux cellules souches embryonnaires, Libération rappelle qu’il y a les cellules souches adultes pluripotentes induites (iPSC). Cependant, le Pr Frydman souligne les limites des iPS : « Elles peuvent induire une prolifération de cellules oncogènes. Dans ce cas, on injecterait une cellule cancéreuse au lieu d’une cellule médicament ». De même, Marc Peschanski (de l’Inserm), spécialiste des cellules souches, explique que « les cellules embryonnaires sont des cellules physiologiques, ‘‘naturelles’’ des êtres vivants. Alors que les iPSC ont été modifiées et l’on n’est pas entièrement certain qu’elles sont identiques aux premières ».

LCP-AN, France Culture, France 3, 11/07, Le Figaro, Libération, 12/07

En Bref

Aujourd’hui en France, qui se demande s’il faut « avoir peur des vaccins » contenant des sels d’aluminium, indique que, « soutenus par des élus, certains malades [atteints de myofasciite à macrophages] ont rendu public hier leur intention de porter leur combat en justice ». Les trois plaignants estiment, en s’appuyant sur des travaux de chercheurs, que leur pathologie est liée aux sels d’aluminium. Le quotidien souligne qu’« en portant plainte contre X, ils visent en fait le ministère de la Santé ». Les plaignants estiment que Marisol Touraine, qui s’était notamment engagée à financer les travaux du Pr Gherardi sur les liens entre aluminium et myofasciite à macrophages et à installer un groupe de travail, « n’a pas tenu parole ». Aujourd’hui en France, 12/07
La Tribune présente Lung Innov, entreprise créée en 2009 par Philippe Lassalle, médecin chercheur à l’Inserm de Lille, suite à sa découverte d’une molécule Endocan et son impact sur les risques de défaillance respiratoire. Lung Innov a conçu un kit de diagnostic facile à utiliser et peu coûteux, validé en mars 2013 par l’ANSM, qui permet « d’identifier les patients en réanimation susceptibles de rencontrer des problèmes respiratoires entraînant la mort », explique le quotidien. Ce dernier souligne que le travail de recherche se poursuit sur d’autres produits de diagnostic en collaboration avec l’Inserm et le service de réanimation du CHRU de Lille. La Tribune, 12/07
L’Usine nouvelle indique que la start-up EyeTechCare, créée en 2008 et partenaire de l’Inserm, va équiper quatre centres réputés en ophtalmologie (dont l’hôpital des Quinze-Vingts à Paris) de son dispositif thérapeutique non-invasif fondé sur l’utilisation des Hifu (ultrasons focalisés de haute intensité). Pour Fabrice Romano, directeur général d’EyeTechCare, ces contrats sont « une reconnaissance formidable » pour ce « dispositif médical unique au monde ». L’Usine Nouvelle, 11/07
  

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube