Synthèse de presse

03 janvier 2014

11h39 | Par INSERM (Salle de presse)

Découverte d’une molécule produite par le cerveau contre l’addiction au cannabis


Deux équipes de chercheurs de l’Inserm « ont découvert qu’une molécule [la prégnénolone] produite par le cerveau constituait un mécanisme naturel de défense contre les effets néfastes du cannabis », rapportent l’AFP et France Info. Avec de fortes doses de cannabis administrées à des rats et des souris, les chercheurs ont réussi « à augmenter la concentration cérébrale de la prégnénolone dans leur cerveau et à bloquer les effets néfastes du principe actif du cannabis (le THC) qui agit sur des récepteurs cannabinoïdes (CB1) situés sur les neurones », explique l’agence de presse. Pier Vincenzo Piazza, qui a piloté l’étude, précise que les doses ingérées étaient « de l’ordre de 3 à 10 fois plus » importantes que celles auxquelles sont exposés les consommateurs réguliers de cannabis. Le chercheur explique avoir mis au point des dérivés de la prégnénolone « modifiés de manière à pouvoir être absorbés par l’organisme et ne pas évoluer vers les hormones stéroïdiennes ». Et d’ajouter espérer « pouvoir commencer les essais cliniques sur l’homme dans un an à un an et demi au minimum ». Selon lui, si l’efficacité des dérivés était confirmée, il s’agirait de la « première thérapie pharmacologique de la dépendance au cannabis ».

AFP, France Info, 02/01

Une plante chinoise contre la douleur


L’équipe du Pr Xinmiao, de l’Institut de chimie physique de Dalian (Chine), à l’origine du projet Herbalome, en collaboration avec l’Université de Californie, a découvert « une molécule prometteuse qui pourrait venir renforcer l’arsenal thérapeutique » contre la douleur, indique Le Figaro. Présentée dans la revue Current Biology, cette nouvelle molécule antidouleur est issue d’une plante à fleurs appelée corydale, qui pousse principalement dans le centre-est de la Chine. Selon les chercheurs, le principe actif, la déhydrocorybulbine (DHCB), est efficace contre les trois principaux types de douleur : aiguë, inflammatoire et chronique. La DHCB présente par ailleurs l’avantage de ne pas entraîner d’effet d’accoutumance. Le Dr Olivier Civelli, coauteur de l’étude, souligne cependant que de plus amples recherches en toxicité doivent encore être menées avant la mise sur le marché d’un médicament à base de DHCB dans une dizaine d’années.

Le Figaro, 03/01

En Bref

Libération explique que 2013 avait été déclarée « l’année de l’air » par la Commission européenne. Le quotidien explique qu’« il y avait urgence à réviser les seuils réglementaires européens de concentration des principaux polluants dans l’air ». Mais, ajoute le journal, « 2013 restera surtout ‘‘l’année de l’air’’ dans nos mémoires parce qu’en juin dernier, le Centre international de recherches contre le cancer a classé la pollution de l’air – et non seulement les particules fines – cancérigène certain pour l’homme ; et que la France a vécu, début décembre, son plus grave épisode de pollution depuis décembre 2007 ». Libération, 03/01
Le Figaro présente les travaux de deux chercheurs américains de l’université Emory à Atlanta qui ont identifié en laboratoire chez les souris « une nouvelle forme d’hérédité ». Le quotidien explique que les chercheurs, dont l’étude est publiée dans la revue Nature Neuroscience, ont découvert que « des souris exposées à une odeur très précise [l’acétophénone ou du propanol] ont transmis cette sensibilité à leur descendance ». Le quotidien souligne que cette découverte semble « défier les lois de la génétique » en suggérant que « des mécanismes épigénétiques pourraient permettre aux spermatozoïdes, et peut-être aussi aux ovocytes, de garder puis de transmettre à la descendance la trace de certaines épreuves [chocs électriques associés à une odeur, dans cette étude] subies par l’organisme ». Le Figaro, 03/01
Aujourd’hui en France se penche sur « les virus de l’hiver » (grippe, gastro, bronchiolite…) qui « attaquent en ce moment » et fournit des conseils pour se soigner malgré les fêtes et vacances. Le journal souligne notamment que, chaque région dispose d’un réseau bronchiolite qui permet aux parents de trouver un médecin et un kinésithérapeute qui recevront leur enfant en cabinet, même le week-end. Aujourd’hui en France, 03/01
Version Femina publie « 22 bonnes raisons d’aimer le futur ». Parmi celles-ci figure la technologie de l’impression 3D. Cette dernière permet de réaliser des prothèses et exosquelettes sur mesure, à moindre coût, explique l’hebdomadaire. Selon Fabien Guillemot, chercheur à l’Inserm, « on est désormais en mesure d’imprimer du vivant ». En effet, « les premiers essais d’impression de cartilage, de peau et de tissus osseux d’animaux sont concluants », rappelle le journal. Version Femina, 05/01

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube