Synthèse de presse

28 septembre 2012

11h57 | Par INSERM (Salle de presse)

Les benzodiazépines et la survenue de démence

Une étude, dont le principal auteur est Bernard Bégaud (Inserm/Université de Bordeaux) et publiée dans le British Medical Journal (BMJ), révèle que « la prise de benzodiazépines, médicaments utilisés dans l’insomnie et l’anxiété, est statistiquement associée à un risque accru de démence chez les plus de 65 ans », expliquent l’AFP et Libération. Bernard Bégaud souligne : « Même si nous ne pouvons prouver qu’il existe un lien de cause à effet, nous constatons que les individus consommant des benzodiazépines présentent environ 50% plus de risque de développer une démence durant le suivi [15 ans] comparés à ceux qui n’en ont jamais consommé ». Il indique que ce sont « de 16 000 à 31 000 malades supplémentaires par an en France ». Les chercheurs recommandent donc de « limiter les prescriptions à quelques semaines », cette durée d’utilisation ne semblant pas avoir d’effets sur le risque de démence, souligne M. Bégaud, qui accorde une interview à Libération.

AFP, 27/09, Libération, 28/09

 

Rapport alarmant sur la recherche publique française

L’Académie des sciences dresse, dans son rapport intitulé « Remarques et propositions sur les structures de la recherche publique en France », un constat « accablant », indique Le Figaro. Elle souligne : « La recherche publique française souffre ! Elle souffre de trop de complexité, de trop de papiers à remplir, de trop peu de temps à consacrer à la recherche elle-même ». Dans son document, « fruit de la réflexion d’un groupe de travail d’une trentaine d’académiciens réunis sous la présidence du chimiste Bernard Meunier », selon Les Echos, l’Académie préconise « des améliorations ou modifications profondes à réaliser en urgence ». Les académiciens critiquent particulièrement la « bureaucratie » qui, avec sa masse salariale croissante, « asphyxie » la recherche publique. Parmi les mesures proposées par l’Académie, figure la suppression de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Aeres).

Le Figaro, Les Echos, 28/09

 

En Bref

Reuters présente Robert Marchand qui, à presque 101 ans, « s’apprête à devenir le cycliste centenaire le plus rapide du monde sur 100 km ». Cet ancien pompier de Paris et champion de gymnastique et de boxe va participer à la course qui a lieu aujourd’hui au vélodrome de Lyon et prévoit de réaliser sa performance sur piste en cinq heures. Ses capacités étonnantes, pour son âge, « ont amené les médecins de l’Inserm à s’intéresser à son cas », explique l’agence de presse. Reuters, 27/09

La Recherche consacre un article à l’université de Lyon qui, « avec ses multiples membres », « se situe à la pointe de la recherche en santé ». Ainsi, par exemple, « Lyon est l’un des premiers sites français en cancérologie ». Le nouveau centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL), né en janvier 2011 sur le campus Santé Lyon Est, « est le fruit du rapprochement de cinq unités lyonnaises de l’Inserm et du CNRS auxquelles sont venues s’ajouter cinq équipes extérieures ». Par ailleurs, le Centre de recherche en neurosciences de Lyon, créé également en janvier 2011 par le regroupement de huit laboratoires, qui est une unité mixte de recherche (Inserm, CNRS, Université Claude-Bernard Lyon 1, Jean-Monnet Saint-Etienne), « figure déjà parmi les grands pôles français », souligne la revue. La Recherche, 01/10

Aujourd’hui en France Magazine publie « l’appel » de « 130 grands médecins » pour sauver l’hôpital, dénonçant « un système qui fait passer la rentabilité avant la santé des patients ». Parmi les « maux » dont souffre le service public, et que détaille le journal, figurent le sous-effectif, la mise en concurrence, la course à la rentabilité et une médecine à deux vitesses. Aujourd’hui en France Magazine, 28/09

Ça m’intéresse souligne que, selon l’association Lyme sans frontières, « cette infection bactérienne, transmise par les tiques, serait sous-diagnostiquée ». La présidente de l’association, Judith Albertat, estime que « des centaines de milliers de Français seraient affectés par la maladie de Lyme sans être ni diagnostiqués, ni soignés », ajoute la revue. Judith Albertat a lancé, depuis mars dernier, une pétition sur Internet en vue de dénoncer le déni des pouvoirs publics, demander une information plus large et une révision des protocoles de dépistage. Ça m’intéresse, 01/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube