Synthèse de presse

19 décembre 2014

12h12 | Par INSERM (Salle de presse)

Se sentir jeune permet de vivre plus longtemps


Le Figaro présente les travaux de deux chercheurs de l’University College de Londres, Isla Rippon et Andrew Steptoe, qui semblent confirmer le proverbe « l’âge c’est dans la tête ». L’étude, publiée récemment dans la revue internationale Jama Internal Medicine, met en évidence que les seniors qui se sentent plus jeunes que leur âge réel ont une espérance de vie plus longue. La longévité de 6 489 personnes, âgées en moyenne de près de 66 ans réparties en trois groupes (les personnes qui se sentent moins âgées qu’elles ne le sont, celles qui ont l’impression d’avoir leur âge et celles qui s’estiment plus âgées que leur âge), a ainsi été observée. Ces travaux révèlent une différence de mortalité au sein de ces trois groupes de 8 ans. En effet la mortalité est de 24% pour le groupe à qui l’âge pèse le plus, de 18% chez ceux qui ont l’impression d’avoir leur âge, mais elle tombe à 14% pour ceux qui sont « jeunes dans leur tête ». Selon les auteurs « L’analyse séparée des causes de décès montre une forte corrélation entre l’âge perçu et les morts de cause cardiovasculaire, mais pas d’association avec les décès par cancer ». Des résultats qui confortent la théorie selon laquelle ce sont ceux qui se sentent plus âgés qui ont les comportements de santé les moins vertueux.

Le Figaro, 19/12

L’espérance de vie augmente


Le Monde souligne que la dernière étude sur la « charge mondiale des maladies », publiée hier par la revue médicale britannique The Lancet, révèle que depuis 1990 le nombre de décès augmentent plus lentement que la hausse annuelle de la population au niveau mondial. L’espérance de vie chez les femmes atteint 74,3 ans, soit 6,6 ans de plus qu’en 1990 et 68,8 ans chez les hommes, soit 5,8 ans de plus qu’en 1990. L’étude note que cette augmentation de la longévité a été particulièrement perçue dans des pays en développement tels que le Népal, le Rwanda, l’Ethiopie, le Niger ou l’Iran où l’espérance de vie a progressé de plus de douze ans. Toutefois le sud du continent africain fait exception en raison des ravages du sida. Principal auteur de l’étude, Christopher Murray, directeur de l’Institut des mesures et évaluations de la santé de l’université de Washington aux Etats-Unis, précise : « Nous constatons d’importants progrès contre de nombreuses maladies, mais nous pouvons et devons faire encore mieux ». En matière de mortalité infantile, les chiffres montrent qu’elle a été divisée par deux depuis 1990, passant de 7,6 millions à 3,7 millions en 2013. Concernant l’Hexagone, l’espérance de vie a progressé de 4,6 ans. Les femmes vivent jusqu’à 80 ans et les hommes jusqu’à 78 ans. L’étude remarque qu’en dépit de ce bilan positif, un Français sur cinq décède avant 65 ans. Les pathologies en cause sont l’infarctus, l’AVC, mais aussi la maladie d’Alzheimer, le cancer du poumon et le diabète.

Le Monde, 19/12

En Bref

Le Parisien précise que le bulletin du réseau Inserm Sentinelles, paru hier, a informé de la « forte augmentation » de la gastro-entérite. 160 000 cas ont été recensés la semaine dernière dans l’Hexagone, soit 253 cas pour 100 000 habitants, un chiffre proche du seuil épidémique fixé à 269 cas pour 100 000 habitants. La plupart des régions sont touchées. Le Parisien, 19/12

 Sciences et Avenir souligne qu’une étude parue dans la revue Sleep Medicine et réalisée par une équipe internationale menée par Csilla Zita Turanyi de l’université Semmelweis de Budapest (Hongrie), met en avant l’influence de la Lune sur la qualité du sommeil. Les nuits de pleine Lune la qualité du sommeil serait moins bonne et l’endormissement serait plus difficile. Joëlle Adrien, directrice de recherche à l’Inserm et spécialiste du sommeil, indique : « une sécrétion hormonale influencée par le cycle lunaire serait une piste intéressante à explorer ». Sciences et Avenir, 01/01

Les Echos indiquent que l’Insee a recensé près de 40 000 postes supplémentaires de fonctionnaires en 2013, soit une hausse de +0,7%. C’est la fonction publique territoriale qui est en tête de la progression du nombre d’agents (+2% avec les contrats aidés), suivie par la fonction publique hospitalière (+1,7% avec les contrats aidés). Les Echos, 19/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube