Synthèse de presse

13 septembre 2013

11h47 | Par INSERM (Salle de presse)

Les pensées positives, bonnes pour la santé

Une étude danoise, publiée dans la revue internationale Circulation, révèle que les « pensées positives [joie, enthousiasme, bonheur…] sont bonnes pour la santé », explique Le Figaro. L’étude a consisté à interroger, en 2005, via un questionnaire, 607 patients qui fréquentaient l’hôpital de Holbaek, au Danemark, en raison d’une maladie cardiovasculaire. Les auteurs ont constaté une réduction de la mortalité de 42% dans le groupe de ceux qui affichaient le meilleur moral au départ. « En valeur absolue, on comptait 10% de décès dans ce groupe contre 16,5% dans l’autre », précise le quotidien. Concernant un lien entre avoir des pensées positives et avoir envie de faire une activité physique ou inversement faire du sport et améliorer par ce moyen son moral, les médecins danois indiquent : « Tirer des conclusions sur la direction de la relation est prématuré à ce stade, mais la conclusion la plus probable est que ça marche dans les deux sens ». Le journal souligne que plusieurs études montrent qu’« avoir un bon moral prédispose à avoir un comportement lui aussi plus ‘‘positif’’ en terme de santé » et permettrait de réduire la mortalité grâce à « une activité physique accrue chez les gens heureux ».

Le Figaro, 13/09

Les 40 ans des Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme (Cecos)

Les centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme (Cecos) fêtent cette année leurs 40 ans. A cette occasion, ils organisent ce soir à Paris un colloque durant lequel ils débattront de leur futur rôle avec la procréation médicalement assistée (PMA) pour les « couples de femmes, voire d’hommes ». Louis Bujan, président de la Fédération des Cecos, souligne : « Dans les Cecos, nous avons énormément travaillé la question de la place du père. Et voilà que maintenant, on nous demande de ne plus nous en préoccuper en répondant à la demande de femmes qui veulent enfanter sans père ». Jean-Marie Kunstmann, chef du Cecos de Cochin, s’inquiète : « On a déjà des procès aujourd’hui [d’enfants qui veulent connaître leur géniteur], alors que les enfants ont grandi avec une figure maternelle et paternelle ». Une solution, selon certains médecins, serait de lever l’anonymat des gamètes. Mais, Louis Bujan souligne que « quand je demande aux donneurs s’ils accepteraient de faire ce geste généreux sans cacher leur identité à l’enfant, la plupart répondent non ».

La Croix, 13/09

En Bref

Libération rend compte du décès d’Albert Jacquard d’une leucémie à l’âge de 87 ans. « Auréolé de deux doctorats en génétique et biologie humaine », il s’était « engagé en faveur des mal-logés, des sans-papiers et contre le nucléaire », explique le quotidien. Ce dernier souligne : « Antinucléaire farouche, défenseur du droit des plus faibles, jusqu’au bout Jacquard a milité pour que les valeurs humaines survivent à la férocité du libéralisme et de la technique ».Libération, 13/09

Le gouvernement a fermement démenti, hier, qu’il envisageait de mettre en place des taxes comportementales pour réduire le déficit de l’assurance-maladie, indiquent Les Echos et La Tribune. Ainsi, notamment les taxes sur la cigarette électronique et le tabac évoquées hier par la presse (cf synthèse de presse du 12 septembre) « n’ont pratiquement aucune chance de se retrouver dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014, qui sera présenté le 26 septembre », soulignent Les Echos. Les Echos, La Tribune, 13/09

Dans son émission « Autour de la question », RFI s’est penché sur la recherche à Marseille. La chaîne radiophonique a invité notamment le Pr Didier Raoult, « grand découvreur de virus », directeur de l’unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes (URMITE) à Marseille. Son laboratoire dépend du CNRS, de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), de l’Inserm et de l’Université Aix Marseille. RFI, 12/09
 

Les Echos soulignent que les « dégâts sanitaires [du diesel sont] ‘‘certains’’ mais mal quantifiés ». « Aucune étude récente n’a donné l’exacte mesure du phénomène », ajoute le quotidien. Pascal Canfin, le ministre délégué au Développement, a avancé « 15 000 morts par an par le diesel ». Les constructeurs automobiles insistent sur les progrès réalisés dans les moteurs diesel et affirment que « le trafic routier émet bien moins de particules fines que la combustion dans l’habitat, l’industrie ou le tertiaire », rapporte le journal. Les Echos, 13/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube