Synthèse de presse

08 septembre 2017

12h52 | Par INSERM (Salle de presse)

Envolée des prix des traitements contre le cancer

Le Monde souligne que la commercialisation prochaine, aux Etats-Unis, d’un nouvel anticancéreux du groupe pharmaceutique Novartis nommé Kymriah, pour la somme de 475 000 euros, qui relance le débat sur le coût de ces médicaments. Au prix de ce traitement qui reprogramme les cellules immunitaires du patient, s’ajoutent des frais d’administration, également faramineux : plus de 150 000 dollars pour la prise en charge du malade, souligne le quotidien. Le journal explique qu’« aux Etats-Unis, le Center for Biomedical Innovation du Massachusetts Institute of Technology (MIT) dénombre plus de 600 thérapies géniques et cellulaires en développement ». Et d’ajouter : « Celles qui atteindront le marché devraient être lancées à un prix du même ordre que celui du Kymriah ».

Le Monde, Eco et Entreprise, Le Figaro, 08/09

Une bonne couverture vaccinale a un impact économique

Une étude de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) révèle q’un taux de vaccination suffisant au sein d’une population, permet non seulement d’obtenir des bénéfices sanitaires à grande échelle, mais également de renforcer la rentabilité économique, rapporte Santemagazine.fr. Chaque année, la vaccination permet d’éviter 2 à 3 millions de décès, selon l’OMS. Du côté des chercheurs, les estimations montrent que les vaccinations pratiquées entre 2001 et 2020 permettront d’éviter plus de 20 millions de décès et d’économiser 350 milliards de dollars en coûts sanitaires. « Les cas de décès et d’invalidité évités grâce à la vaccination au cours de ces deux décennies entraîneront des gains de productivité permanents respectivement estimés à 330 milliards de dollars et 9 milliards de dollars », explique l’OMS.

Santemagazine.fr, 08/09

En Bref

 

Science-et-vie.com s’interroge : « D’où vient la sensation de satiété ? ». Le site rappelle que fin 2014, une étude menée par Sergeï Fetissov (Inserm/université de Rouen) a montré que les bactéries de nos intestins (le microbiote) participent au processus. Elle montre chez la souris que la bactérie intestinale commune E. coli produit une protéine qui accélère le déclenchement de la satiété.

Science-et-vie.com, 08/09

La Tribune se penche sur les « risques de cyberattaques » avec les pacemakers, ou encore les pompes à insuline. Le quotidien explique que « les industriels de la santé ne garantissent pas une sécurité à 100% pour leurs appareils médicaux connectés aux patients, et insistent sur un bénéfice supérieur au risque ».

La Tribune, 08/09

 

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube