Synthèse de presse

07 décembre 2012

11h45 | Par INSERM (Salle de presse)

L’AFM va pouvoir produire des médicaments

Tandis que la 26e édition du Téléthon se déroule ce week-end dans toute la France, La Croix et Le Figaro soulignent que l’Association française contre les myopathies (AFM) va pouvoir fabriquer elle-même ses médicaments, via son centre de production, Généthon Bioprod. Un décret à ce sujet, issu de la loi du 22 mars 2011, est en effet paru le 8 novembre dernier. Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’AFM, explique : « Ce texte donne la possibilité, pour la première fois en France, à un organisme à but non lucratif d’obtenir le statut d’établissement pharmaceutique ». L’AFM va donc déposer, « dans les jours qui viennent, une demande en ce sens auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) », explique La Croix. Le quotidien souligne que l’AFM « ne sera plus contrainte, pour produire de nouveaux traitements, de miser sur la bonne volonté de l’industrie pharmaceutique, en général guère intéressée par le marché peu rentable des maladies rares ». Laurence Tiennot-Herment indique que « notre défi, ensuite, sera de rendre ces médicaments accessibles à tous les malades qui en ont besoin à travers une politique de prix très maîtrisée ».

La Croix, Le Figaro, 07/12

Vers une autorisation de la recherche sur l’embryon ?

Le Sénat a adopté, discrètement, dans la nuit du 4 au 5 décembre, une proposition de loi autorisant la recherche sur l’embryon, soulignent Le Monde et La Croix. Selon la ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso, ce texte « permettrait d’asseoir notre recherche et de poser des principes clairs, il s’agit d’une avancée majeure, attendue par nos chercheurs ». Selon le ministère de la Recherche, si ce texte est adopté, les recherches sur l’embryon seront autorisées à quatre conditions : les travaux devront être « scientifiquement pertinents », avoir une « finalité médicale », « être conduits qu’avec des embryons humains » et « respecter des garanties éthiques ». Et d’ajouter que ces recherches, qui conduisent à la destruction de l’embryon, concerneraient « des embryons surnuméraires conçus par fécondation in vitro ne faisant plus l’objet d’un projet parental (…) après le consentement du couple ».

Le Monde, La Croix, 07/12

En Bref

Le Pr Nicolas Lévy, directeur d’une unité de recherche Inserm et du département de génétique de l’hôpital de la Timone à Marseille, et son équipe ont entrepris un essai clinique contre la progéria avec 12 enfants vivant dans six pays, souligne La Croix. Cet essai a consisté, pour les enfants, à prendre en perfusion, durant environ deux ans, un traitement prometteur destiné à stabiliser leur état. Les résultats définitifs seront connus « fin 2013 », indique le Pr Pierre Cau, chef du service de biologie cellulaire à l’hôpital de la Timone. Parmi ses enfants, figure Florian, âgé de 10 ans, qui, grâce au Pr Levy, a pu mettre un nom, en 2008, sur ses troubles alors qu’il était, avec ses parents, dans une longue « errance diagnostique ». La Croix, 07/12
Des chercheurs du CNRS, du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et de l’université Paris-Sud ont conçu un gel permettant de bloquer une infection au VIH, indique Metro. Ce gel est composé « de protéines du nom de peptides qui bloquent l’entrée du VIH dans ses cellules cibles : les lymphocytes T, les cellules immunitaires du corps humain ». Loïc Martin, chercheur au CEA, explique que « (…) ses composés ‘‘imitent’’ les lymphocytes T et lorsque le virus vient s’y lier, il est piégé et donc incapable d’infecter d’autres cellules. Il est ensuite rapidement éliminé par l’organisme ». Metro, 07/12
Une étude, publiée dans la revue Frontiers in Psychiatry, confirme « une nette réduction de la dépendance [à l’alcool] après deux ans de traitement » avec le baclofène, souligne Le Figaro. Le Dr Renaud de Beaurepaire, psychiatre à l’hôpital Paul-Guiraud à Villejuif (Val-de-Marne), auteur de cette étude, explique que « ces premiers résultats à long terme montrent que la guérison est solide ». Ces travaux ont été menés auprès de « 100 patients fortement dépendants à l’alcool et résistants aux thérapies habituelles », souligne le quotidien. Le Figaro, 07/12

Dans un entretien accordé au Nouvel Economiste, Annie Thébaud-Mony, « directrice de recherches au CNRS, spécialiste de la santé au travail et chercheur en santé publique », souligne, concernant la santé au travail, que « nous restons face à une situation d’urgence sanitaire qui n’est absolument pas prise en compte par les politiques ». Elle dénonce « l’attitude moyenâgeuse de certains industriels pour qui les gains escomptés de certaines réductions de coûts d’exploitation légitiment tout, y compris la mise en danger de la vie d’autrui ». Et d’ajouter : « On dénombre chaque jour en France deux morts par accident du travail, une dizaine des suites d’un cancer lié à l’amiante et, chaque année, des milliers d’autres décès liés au cocktail de cancérogènes et toxiques en tous genres (…) ». Le Nouvel Economiste, 06/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube