Synthèse de presse

22 mars 2013

11h27 | Par INSERM (Salle de presse)

Seconde vie pour l’ancien site AZF avec le projet « Captor »

Les Echos soulignent que Toulouse « redonne une seconde vie à l’ancien site AZF en misant sur les thérapies anticancer de demain ». Selon le quotidien, le projet « Captor » (Cancer Pharmacology of Toulouse and Region) « va booster le nouvel Oncopôle », installé sur l’ancien site de l’usine AZF. Ce projet bénéficie de 10 millions d’euros dans le cadre du programme des investissements d’avenir. « Sur ce campus, ouvrira, fin 2013, le Centre de recherche en cancérologie de Toulouse (CRCT), qui réunira 200 chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’université Paul Sabatier », indique le journal. Le programme « intègre la recherche de nouvelles molécules, les essais cliniques, la pharmacologie sociale, c’est-à-dire l’étude du médicament dans la ‘‘vraie vie’’, et la formation dans ces domaines », explique Guy Laurent, professeur d’hématologie au CHU. Parmi les projets phares, figure celui portant sur la reprogrammation des cellules cancéreuses « pour les rendre reconnaissables par le système immunitaire du patient », soulignent Les Echos. Ce projet est mené par « les chercheurs du laboratoire mixte CNRS/Pierre Fabre spécialisé dans l’épigénétique, en collaboration avec l’équipe d’immuno-pharmacologie du docteur Jean-Jacques Fournié, directeur du CRCT », ajoute le journal.

Les Echos, 22/03

Les essais cliniques en Europe

La Tribune Hebdomadaire explique que le nombre d’Européens participant à des essais cliniques (près d’un demi-million de volontaires chaque année)  a chuté de 20% entre 2007 et 2009, compte tenu du « maquis des autorisations et du niveau de protection des patients qui y participent, plus élevé en Europe qu’ailleurs dans le monde ». Selon l’eurodéputé UMP Philippe Juvin, « si on ne fait rien, il n’y aura plus d’essais cliniques en Europe ». Face à cette situation, Bruxelles a mis au point un nouveau règlement qui entrerait en vigueur en 2016 et qui notamment réduirait « les mauvais côtés de la réglementation (la bureaucratie et l’absence d’harmonisation) ». Cependant, les députés européens doivent étudier de nombreux amendements : plus de 700 amendements « déposés auprès de la commission de l’environnement (…)», souligne le journal. Un premier vote est prévu en commission en avril.

La Tribune Hebdomadaire, 22/03

En Bref

France Info a présenté une puce électronique qui permet de décrypter les messages du cerveau, mise au point par des chercheurs de l’Institut de neurosciences des systèmes de la Timone à Marseille, en collaboration avec l’Ecole des Mines de Saint-Etienne. Cette technologie pourrait permettre par exemple aux personnes paralysées de contrôler par la pensée un bras robotisé ou un exosquelette. La chaîne radiophonique a interviewé Christophe Bernard, directeur de recherche à l’Inserm – Institut de neurosciences des systèmes de la Timone à Marseille. Ces puces biocompatibles pourraient également permettre de soigner une zone précise du cerveau. France Info, 21/03

Communiqué de presse : une puce 100% biocompatible pour mesurer l’activité du cerveau

Dans l’affaire des prothèses mammaires PIP, l’audience de plaidoirie de l’organisme certificateur allemand TUV Rheinland s’ouvre ce matin à Toulon, rapportent Les Echos. Reprochant son laxisme, six distributeurs étrangers de l’entreprise varoise réclament 28 millions d’euros de dommages et intérêts. « 1 500 patientes trompées, dont une cinquantaine de Françaises, sont également parties civiles pour demander un total de 20 millions de réparation pour le préjudice subi », explique le journal. Les Echos, 22/03

Humanité Dimanche souligne que, tandis que « la procédure autorisant l’usage du Baclofène dans le traitement de l’alcoolo-dépendance est sur le point d’aboutir », une « fuite », le 7 mars, provenant du site « allô docteurs » de France 5, a révélé le décès de deux volontaires de l’étude Bacloville visant à mesurer l’efficacité et la sûreté de la molécule. Cependant, l’Agence du médicament (ANSM) a souligné qu’« il n’y a aucun élément probant indiquant que ce décès soit imputable au Baclofène ». Humanité Dimanche, 21/03 

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube