Synthèse de presse

19 septembre 2014

12h24 | Par INSERM (Salle de presse)

Alzheimer : les traitements contre les plaques bêta-amyloïdes dans l’impasse

Selon des chercheurs à Tours, « le suivi par imagerie moléculaire de malades atteints d’Alzheimer a permis d’établir que les traitements contre les plaques bêta-amyloïdes cérébrales n’amélioraient pas l’état des patients, au moins lorsque la maladie est à un stade avancé » rapporte l’AFP. Le Professeur Denis Guilloteau, responsable de l’Unité Inserm « Imagerie et cerveau », explique : « Il semble bien que les traitements développés visant à lutter contre les plaques bêta-amyloïdes constituent une impasse pour des patients à un stade avancé de la maladie ». Et d’ajouter que « (…) le diagnostic précoce est un enjeu majeur de la recherche (…) ».

AFP, 18/09

Sciences En Marche

Le mouvement Sciences En Marche, composé d’universitaires, ainsi que de chercheurs du public et du privé va « se rendre à Paris à vélo pour tenter d’obtenir une autre politique en faveur des universités et des laboratoires » indique Libération. Il s’agit d’une multimanifestation s’étalant du 26 septembre au 17 octobre. La biologiste Montpelliéraine Solange Desagher, explique que les participants à ce mouvement souhaitent « un plan pluriannuel ambitieux pour l’emploi statutaire, renforcer les crédits de base des laboratoires et des universités, reconnaître le doctorat dans les conventions collectives et faciliter l’emploi des docteurs dans les entreprises et la haute fonction publique ».

Libération, 19/09

En Bref

Le Journal Le Parisien rend compte de la « sécurité maximale » à l’hôpital d’instruction des armées Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne) qui doit accueillir la volontaire de Médecins Sans Frontières contaminée par le virus Ebola. Cette dernière sera soignée dans des conditions d’extrême sécurité, dans une chambre « bunker » à pression négative, uniquement accessible par code, s’ouvrant par capteur optique après le passage de deux sas.

Le Parisien, 19/09

Une équipe de chercheurs de l’université Columbia à New York, dirigée par le Professeur David Sulzer, a montré que, chez des souris génétiquement modifiées pour reproduire l’autisme, « la rapamycine, un médicament couramment utilisé chez l’homme comme immunosuppresseur, permettait d’empêcher la prolifération anarchique des synapses et de guérir les rongeurs de leurs symptômes ».

Paris Match, 18/09

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube