Synthèse de presse

16 décembre 2016

13h50 | Par INSERM (Salle de presse)

Les femmes favorables à la conservation des ovocytes… mais pas pour elles-mêmes

Une étude du centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin (AP-HP) présentée fin novembre souligne que les Françaises sont favorables à la conservation des ovocytes pour raison d’âge ou « sociétales », mais pas pour elles-mêmes, alors que celle-ci n’est actuellement autorisée en France que pour des raisons médicales. La technique se trouve notamment « confrontée à une impasse » qui rend difficile sa mise en application, explique Laurence Brunet, juriste au centre d’éthique clinique. En effet, « les femmes de 25-30 ans disent que c’est trop tôt pour y réfléchir. Entre 31 et 36 ans, elles estiment que c’est angoissant de penser à la baisse de leur fertilité et entre 37 et 43 ans, c’est trop tard », rapporte-t-elle. La plupart d’entre elles n’envisagent pas une maternité après 45 ans, plaidant même pour qu’un âge limite soit fixé pour l’utilisation des ovocytes congelés, ajoute le quotidien. Reste que, comme le rappellent certains médecins, « la technique ne permet pas une grossesse à coup sûr ».

Le Figaro, 16/12

Des souris génétiquement modifiées bénéficient d’une cure de jouvence

Un protocole expérimental imaginé par une équipe internationale a permis à des souris génétiquement modifiées de bénéficier d’une longévité accrue. « L’aspect le plus important est de montrer que le vieillissement est dynamique et plastique », précise Juan Carlos Izpisua Belmonte, Professeur au Salt Institute (San Diego, Californie), qui a dirigé ces travaux publiés dans Cell. Si le protocole n’est pas applicable à l’homme en l’état, Jean-Marc Lemaître, chercheur Inserm, salue ces résultats « particulièrement intéressants »  Lemonde.fr rappelle qu’en 2011, son équipe avait montré que les cellules issues de patients centenaires conservaient la capacité d’inverser les processus de sénescence.

Lemonde.fr, 15/12

En Bref

Jean-François Delfraissy, directeur de l’ANRS (France Recherche Nord et Sud Sida-Hiv hépatites) et directeur de l’Institut d’immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie de l’Inserm-Aviesan, a été nommé président du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé. Il remplacera Jean-Claude Amiesen à compter du 4 janvier 2017.

AFP, 16/12, Lequotidiendumedecin.fr, 15/12, Les Echos, 16/12

Le comité d’éthique britannique a autorisé jeudi la conception de bébés à partir de trois ADN. Comme le souligne Libération, « le Royaume-Uni devient ainsi le premier pays à légaliser cette technique consistant à combiner les ADN de deux femmes et d’un homme pour éviter la transmission d’une maladie héréditaire maternelle ».

Libération, 16/12

Dans un entretien au magazine Point, Hervé Chneiweiss, président du comité d’éthique de l’Inserm, aborde la façon dont le cerveau pense le bien et le mal. Il souligne notamment que tout individu est capable de faire la différence entre ces deux notions. Toutefois, les cerveaux sont malléables et peuvent être reprogrammés, ajoute celui-ci.

Le Point, 01/12

Dans son émission Le Magazine de la Santé, France 5 se penche sur le programme Chopin, qui vise à comprendre l’hypercholestérolémie familiale sévère. Ce programme qui a reçu un financement public, est porté par le CHU de Nantes et une équipe de chercheurs Inserm.

France 5, 15/12

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube