Archives de la catégorie : Technologie pour la sante

Une micropompe électronique pour soigner au cœur du cerveau

Agir sur le cerveau exactement au bon moment et au bon endroit est essentiel. C’est pourquoi l’équipe de chercheurs dirigée par Christophe Bernard au sein de l’Unité Inserm 1106 « Institut de neurosciences des systèmes » a développé une micropompe électronique et organique qui, associée à un anti-épileptique, inhibe de manière localisée, la crise épileptique au niveau du cerveau in vitro.

Également publié dans Communiqués/Dossiers, Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Les bases biologiques d’une « bonne santé »

Que signifie, au sens biologique, « être en bonne santé » ? C’est à cette vaste question qu’est consacré le projet du Laboratoire d’Excellence Milieu Intérieur, coordonné à l’Institut Pasteur par le Pr Matthew Albert (unité Immunobiologie des cellules dendritiques, Institut Pasteur/Inserm) et par le Dr Lluis Quintana-Murci (unité de Génétique évolutive humaine, Institut Pasteur/CNRS).

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

La fabrication de neurones moteurs humains à partir de cellules souches s’accélère

Des chercheurs de l’Institut des cellules Souches pour le Traitement et l’Etude des maladies Monogéniques (I-Stem – Inserm/AFM/UEVE) viennent de développer une nouvelle approche pour fabriquer en seulement 14 jours différentes populations de motoneurones à partir de ces cellules.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Vers une meilleure prise en charge du trauma crânien

Dans des conditions normales et à défaut de pouvoir le stocker, le cerveau ne supporte pas d’être privé d’oxygène plus de quelques minutes sans risque de provoquer de graves séquelles. Après un accident (traumatisme crânien ou accident vasculaire cérébral (AVC)), c’est donc l’oxygénation cérébrale que les équipes d’urgence et les médecins tentent de restaurer le plus rapidement possible. Plus les médecins seront rapides et précis, plus les chances de récupérer seront grandes. Une équipe multidisciplinaire a mis au point une nouvelle approche pour mesurer l’oxygénation cérébrale grâce à l’IRM. En plus d’être non invasive, cette technique identifie précisément les zones du cerveau les moins oxygénées. Elle pourrait à terme guider les interventions thérapeutiques pour les rendre plus précises, moins risquées et plus efficaces.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Impression 3D Laser du vivant : une approche innovante à Bordeaux

Le laboratoire “Bio-ingénierie tissulaire” (Unité Inserm 1026) développe des technologies Laser et de micro-fabrication en vue d’imprimer des tissus in vitro et in vivo. Cette unité mixte de recherche de l’Inserm et de l’Université de Bordeaux est l’une des seules au monde à utiliser ce procédé. Les travaux de Fabien Guillemot, chargé de recherche Inserm, et de son équipe ont donc fait figure de pionniers en Europe : dès 2005, ils ont permis de développer la Bio-impression assistée par Laser.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Une stratégie simple et inédite pour réparer des organes

Une équipe dirigée par Ludwik Leibler du laboratoire « Matière molle et chimie » (CNRS/ESPCI ParisTech) et Didier Letourneur du Laboratoire de recherche vasculaire translationnelle (Inserm/Universités Paris Diderot et Paris 13), vient de démontrer que le principe d’adhésion par des solutions aqueuses de nanoparticules peut être utilisé in vivo pour réparer des organes « mous » et des tissus.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Efficacité de la thérapie génique dans les modèles murin et canin de myopathie myotubulaire

Une équipe de chercheurs français du laboratoire Généthon, dirigée par le Dr Anna Buj Bello (Généthon/Inserm), et les équipes américaines de l’University of Washington et de Harvard Medical School, ont démontré l’efficacité d’une thérapie génique dans des modèles de la myopathie myotubulaire, une maladie neuromusculaire extrêmement sévère de l’enfant.

Également publié dans Communiqués/Dossiers, Génétique, génomique et bio-informatique | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Maladie de Parkinson une avancée capitale grâce à la thérapie génique

Une équipe franco-anglaise (AP-HP, Inserm, UPEC, CEA/Mircen, Oxford Biomedica, Cambridge University) a mené une étude clinique de phase 1/2 de thérapie génique chez des patients souffrant d’une forme évoluée de la maladie de Parkinson. Quinze patients ont pu bénéficier de ce nouveau traitement consistant à injecter un vecteur exprimant les gènes de trois enzymes indispensables à la biosynthèse de dopamine, qui fait défaut dans la maladie de Parkinson. Grâce à cette thérapie, certaines cellules dans le cerveau se mettent de nouveau à fabriquer et à sécréter la dopamine. Chez tous les patients, les symptômes moteurs de la maladie ont été améliorés jusqu’à 12 mois après l’administration du traitement.

Également publié dans Communiqués/Dossiers, Génétique, génomique et bio-informatique, Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Un pas vers la chronothérapie personnalisée pour le traitement du cancer

Une étude internationale menée chez des souris par des chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’université Paris-Sud[1] vient d’ouvrir la voie à la personnalisation de la chronothérapie. Dans un article qui vient d’être publié dans la revue Cancer Research, les chercheurs ont montré que l’heure de tolérance optimale à l’irinotécan, médicament anticancéreux largement utilisé, varie de 8 heures selon le sexe et le fonds génétique des souris. Ils ont ensuite construit un modèle mathématique permettant de prévoir, pour chaque animal, l’heure optimale d’administration du médicament.

Également publié dans Cancer, Communiqués/Dossiers, Europe | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Pandoravirus : découverte d’un chaînon manquant entre le monde viral et le monde cellulaire

Pandoravirus salinus observé par microscopie électronique © IGS CNRS-AMU

Des chercheurs du laboratoire Information génomique et structurale (CNRS/Université Aix-Marseille), associés au laboratoire Biologie à Grande Échelle (CEA/Inserm/Université Grenoble Alpes), viennent de découvrir deux virus géants dont le nombre de gènes rivalise avec celui de certains microorganismes cellulaires eucaryotes (cellules à noyau). Ces deux virus d’un type totalement nouveau ont été baptisés « Pandoravirus », ce qui évoque à la fois leur forme en amphore et leur contenu génétique mystérieux. Ces résultats sont publiés en couverture du numéro du 19 juillet 2013 de la revue Science.

Également publié dans Communiqués/Dossiers | Mots-clefs : | Commentaires fermés
fermer
fermer
RSS Youtube