Synthèse de presse

14 août 2013

12h00 | Par INSERM (Salle de presse)

Des travaux sur l’activité cérébrale juste après la mort

Le Figaro souligne qu’une étude publiée cette semaine dans les PNAS révèle que des chercheurs ont identifié chez le rat une activité cérébrale plus intense par certains aspects qu’à l’état de veille, quelques secondes après l’arrêt du cœur. Jimo Borjigin, de l’université du Michigan, qui a piloté l’étude, a perçu sur les encéphalogrammes de neuf rats en train de mourir un ralentissement de l’activité électrique du cerveau et observé une augmentation des fréquences cérébrales particulières : les oscillations gamma associées à un haut degré de conscience, qui sont par exemple mesurées chez des personnes en prière ou en méditation, ou à des moments marqués par une acuité et une sensibilité visuelle accrues. A l’appui des résultats de ces travaux, Steven Laureys, de l’université de Liège, spécialiste du coma et qui travaille sur des expériences de mort imminente, précise que « l’étude est extrêmement intéressante et la méthode rigoureuse. Elle montre bien que l’activité cérébrale enregistrée juste après la mort n’est pas chaotique et qu’il y a une parfaite connectivité entre les différentes parties du cerveau ». Steven Laureys admet que ces observations sont difficilement transposables à l’homme, mais il souligne toutefois que ces travaux permettent de reconnaître que les animaux ont une forme de conscience, contrairement à ce que pensait Descartes.

Le Figaro, 14/08

Interview du Pr Etienne-Emile Baulieu

Dans un entretien à L’Express, le Professeur Etienne-Emile Baulieu, qui a toujours été au cœur des préoccupations contemporaines depuis plus de 50 ans, évoque tour à tour la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA), le statut de l’embryon… « Je ne suis contre aucune avancée, par principe. Cela arrivera inévitablement. L’humanité bouge depuis un événement fondateur : l’invention de la pilule contraceptive. Il y a eu un changement pour la nature humaine », affirme-t-il, assurant que « les rapports entre les hommes et les femmes, entre les parents et les enfants ont été changés à jamais par la pilule ». Concernant la gestation pour autrui, le médecin considère que « les grands mots entendus contre la GPA sont donc inappropriés, et parler de la « marchandisation » des femmes ou d’enfants « à la carte », c’est insulter ce qui peut être très beau entre des parents et leur progéniture ». 

L’Express, 14/08

En Bref

Aujourd’hui en France note qu’une équipe de chercheurs américains de l’université de Pittsburgh (Pennsylvanie) ont publié, hier dans la revue Nature Communications, leurs travaux portant sur le développement en laboratoire de tissus cardiaques. Les chercheurs ont fait pousser des cellules souches reprogrammées de peau humaine sur un cœur de rongeur. Le muscle artificiel s’est mis à battre après vingt jours d’irrigation sanguine. Ces travaux représentent une avancée dans la fabrication d’organe à transplanter. Aujourd’hui en France, 14/08
Paris Match présente l’expérience proposée par l’association les Chouettes du cœur, en Bourgogne, qui fait intervenir des oiseaux de proie – chouette effraie, hibou grand-duc, faucon pèlerin…pour déclencher le souvenir des personnes âgées coupées du monde par la démence ou la maladie d’Alzheimer. Le pouvoir de la zoothérapie ou médiation animale, qui a un effet spectaculaire sur un public dit « fragile », n’a pas encore été expliqué scientifiquement. Boris Albrecht, directeur de la fondation Adrienne-et-Pierre-Sommer, souligne que « les animaux font appel à une mémoire profonde ancestrale. Ce sont des « déclencheurs de souvenirs » ». Paris Match, 14/08
Le Monde précise que des scientifiques étudient actuellement en Espagne des colonies de chauve-souris afin de déterminer les virus dont elles sont porteuses. Les chiroptères qui sont à l’origine de graves infections comme la fièvre Ebola, la rougeole ou la rage, sont soupçonnés d’être à la source du Mers-CoV, le coronavirus qui sévit au Moyen-Orient. Ces virus ne sont pas mortels pour ce type d’animaux qui peuvent toutefois les transmettre à l’homme par leur salive ou leurs déjections. Le Monde, 14/08

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube