Archives de la catégorie : Brèves

Obésité et « maladie du foie gras » augmentent la vulnérabilité des patients atteints de Covid-19

Des chercheurs ont identifié des biomarqueurs chez les patients obèses atteints « maladie du foie gras » expliquant ce risque plus élevé de maladie sévère.

Également publié dans Immunologie, hématologie, pneumologie, Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie, Physiopathologie, métabolisme, nutrition | Mots-clefs : | Commentaires fermés

L’exposition au plomb pendant la grossesse associée à une diminution du poids de naissance

L’exposition au plomb au cours de la grossesse est associée à une diminution du poids à la naissance de l’enfant. C’est ce que confirme une étude menée auprès d’une cohorte européenne mères-enfants coordonnée par Rémy Slama, directeur de recherche Inserm à l’Institut pour l’avancée des biosciences (Inserm/CNRS/Université de Grenoble).

Également publié dans Biologie cellulaire, développement et évolution, Santé publique | Commentaires fermés

Un nouveau vaccin contre le virus Ebola approuvé par la Commission européenne

Dans la lutte contre le virus Ebola, l’Inserm est à la pointe de l’effort mondial pour sauver des vies et pour prévenir de futures épidémies.

Publié dans Brèves | Commentaires fermés

Comment évaluer l’impact du confinement sur la mobilité ?

Alors que le déconfinement a débuté, des chercheurs de l’Inserm publient une nouvelle étude de modélisation afin d’évaluer l’impact du confinement sur la mobilité des populations en France métropolitaine.

Publié dans Brèves | Commentaires fermés

Comment modéliser l’impact de la réouverture des écoles sur l’épidémie de Covid-19?

L’équipe de la directrice de recherche Inserm Vittoria Colizza à l’Institut Pierre Louis d’Epidémiologie et de Santé Publique (Inserm/Sorbonne Université) publie un nouveau rapport pour modéliser l’impact potentiel de la réouverture des écoles en Ile-de-France sur la progression de l’épidémie.

Également publié dans Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie, Santé publique | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Cryothérapie : très peu d’effets bénéfiques prouvés mais des effets secondaires réels

Dans un nouveau rapport, les chercheurs de l’Inserm se sont penchés sur la cryothérapie, une technique exposant l’organisme pendant 2 à 3 minutes à un froid intense allant de -110 à -170°C.

Également publié dans Santé publique | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Rééducation orthoptique et limitation de l’exposition aux écrans : un duo gagnant pour traiter les vertiges dus aux troubles de la convergence chez l’enfant

boy and girl standing in front of laptop

Les vertiges liés aux problèmes de vergence chez l’enfant pourraient être traités par l’association d’une rééducation orthoptique et d’une diminution de l’utilisation des écrans.

Également publié dans Santé publique | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Une nouvelle thérapie potentielle pour le traitement des tumeurs

Coupe transversale d'un mélanome

An international team led by Toby Lawrence, Inserm researcher, has developed a potential therapy to reduce tumor size, where previous drugs have failed. Its findings have been published in Journal of Experimental Medicine.

Également publié dans Cancer | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Les conséquences neurologiques du virus Zika enfin dévoilées

L’infection virale Zika est toujours un problème de santé publique mondial. Son agent pathogène est le virus Zika transmis par les moustiques du genre Aedes. Depuis 2007, de nombreuses épidémies ont été recensées en Asie et en Afrique, et plus récemment en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Si le virus est bien connu par les chercheurs et médecins, la fréquence d’apparition des complications neurologiques, leurs tableaux cliniques et leurs pronostics restent encore très énigmatiques. Dans une étude publiée dans Neurology, des équipes de chercheurs français*ont réussi à lever le voile sur les effets à long terme de ce virus. 

Également publié dans Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie, Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie, Santé publique | Mots-clefs : | Commentaires fermés

2 minutes : c’est le temps nécessaire au cœur pour réagir à un changement de lumière

Moins de 5 min, c’est effectivement le temps que mettent nos différents organes vitaux (cœur et cerveau notamment) pour détecter puis adapter leur fonctionnement à un changement de lumière dans l’environnement. Tels sont les résultats d’une nouvelle étude publiée par Claude Gronfier neurobiologiste à l’Inserm et son équipe basée au Centre de recherche en neurosciences de Lyon. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Frontiers in Neurosciences et dans le Journal of Pineal Research.

Également publié dans Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie | Commentaires fermés
fermer
fermer
RSS Youtube