Synthèse de presse

17 janvier 2014

12h44 | Par INSERM (Salle de presse)

Maladies cardiaques : l’efficacité économique de la télémédecine

Selon une étude médico-économique, réalisée à la demande des autorités françaises par le spécialiste de la stimulation cardiaque, Biotronik, « la télécardiologie est la solution d’avenir pour le suivi des patients équipés de pacemakers ou de défibrillateurs pour corriger les anomalies du rythme cardiaque », rapporte le journal Les Echos. L’étude Ecost a comparé, pendant deux ans, le suivi à distance et le suivi classique de 310 patients issus de 43 centres hospitaliers français répartis dans deux groupes comparables. Les résultats de cette étude montrent que « si le suivi à distance n’a pas eu d’influence sur les dépenses d’hospitalisation, en revanche, il a permis une réduction de 13 à 17% des coûts ambulatoires (consultations, transports associés) et des coûts liés au défibrillateur lui-même (impact sur la longévité des piles) ». Selon Laurence Guédon-Moreau, cardiologue au CHU de Lille, qui a coordonné l’étude, « au total, le suivi à distance a permis d’économiser 494 euros par patient et par an, soit 10% du coût total ». Il a également permis une meilleure qualité de suivi des patients.

Les Echos, 17/01

Les produits laitiers favoriseraient la santé cardiovasculaire

Figaro Magazine et Europe 1 rendent compte de deux études françaises, Monica, menée sur 1 000 hommes, et Mona Lisa-nut, réalisée sur 3 000 personnes des deux sexes, qui se sont penchées depuis 1995 sur les facteurs nutritionnels susceptibles d’influencer le risque de maladies cardio-vasculaires. Ces études ont été menées à l’initiative de l’OMS et financée par des organismes publics (dont l’Inserm) autant que privés. « Les derniers résultats confirment l’avantage des produits laitiers contre ces pathologies », indique le journal. « Les « gros » consommateurs sont moins sujets au diabète, au mauvais cholestérol, aux triglycérides et diminuent leur risque de décès par maladie cardio-vasculaire de 30% dans les dix ans », ajoute l’hebdomadaire. Le Pr Jean Ferrières, chef de l’unité de prévention cardio-vasculaire au CHU de Toulouse, indique : « Il se trouve qu’ils ont mauvaise réputation en cardiologie du fait de leur teneur en graisses saturées. Mais ils contiennent aussi différents nutriments protecteurs ».

Europe 1, 16/01, Figaro Magazine, 17/01

En Bref

D’après Les Echos, Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, a affirmé sur RMC/BFMTV que le point d’indice, qui sert la base de calcul des salaires de fonctionnaires, ne sera « pas gelé jusqu’à la fin de la mandature » en 2017. Les Echos, 14/01
Concernant l’enquête sur le Mediator, le procureur de Paris, François Molins, a précisé hier que « le juge devrait avoir fini son travail à la mi-février », rapporte Aujourd’hui en France. Selon lui, « un grand procès du Mediator visant tous les acteurs de ce scandale pourrait se tenir à Paris à la mi-2015 ». 25 personnes sont mises en examen. Mais, le quotidien précise que « seulement trois morts sont prouvés ». Aujourd’hui en France, 17/01
Le quotidien Les Echos présente la membrane de la société Biom’Up qui « réduit les risques en chirurgie cardiaque pédiatrique ». Le quotidien explique qu’« ayant fait ses preuves depuis 2009 en chirurgie cardio-thoracique, la membrane de collagène Cova, codéveloppée avec le service du professeur Philippe Menasché et du docteur Alain Bel, à l’hôpital européen Georges-Pompidou, vient de faire l’objet d’une première étude clinique en chirurgie cardiaque pédiatrique ». Les Echos, 17/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube