Synthèse de presse

29 novembre 2013

14h48 | Par INSERM (Salle de presse)

Les médicaments effervescents contiennent trop de sel

Le Figaro rend compte d’une étude britannique, réalisée par l’équipe de Jacob George (Ninewells Hospital de Dundee, Grande-Bretagne) et publiée dans le BMJ, qui révèle que « les patients à qui ont été prescrits des médicaments effervescents ou dispersibles, contenant du sodium, ont plus d’incidents cardio-vasculaires que les autres ». Le travail a porté sur une cohorte de 1,3 million de patients qui, entre 1987 et 2010, « avaient eu au moins deux prescriptions, les uns de spécialités avec du sodium, les autres de leurs équivalents sans sodium ». Les chercheurs constatent qu’un comprimé de paracétamol 500 dispersible contient « 427,8 mg de sodium, soit la même quantité que dans 1 gramme de sel de table », explique le quotidien. Et d’ajouter : « Les patients de la cohorte dont les médicaments en contenaient avalaient donc en moyenne 6,29 g de sel par jour rien qu’avec leurs médicaments, soit plus que la recommandation de l’OMS de 5 g par jour en moyenne ». Le Pr Jacques Blacher, cardiologue et épidémiologiste à l’Hôtel-Dieu, relativise toutefois le risque cardio-vasculaire calculé par l’équipe de Jacob George qui concerne de grosses consommations de médicaments effervescents et souligne que l’augmentation du risque reste limitée.

 Le Figaro, 29/11

Baisse de la mortalité maternelle par hémorragies

Un rapport, remis à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, par des chercheurs de l’Inserm, constate que « deux fois moins de femmes sont mortes d’hémorragies après l’accouchement – la première cause de mortalité maternelle en France – à la fin des années 2000 [par rapport] au début de la décennie », rapporte l’AFP. Les chercheurs, dirigés par Marie-Hélène Bouvier-Colle, ont analysé 254 décès maternels survenus en France pendant la période 2007-2009, soit une moyenne de 85 par an. « Le taux de mortalité maternelle a été évalué par les chercheurs à 10,3 pour 100 000 naissances vivantes au cours de la période 2007-2009, un taux relativement stable depuis plusieurs années et comparable à celui de plusieurs pays européens voisins ». Selon Mme Bouvier-Colle, cette diminution « encourageant[e] » des décès liés à des hémorragies du post-partum s’explique par la mobilisation des professionnels de santé autour de la prévention des hémorragies. Parmi les recommandations du rapport, figure l’information de la jeune mère sur les risques de caillots sanguins et les signes qui doivent alerter après son retour à la maison, souligne l’agence de presse.

AFP, 28/11 – Communiqué de presse : Mortalité maternelle : diminution de la mortalité par hémorragies

En Bref

L’Institut de la vision de Paris a inauguré, le 26 novembre, Streetlab, une plate-forme technologique créée en association avec l’université Pierre-et-Marie-Curie, le CNRS et l’Inserm, indique Figaro Magazine. Il s’agit d’une rue artificielle pour malvoyants permettant aux chercheurs et industriels de « mieux étudier les difficultés des déficients visuels dans l’espace urbain et de tester l’efficacité de nouveaux dispositifs médicaux ou de services conçus pour améliorer leur autonomie », explique le journal. Figaro Magazine, 29/11

20 Minutes rend compte d’une « Europe à deux vitesses » concernant l’épidémie du sida, comme l’explique le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l’ANRS. Alors qu’en Europe de l’Ouest, la poursuite de l’épidémie est stable, en Europe de l’Est, en revanche, l’épidémie de sida « se propage beaucoup plus rapidement ». Ainsi, entre 2006 et 2012, le nombre de nouveaux cas de sida y a plus que doublé (+ 113%). Par ailleurs, le Pr Delfraissy souligne : « La crise a un impact négatif en Europe du Sud sur les budgets alloués au financement de la recherche, à la prise en charge des malades… ». 20 Minutes, 29/11

Figaro Magazine publie un dossier sur l’automédication, une pratique courante qui n’est cependant pas sans risque (effets indésirables, interactions, surdosage…). Jean-Paul Giroud, professeur de pharmacologie clinique, estime que « 50% des traitements délivrés sans ordonnance sont inefficaces, mais non dénués d’effets indésirables, et ce pourcentage est encore plus élevé (65%) s’agissant des médicaments en libre-service », souligne le journal. Figaro Magazine, 29/11

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube