Synthèse de presse

22 janvier 2016

13h06 | Par INSERM (Salle de presse)

Cœur Carmat : décès du 4e patient

Le Figaro indique que l’entreprise Carmat a annoncé, hier, le décès du quatrième patient équipé d’un cœur artificiel. Le Pr Pascal Leprince, chef du service cardiologie à la Pitié-Salpêtrière à Paris, a précisé que ce patient, âgé de 58 ans, qui souffrait de défaillance biventriculaire sévère, « est décédé des complications médicales non liées à la prothèse ». Le quotidien souligne : « Avec ce décès, un peu plus de deux ans après la première implantation d’un cœur Carmat en décembre 2013, aucun des quatre patients n’est plus en vie ». Selon la société, seuls les deux premiers décès étaient liés à des failles du cœur artificiel. Carmat prépare une nouvelle étude sur une vingtaine de patients, opérés dans dix hôpitaux européens. L’étude doit obtenir un accord de lancement de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Le Figaro, 22/01

Les tests génétiques posent de sérieuses questions d’éthique

Le Comité consultatif national d’éthique a rendu public, hier, un avis consacré à « l’évolution des tests génétiques liée au séquençage de l’ADN humain à très haut débit ». Le séquençage à très haut débit a permis une baisse importante du coût de ces tests, passant de 3 milliards en 2003 à 1 000 euros aujourd’hui, selon Patrick Gaudray, directeur de la recherche en génétique au CNRS et co-rapporteur de l’avis. Cette nouvelle technique permet ainsi d’élargir le champ des possibles, et notamment dans la médecine prédictive. Le Comité met par ailleurs en garde contre l’analyse des données issues du séquençage.

La Croix, 22/01

En Bref

Sciencesetavenir.fr rend compte de la mise au point d’un test cognitif par des chercheurs de l’Inserm et de l’Université de Cambridge, permettant de différencier la maladie d’Alzheimer de la démence frontotemporale. Les chercheurs, dont les travaux sont publiés dans le Journal of Alzheimer’s Disease, estiment que les tests de cognition sociale pourraient, à moyen terme, être l’un des examens diagnostiques de référence.

Sciencesetavenir.fr, 21/01

Le Parisien Magazine souligne qu’une équipe de chercheurs du Centre australien pour la nanomédecine, et de l’institut Pasteur, ont réussi à développer et injecter des nanoparticules d’oxyde de fer contre le germe Pseudomonas aeruginosa (bacille pyocyanique), un pathogène très résistant, ce qui a permis de disperser les bactéries et de les traiter plus facilement.

Le Parisien Magazine, 22/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube