Archives de la catégorie : Cancer

Prédire l’efficacité d’un traitement dans le cancer du poumon grâce à deux prises de sang

4% des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC) sont porteurs du réarrangement de gène ALK. Les chercheurs de Gustave Roussy, de l’Inserm et de l’Université Paris-Sud démontrent que l’on peut aujourd’hui prédire l’efficacité de leur traitement (crizotinib) grâce à deux prélèvements sanguins. Ces prises de sang (avant et 2 mois après le début du traitement) permettent de mesurer la variation du nombre de cellules tumorales circulantes[1] (CTC) porteuses d’une anomalie génétique particulière (nombre anormal de copies du gène ALK). Une diminution du nombre de ces cellules permet de prédire une survie sans rechute plus longue chez ces patients. Ces travaux sont publiés dans la revue Cancer Research le 1er mai. Ils illustrent le potentiel des CTC en tant que biopsie liquide.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

La composition du microbiote intestinal prédit l’efficacité et la tolérance de l’immunothérapie du cancer chez l’homme

Des équipes de l’AP-HP, de l’INRA, de Gustave Roussy et de l’Inserm montrent le rôle du microbiote dans la réponse aux immunothérapies du cancer. Elles révèlent que chez l’homme, la composition du microbiote intestinal aide à identifier les malades qui vont répondre favorablement ou non au traitement du mélanome, l’ipilimumab. Cette étude clinique, menée chez 26 patients, suggère qu’une modification de la composition du microbiote intestinal pourrait améliorer l’efficacité du traitement.

Également publié dans Communiqués/Dossiers, Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie, Santé publique | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Les analyses génomiques à haut débit améliorent les pronostics du cancer !

Cellules cancer. Source : fotolia

Dans une étude publiée le 1er avril 2017 dans la prestigieuse revue Cancer Discovery, les équipes de recherche de Gustave Roussy, de l’Inserm et de l’Université Paris-Sud démontrent que l’analyse du portrait moléculaire de la tumeur cancéreuse permet d’identifier la thérapie adaptée et d’améliorer le pronostic des patients face au cancer. MOSCATO, la plus importante étude menée à ce jour en médecine de précision, le prouve pour la première fois.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Cancer du sein: identification d’un interrupteur moléculaire qui contrôle les cellules souches cancéreuses

Dans un nouvel article des chercheurs de l’Inserm, identifient qu’une molécule d’ARN joue le rôle d’interrupteur moléculaire capable « d’éteindre » ou « d’allumer » la prolifération des cellules souches cancéreuses dans les cancers du sein.

Également publié dans Biologie cellulaire, développement et évolution, Communiqués/Dossiers, Génétique, génomique et bio-informatique | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Des cellules immunitaires modifiées viennent libérer une molécule thérapeutique au cœur des tumeurs

On sait aujourd’hui utiliser des cellules immunitaires équipées pour cibler et détruire spécifiquement certains lymphomes. Des chercheurs rennais de l’unité MICA[1], en collaboration avec des collègues américains du MSKCC[2], vont plus loin aujourd’hui en démontrant que ces cellules peuvent être utilisées pour introduire dans la tumeur une molécule d’intérêt médical, identifiée en étudiant les altérations génétiques caractéristiques du lymphome. Ces travaux introduisant le concept de “micro-pharmacie” sont publiés dans la revue Cell datée du 6 octobre 2016.

Également publié dans Communiqués/Dossiers, Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Nouvelle piste d’immunothérapie contre les rechutes de leucémie post greffe

Une équipe Inserm de l’Institut Mondor de recherche biomédicale vient d’identifier un interrupteur clé de la réponse immunitaire et propose une nouvelle piste d’immunothérapie contre les leucémies. Et peut-être d’autres cancers par la suite. Ces travaux sont publiés dans la revue Blood.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Le microbiote intestinal à la rescousse des chimiothérapies

Deux espèces bactériennes présentes dans l’intestin boostent l’efficacité des chimiothérapies à base de cyclophosphamide en optimisant l’immunité anti-tumorale induite par ce médicament. C’est ce qu’affirment des chercheurs de l’Inserm, de Gustave Roussy, du CNRS, de l’Institut Pasteur de Lille, et des universités Paris Sud et de Lille dans un article publié le 4 octobre dans la revue Immunity

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Vers une amélioration du diagnostic de certains cancers

L’Université Paris Descartes, l’AP-HP, le CNRS et l’Inserm dévoilent une méthode libre de droits qui rend possible l’utilisation à large échelle de l’ADN circulant chez les patients atteints de cancer du poumon et du pancréas. Cette méthode est publiée dans la revue Clinical Chemistry.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Du nouveau dans l’analyse de l’évolution des tumeurs cancéreuses

Des chercheurs de l’Université Paris Descartes, du CNRS, de l’Inserm, de l’Université Paris-Est Créteil (UPEC) et de l’AP-HP ont montré que l’analyse de modifications épigénétiques pourrait être utilisée comme marqueur universel pour le suivi de l’ADN tumoral circulant dans le sang des patients atteints de cancer colorectal. Cette étude repose sur l’analyse de l’hyperméthylation de deux gènes (WIF1 et NPY) par une méthode d’avant-garde : la PCR1 digitale en microgouttelettes. Ces résultats sont parus le 1er juin 2016 dans la revue Clinical Chemistry.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Tumeurs cérébrales : pour la 1ère fois, des ultrasons rendent perméables les vaisseaux sanguins pour accroître la diffusion du traitement

Des équipes de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, de l’Université Pierre et Marie Curie, de l’Inserm et de la société CarThera, hébergée à l’Institut du cerveau et de la moëlle épinière (ICM), coordonnées par le Pr Alexandre Carpentier, neurochirurgien à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, ont réussi grâce aux ultrasons à rendre temporairement perméables des vaisseaux sanguins cérébraux chez des patients atteints d’une tumeur cérébrale maligne en récidive. Cette méthode novatrice permet d’accroître la diffusion des traitements, notamment des chimiothérapies, dans le cerveau, et représente un espoir pour d’autres pathologies cérébrales. Ces travaux ont été publiés le 15 juin dans la revue internationale Science Translational Medicine.

Également publié dans Communiqués/Dossiers, Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie | Mots-clefs : | Commentaires fermés
fermer
fermer
RSS Youtube