Synthèse de presse

24 avril 2015

12h33 | Par INSERM (Salle de presse)

Les députés votent pour l’Open Data sur les données de santé

Marcel Goldberg, épidémiologiste à l’Inserm, et Didier Sicard, président d’honneur du Comité Consultatif National d’Ethique, répondent aux questions de L’Humanité au sujet de l’accès simplifié aux données médicales personnelles, prévu par l’article 47 de la loi Santé. Cette mesure induit la création d’un « système national des données de santé » (SNDS), agrégeant ces dernières de façon anonyme pour le grand public, qui pourrait ainsi accéder à des classements de médecins, d’établissements hospitaliers ou de médicaments. Elles seraient « un peu moins anonymes pour la recherche et les autorités sanitaires qui pourraient notamment mieux analyser les effets secondaires des médicaments et leur efficacité », précisait RFI le 7 avril. Marcel Goldberg estime que cette loi atteint un « équilibre satisfaisant », entre l’utilisation par des acteurs divers de ces données et les garanties de confidentialité apportées.

L’Humanité, 24/04

En Bref

Le Parisien Magazine consacre un dossier aux « assiettes du futur », qu’il s’agisse de « steaks sans viande, de supertomates ou d’insectes », qui vont devenir nécessaires pour « nourrir 9 milliards de Terriens en 2050 sans épuiser la planète ». Le magazine fait état du projet Pastaleg, qui associe l’Inra, l’Inserm et Panzani, lesquels ont réussi à « intégrer dans le processus de fabrication des pâtes au blé dur plus d’un tiers de farine de fève ».

 Le Parisien Magazine, 24/04

Europe 1 s’est intéressée hier sur la phagothérapie, qui a permis à des chercheurs de l’Inserm de traiter sans antibiotiques des souris souffrant d’une pneumonie grave. L’équipe de l’Inserm, conduite par Louis Mourier, a demandé un programme hospitalier de recherche clinique pour élargir la recherche à l’homme. La phagothérapie, un traitement qui utilise des virus bactériophages, pourrait devenir une « alternative aux antibiotiques ».

Retrouver sur le site de l’Inserm, l’article « La phagothérapie fait ses preuves contre la pneumonie »

 Europe 1, 23/04

Une équipe israélo-lettonne a mis au point un minuscule capteur, combinant nanoparticules d’or et nanotubes de carbone, « capable d’analyser les composés présents dans l’air exhalé et permettant d’identifier les individus atteints d’un cancer de l’estomac à 73% », indique Le Parisien Magazine. Selon le magazine, parmi les porteurs de lésions précancéreuses, « ce nanocapteur a aussi permis de distinguer, cette fois avec une fiabilité de 83%, celles présentant un haut risque de développer un cancer ».

Le Parisien Magazine, 24/04

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube