Synthèse de presse

26 avril 2013

13h52 | Par INSERM (Salle de presse)

Feu vert à un dépistage de la trisomie 21 par des tests ADN 

Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) « s’est déclaré favorable à l’introduction progressive » de tests ADN dans le sang maternel, dans le cadre du programme actuel de dépistage de la trisomie 21, souligne Le Monde. Ce type d’analyses présente l’avantage de réduire fortement le recours aux examens telles les amniocentèses, potentiellement à risque pour le fœtus, estime le Comité, dans son avis, rendu public hier. Selon les « sages », le test génétique sur sang maternel représente « un progrès du point de vue éthique ». Dans son avis, le CCNE estime que « dans un avenir proche, il sera techniquement plus simple, et peut-être moins onéreux, d’effectuer un séquençage entier du génome fœtal que de sélectionner des régions d’intérêt et d’en réaliser un séquençage ciblé comme c’est aujourd’hui le cas ». Cependant, les membres du comité préconisent plutôt une restitution sélective des données lues en séquençant le génome fœtal, sur des critères pertinents et rigoureux, « au premier rang desquels devraient figurer la particulière gravité et l’incurabilité de la maladie au moment du diagnostic ». Le Monde souligne que ces tests, déjà commercialisés aux Etats-Unis et dans plusieurs pays européens mais non encore approuvés par les autorités sanitaires françaises, sont utilisés à l’Hôpital américain de Neuilly.

Le Monde, 26/04

Appel de médecins pour autoriser le baclofène

Plus d’une dizaine de médecins français lancent un « appel pour que le baclofène bénéficie d’une autorisation légale pour traiter l’addiction à l’alcool », souligne Le Figaro. Les signataires de cette « pétition », dont l’ancien président du comité national d’éthique Didier Sicard et le député Bernard Debré, soulignent : « L’Agence nationale de sécurité du médicament doit donner une recommandation temporaire d’utilisation du baclofène dans les plus brefs délais en attendant l’autorisation de mise sur le marché. Il faut mettre un terme aussi rapidement que possible à ce retard aux conséquences graves pour les populations qui seraient sensibles au baclofène ». Le Pr Bernard Granger, chef du service de psychiatrie à l’hôpital Tarnier à Paris, signataire de l’appel, explique : « C’est un médicament efficace. Mais il ne faut pas parler de miracle. Aujourd’hui, en l’absence d’AMM, les médecins sont réticents à le prescrire parce que c’est illégal. Si notre appel est entendu, ils seront protégés sur le plan juridique ».

Le Figaro, 26/04

En Bref

Le Sommet mondial des vaccins s’est déroulé les 24 et 25 avril à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, indique Le Monde. Selon le journal, le choix de cette localisation est « la marque d’une implication croissante de certains dirigeants de pays musulmans pour défendre la vaccination ». La Fondation Bill et Melinda Gates, qui coorganise ce Sommet, explique que « nous ten[i]ons le sommet à Abou Dhabi pour souligner que le Moyen-Orient et les pays islamistes émergent comme des leaders dans les efforts mondiaux pour vacciner les enfants contre la polio et les autres maladies ». Cependant, Médecins sans frontières (MSF), présent au Sommet, met en garde contre les obstacles financiers : « Des prix trop élevés empêcheront les pays en voie de développement de garantir une vaccination complète de leurs enfants ». Le Monde, 26/04
Sciences et Avenir publie un dossier sur les « psychostimulants », utilisés en particulier par les étudiants pour « tonifier le cerveau ». Le Pr Hervé Chneiweiss, directeur du département neurosciences de l’Institut de biologie Paris-Seine (Inserm, CNRS, UPMC), souligne que les études sur les effets des psychostimulants « sont rares, menées sur de faibles effectifs », et « les chercheurs du public ont trop peu de moyens pour réaliser des études. On court après une illusion, un leurre ».  Sciences et Avenir, 01/05

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube