Synthèse de presse

07 juillet 2017

12h11 | Par INSERM (Salle de presse)

Bactéries intestinales : pas tous égaux face à la prise de poids

Des chercheurs de l’Inserm, en lien avec des scientifiques de l’Imperial College de Londres, ont montré, chez la souris, que la composition du microbiote intestinal peut prédire le risque de devenir obèse, ou de développer un diabète ou des maladies cardio-vasculaires, rapporte Femmeactuelle.fr. Chez les souris ayant développé des maladies, les chercheurs ont identifié un composé particulier, concernant la tolérance au glucose. Dominique Gauguier, directeur de recherche Inserm souligne : « Ces résultats ouvrent des perspectives extrêmement prometteuses sur la conception de régimes alimentaires personnalisés et sur l’exploitation de nos bactéries intestinales pour favoriser une meilleure santé ». Ces travaux sont publiés dans Cell Reports.

Femmeactuelle.fr, 06/07

Reprise du communiqué du 05/07 « Les bactéries intestinales : signal d’alerte face à une alimentation déséquilibrée« 

Pas d’effet protecteur de l’activité physique contre la démence

Pourquoidocteur.fr rend compte d’une étude menée par l’Inserm et parue dans le British Medical Journal qui révèle que les adultes pratiquant de l’exercice physique régulièrement présentent un déclin cognitif similaire aux sédentaires. Cependant, cette étude, pilotée par Séverine Sabia, chercheuse Inserm, a constaté une diminution de l’activité physique dans les 9 années qui précèdent le diagnostic chez les sujets ayant développé une démence. Ainsi pour les auteurs, ces résultats suggèrent que la diminution de l’activité physique jusqu’à la démence pourrait être un signal parmi d’autres à prendre en compte dans les premiers stades de la maladie. Les chercheurs du Centre de Recherche en Epidémiologie et Santé Publique se sont appuyés sur le suivi de plus de 10 300 personnes de 35 à 55 ans au moment de l’inclusion entre 1985 et 2012.

Pourquoidocteur.fr, 06/07

Reprise du communiqué du 06/07 « L’activité physique ne protège pas de la survenue d’une démence« 

En Bref

L’ANSM a décidé de contre-indiquer le valproate et ses dérivés chez les patientes atteintes de troubles bipolaires, enceintes ou en âge de procréer n’utilisant pas de contraception efficace. En revanche, le valproate est toujours autorisé chez les épileptiques en âge de procréer, souligne Le Figaro. Selon le directeur général de l’ANSM, Dominique Martin, « dans le cas des troubles bipolaires, il y a toujours une alternative de traitement au valproate pendant la grossesse, alors que dans l’épilepsie, il y a des cas où l’on ne peut pas s’en passer ».

Le Figaro, 07/07

A l’Elysée, a été lancée hier une concertation de 6 mois pour « co-construire » le 4e plan autisme, en présence de quatre ministres dont la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Entre juillet et décembre 2017, des réunions se tiendront dans toute la France, autour de quatre objectifs : co-construction avec les associations d’usagers et leurs familles, mobilisation des territoires, prise en compte des parcours et accentuation de l’inclusion des personnes, et identification des leviers d’action priorisés et concrets.

Lequotidiendumedecin.fr, 06/07, Libération, 07/07

 

Réunis jusqu’à ce soir à l’Institut Pasteur de Paris, les spécialistes du foie ont présenté un test qui va permettre de diagnostiquer plus rapidement la maladie du soda (également appelée la Nash). Cette pathologie touche près de 900 000 Français.

Le Parisien, 07/07

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube