Synthèse de presse

18 mars 2016

12h47 | Par INSERM (Salle de presse)

Greffe d’organe : la manipulation du système immunitaire pour éviter l’incompatibilité

Une étude, parue dans le New England Journal of Medicine, montre, pour la première fois, que « la manipulation du système immunitaire du receveur pour faciliter la prise du greffon améliore la survie à long terme », rapporte Le Figaro. Ainsi, « huit ans après une greffe de rein, 76,5% des patients qui ont bénéficié de cette désensibilisation sont toujours en vie (…) », explique le journal. Cette désensibilisation consiste à éliminer tous les anticorps de l’organisme du receveur avant la greffe, dont les anti-HLA, en les filtrant du plasma, puis à administrer un traitement empêchant leur réapparition. 

Le Figaro, 18/03

Malades pénibles et diagnostic difficile

Selon une étude de chercheurs néerlandais, publiée dans le British Medical Journal Quality & Safety, « face à un patient pénible et présentant des symptômes complexes, la probabilité d’erreur de diagnostic augmente de 42% par rapport à un patient standard », explique Le Figaro. Le quotidien indique que « le surrisque d’erreur existe aussi pour les maladies dont le diagnostic est simple, mais il chute à 6% ». Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont soumis 63 internes en dernière année de médecine générale à deux scénarios (patient pénible et patient neutre) pour six cas cliniques différents. 

Le Figaro, 18/03

En Bref

Une méta-analyse, réalisée par des chercheurs des universités de Nottingham et de York (Angleterre) qui ont passé au crible 27 études, s’appuyant sur des programmes d’aide au sevrage tabagique pendant la grossesse, révèle que « seules 13% des femmes arrêtent de fumer pendant leur grossesse », souligne Doctissimo.fr. Et d’ajouter que « 43% des femmes ayant arrêté de fumer pendant leur grossesse reprennent après l’accouchement ». Doctissimo.fr, 17/03

Le Parisien Magazine note la mise au point par une équipe de chercheurs britanniques d’un test sanguin qui permettrait de détecter de manière précoce le risque de récidive d’un mélanome (cancer de la peau ou des muqueuses). Cette étude, publiée dans la revue Cancer Discovery, montre qu’en analysant l’ADN tumoral circulant dans le sang, il serait possible d’adapter la thérapie avant que la tumeur ne développe une résistance au traitement. Le Parisien Magazine, 18/03

 

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube