Menu

Octobre rose : mieux comprendre le cancer du sein pour améliorer la prise en charge des patientes

Le mois d’octobre est consacré à sensibiliser au dépistage du cancer du sein et à récolter des fonds pour la recherche.

Si depuis quelques années la mortalité liée au cancer du sein diminue, l’incidence elle augmente. Le cancer du sein représente un tiers de l’ensemble des nouveaux cas de cancer chez la femme et la première cause de décès par cancer chez la femme.

A l’Inserm, de nombreuses équipe de recherche sont mobilisées pour mieux comprendre la maladie, améliorer son diagnostic et offrir aux patientes un meilleur parcours de soin. Trois publications récentes en témoignent.

Identification de biomarqueurs pour prévenir le risque de développer un cancer secondaire

Dans une étude récente publiée dans le British Journal of cancer, une équipe de recherche de l’Inserm a identifié dans le sang de patientes atteintes d’un cancer du sein un microARN spécifique qui pourrait servir de biomarqueur du risque de développer un cancer secondaire.

Plus précisément, la découverte des chercheurs et chercheuses suggère que ce microARN pourrait non seulement prédire le risque de métastase de la tumeur principale, mais serait également directement impliqué dans la pathogenèse d’éventuelles tumeurs secondaires.

Un biomarqueur pour prédire la réponse au traitement des patientes

Dans de récents travaux publiés dans la revue EMBO Mol Med, une équipe de recherche dirigée par la directrice de recherche Inserm Muriel Le Romancer a identifié, pour la première fois, un biomarqueur permettant de prédire la réponse des patientes atteintes d’un cancer du sein vis-à-vis du tamoxifène, qui constitue le traitement de référence pour ces cancers.

A terme, l’utilisation de ce biomarqueur pourrait permettre de valider, de manière très précoce, la réponse thérapeutique des patientes vis-à-vis du tamoxifène et ainsi d’adapter leur prise en charge si cela s’avère nécessaire.

Cancer du sein bilatéral : la première étude complète révèle que les tumeurs sont indépendantes l’une de l’autre

Dans Nature Medicine, une équipe de recherche décrit pour la première fois le cancer du sein bilatéral avec des technologies de séquençage avancées. Les scientifiques ont notamment découvert que le système immunitaire ne réagissait pas de la même manière si les tumeurs droites et gauches étaient de sous-groupes différents (luminal, triple négatif ou HER2). Ces travaux ouvrent des perspectives cliniques pour améliorer la prise en charge des patientes atteintes de cancer du sein bilatéral.

Lire le communiqué de presse complet 

Découvrez un autre de nos contenus récents : Découverte d’un système de réparation de l’ADN inédit, un nouvel espoir pour le traitement des cancers du sein et de l’ovaire

Pour aller plus loin : Consulter le magazine n°55 et son dossier  « Cancers : comprendre pour mieux traiter : https://www.inserm.fr/magazine/inserm-le-magazine-n55/ »

 

Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe, le 22 juin 2023

Coupe transversale d'un rein humain. Illustration 3dCoupe transversale d’un rein humain. Illustration 3d © AdobeStock

La Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe se déroulera cette année le 22 juin. Pour faire face à une pénurie d’organes importante à travers le monde, exacerbée notamment par la pandémie de Covid-19, les recherches portant sur la transplantation se sont multipliées ces dernières années et d’énormes avancées ont été accomplies, mobilisant plusieurs équipes de l’Inserm. Leur objectif premier est de continuer à garantir l’efficacité de ces chirurgies qui sauvent des vies.

Retour sur deux publications récentes qui portent sur des stratégies visant à prédire l’échec le succès ou l’échec des greffes de rein.

 

Prédire le rejet des greffes de rénales

Le rejet est la principale cause d’échec de greffe après transplantation rénale. Il constitue donc, compte-tenu de la pénurie mondiale d’organes, un problème majeur de santé publique.

 

  • Dans une récente étude publiée dans la revue Nature Medicine, une équipe de recherche d’Université Paris Cité, de l’Inserm et de l’AP-HP, dirigée par le Professeur Alexandre Loupy au Centre d’expertise de la transplantation multi-organes de Paris, a créé un assistant informatique automatisé qui permet de corriger 40 % des diagnostics erronés concernant le rejet d’allogreffe chez l’humain. Cette approche permet ainsi de mieux orienter la prise en charge des patients.

 

  • Dans une autre étude récente publiée également dans Nature Medicine, des chercheurs et chercheuses de l’Inserm, de l’Université de Strasbourg et des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg au sein de l’unité U1109 « Immunologie et Rhumatologie Moléculaire », et leurs partenaires du Laboratoire d’Excellence (LabEx) Transplantex, ont identifié un nouveau gène d’histocompatibilité -le gène MICA. En d’autres terme, il s’agit d’un gène qui permet de mieux expliquer et prédire le succès ou l’échec d’une greffe de rein.

11-23 mai : Journées nationales de rhumatologie

Arthrose de la main © Fotalia

Particulièrement douloureuses, invalidantes et touchant différentes tranches d’âge—pas uniquement les personnes âgées —, les maladies des articulations (arthrites, arthroses) ne bénéficient pas encore de traitements curatifs. Heureusement, la recherche dans ce domaine est très active. A l’approche des journées nationales de rhumatologie qui auront lieu du 10 au 23 mai prochain à Grenoble, l’Inserm vous propose de découvrir trois dernières avancées de la recherche réalisées au sein de l’institut sur ces maladies spécifiques.

Des maladies qui touchent les femmes plus que les hommes

Les trois quarts des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde sont des femmes. Une des explications à ce biais sexuel tient au fait que le chromosome X, dont la femme possède deux copies (contre une seule chez l’homme), contient de nombreux gènes impliqués dans les fonctions immunologiques.

Une étude menée par l‘Inserm[i] s’est intéressée plus spécifiquement à l’étiologie de la polyarthrite rhumatoïde chez les rares hommes concernés. Les scientifiques ont étudié les chromosomes sexuels présents dans les cellules sanguines de patients atteints de cette maladie.

Lire l’article complet

Du Botox ® pour soulager l’arthrose du pouce

Lors d’un essai qui a porté sur 60 patients, publié en juin 2022, le groupe de recherche de Christelle Nguyen a évalué une approche prometteuse : l’injection intra-articulaire de toxine botulique de type A (Botox®). Cette stratégie s’est avérée 62 % plus efficace contre la douleur que le placebo (injection intra-articulaire de sérum salé). Le tout, sans effet indésirable sévère. Malheureusement, cette efficacité ne s’est pas maintenue au-delà de 3 mois. D’où l’idée de réaliser une injection de la même dose de Botox® tous les 3 mois.

Lire le communiqué de presse 

Arthrose : des cellules souches encapsulées pour protéger l’articulation

En cas d’arthrose, préserver le cartilage grâce à l’injection locale de cellules souches est une option explorée par les chercheurs depuis plusieurs années. Une équipe Inserm propose d’utiliser des cellules souches particulières, dites « mésenchymateuses », encapsulées dans un microgel, pour augmenter leur durée de vie après administration et les empêcher de migrer ailleurs. À terme, cette approche pourrait permettre de proposer aux patients une injection thérapeutique unique avec un effet durable.

Lire l’article complet 

[i] *unité 1097 Inserm/ Aix-Marseille Université, Arthrites Autoimmunes, Marseille.

Rendez-vous à ne pas manquer :

Mardi 23 mai 2023 à 20h30, rendez-vous sur la chaîne YouTube de l’Inserm pour un nouveau numéro de « 30 minutes Santé » qui sera consacré à l’arthrose.

Lire le grand angle du Magazine de l’Inserm consacré aux articulations :

Articulations : Des rouages vitaux à mieux protéger – dossier Grand angle du magazine de l’Inserm n° 56 (mars 2023)

Emission à réécouter sur France Culture, un partenariat entre la Science CQFD et le Magazine de l’Inserm : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-science-cqfd

Autres contenus sur le sujet :

Journée mondiale du paludisme – 25 avril 2023

moustique

© Fotalia

La journée mondiale de lutte contre le paludisme est organisée tous les ans le 25 avril. Instituée par les États Membres de l’OMS lors de l’Assemblée mondiale de la Santé 2007, cette journée est l’occasion de rappeler la nécessité d’un engagement politique et scientifique durable, associé à des moyens financiers, en faveur de la prévention de la lutte contre le paludisme.

Si des progrès ont été faits au cours des dernières décennies pour réduire son incidence ainsi que la mortalité, et pour améliorer la prise en charge, le paludisme touche encore des millions de personnes. Comme le souligne l’OMS, 247 millions de cas de paludisme ont été rapportés dans le monde en 2021. Le nombre estimé de décès imputables à cette maladie s’est élevé à 619 000 cette année-là.

Pourtant il s’agit d’une pathologie évitable et dont on peut guérir. Les efforts de recherche fournis par des scientifiques du monde entier, dont des équipes de l’Inserm, contribuent un peu plus chaque jour à améliorer la situation. 

 

Retour sur quelques travaux récents menés au sein de l’Inserm

 

  • Dans une récente étude publiée dans la revue Nature Communications  s’est intéressée aux globules rouges infectés par le parasite du paludisme, et a explicité les mécanismes de filtration du sang par la rate. Elle a identifié deux médicaments susceptibles de décupler l’efficacité de cette filtration. Les globules rouges infectés seraient alors retenus dans la rate pour y être détruits et éliminés, stoppant ainsi la transmission de la maladie.

Pour plus d’infos, lire notre communiqué de presse : https://presse.inserm.fr/paludisme-rigidifier-les-globules-rouges-infectes-pour-stopper-la-transmission-de-la-maladie/66868/

 

  • À Montpellier, une équipe de chercheurs a montré les premiers éléments d’un mécanisme crucial pour la virulence des agents du paludisme et de la toxoplasmose, les parasites Plasmodium et Toxoplasma. Cette découverte devrait permettre de comprendre enfin comment les cellules hôtes sont envahies par ces pathogènes, avec à la clé de nouvelles stratégies thérapeutiques qui ciblent spécifiquement ce mécanisme.

Pour plus d’infos lire notre article : https://www.inserm.fr/actualite/paludisme-et-toxoplasmose-comment-parasite-infecte-cellules-hotes/

 

  • Une autre équipe dirigée par Olivier Silvie, et associant des chercheurs et chercheuses de l’Inserm et de Sorbonne Université, a combiné une approche génétique originale à une technique de microscopie électronique tridimensionnelle et a identifié ainsi un complexe de protéines essentiel à la transmission du paludisme. Ce complexe, appelé AMA1-RON, est nécessaire non seulement pour l’invasion des globules rouges, mais aussi pour l’infection des cellules hépatiques et pour la colonisation des glandes salivaires chez le moustique. Ce travail révèle de nouveaux aspects des interactions hôte-parasite au cours du paludisme. Les résultats ouvrent de nouvelles pistes pour le développement de stratégies antipaludiques visant à bloquer la transmission du paludisme. Ils font l’objet d’une publication dans la revue Plos Pathogens.

 

  • La plante Artemesia pour soigner le paludisme, vraiment ? Dans cet article, la série Canal Détox de l’Inserm se penche sur le débat portant sur l’efficacité de divers produits non pharmaceutiques à base d’Artemisia tels que des infusions ou des produits d’herboristerie dans le traitement du paludisme.

Retrouvez l’article complet sur notre salle de presse : https://presse.inserm.fr/canal-detox/lartemisia-plante-miracle-vraiment/

 

  • Le paludisme pendant la grossesse représente un problème de santé publique majeur dans les régions où la maladie est endémique, augmentant de manière substantielle les risques pour la santé de la mère et de l’enfant à naître. La pathologie est notamment associée à un faible poids de naissance pour le bébé et à un sur-risque de mortalité néonatale. Pour protéger cette population, une équipe de chercheurs Inserm et Université de Paris dirigée par Benoît Gamain, directeur de recherche CNRS, développe un vaccin à l’Institut national de transfusion sanguine. Baptisé PRIMVAC, celui-ci a fait l’objet d’un essai clinique pour étudier la tolérance au vaccin et obtenir des données préliminaires sur sa capacité à induire une réponse immunitaire adaptée, avec des résultats prometteurs.

Lire notre communiqué de presse sur le sujet : https://presse.inserm.fr/premiers-resultats-cliniques-prometteurs-dun-vaccin-visant-a-proteger-les-femmes-enceintes-du-paludisme/38114/

Mois de prévention et d’information sur l’endométriose

endométriose

© 2019 Flore Avram/Inserm

On estime à 1,5 million le nombre de Françaises qui seraient atteintes d’endométriose. Ce chiffre est sans doute sous-estimé car bien que fréquente, cette maladie gynécologique demeure encore mal repérée. En effet, les connaissances sur l’endométriose par les professionnels de santé restent insuffisantes et les retards de diagnostic importants. A l’Inserm, des équipes de recherche travaillent depuis plusieurs années pour mieux appréhender la maladie et améliorer la vie des patientes touchées par des douleurs souvent invalidantes, causes de fatigue, de dépression, ou d’anxiété. 

En ce mois de mars 2023, avec la semaine européenne de prévention et d’information sur l’endométriose (6 au 12 mars 2023) et  la marche mondiale pour l’endométriose qui aura lieu le 25 mars, l’Inserm revient sur cette maladie et sur le nouveau souffle donné à la recherche avec l’annonce d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose en 2022, dans laquelle l’Institut s’est vu confier un rôle clé.

 

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une maladie caractérisée par la présence anormale, en dehors de la cavité utérine, de fragments de tissu semblable à celui de la muqueuse de l’utérus. Ces fragments vont s’implanter et proliférer sur de nombreux organes sous l’effet de stimulations hormonales.  Les principaux symptômes sont des douleurs (douleurs pelviennes notamment, surtout pendant les règles) et, dans certains cas, une infertilité.

Lire le dossier complet sur l’endométriose : https://www.inserm.fr/dossier/endometriose/

 

L’Inserm, un acteur clé de la recherche sur la santé des femmes

Il y a un an, le président de la République a annoncé le lancement de la  Stratégie nationale de lutte contre l’endométriose.

Dans ce contexte, l’Inserm s’est vu confier par ses ministères de tutelle l’élaboration d’un PEPR exploratoire sur la santé des femmes et la santé des couples. Ce programme couvrira non seulement la recherche sur l’endométriose – de la compréhension de ses mécanismes cellulaires à la prise en charge des patientes – mais aussi les domaines de la fertilité, de l’assistance médicale à la procréation et sur les effets de l’exposition in utero aux antiépileptiques (valproate de sodium et autres). Il comprendra en outre la création d’une base de données constituée à partir des six cohortes nationales déjà existantes, pour en savoir plus sur la fréquence, les facteurs de risque et les conséquences de l’endométriose à tous les niveaux de la vie des personnes atteintes et de leur entourage.

Lire le dossier de presse : Stratégie nationale de lutte contre l’endométriose

 

Soucieux de diffuser une information scientifique fiable, factuelle et de qualité, l’Inserm est également mobilisé contre la diffusion de fausses informations qui pourraient circuler sur ce sujet. A ce titre, l’annonce récente d’un test de diagnostic salivaire de l’endométriose a fait l’objet d’un décryptage de notre cellule riposte :

Pour aller plus loin : Lire notre Canal Détox : « Un test salivaire pour diagnostiquer l’endométriose, vraiment ? »

28 février : journée internationale des maladies rares

maladies rares

Une maladie est considérée « rare » dès lors qu’elle ne concerne pas plus d’une personne sur 2000. Si bon nombre des maladies rares sont déjà bien décrites dans la littérature scientifique, des zones d’ombre subsistent. A l’Inserm, plusieurs équipes travaillent quotidiennement pour mieux comprendre les mécanismes impliqués et améliorer le diagnostic et le traitement des personnes touchées par ces maladies aux réalités diverses.

A l’approche de la journée internationale des maladies rares, l’Inserm revient sur trois études qui attestent du dynamisme de la recherche sur ce sujet.

Granulomatose septique chronique : des biomarqueurs pour prédire l’efficacité de la thérapie génique

La granulomatose septique chronique est une maladie génétique rare et grave du système immunitaire.  Elle est causée par une mutation du gène CYBB localisé sur le chromosome X, et touche principalement les garçons. Les patients atteints de cette maladie souffrent d’infections bactériennes et fongiques récurrentes qui peuvent compromettre leur pronostic vital à court terme.

Dans une étude publiée en 2023, des chercheurs et chercheuses ont mis en évidence 51 biomarqueurs qui permettraient de prédire le succès d’une thérapie génique chez des patients atteints.

Mucoviscidose : une nouvelle perspective thérapeutique grâce à des recherches sur un champignon comestible

Une molécule issue d’un champignon comestible pourrait ouvrir des perspectives thérapeutiques pour des patients atteints de mucoviscidose, la maladie génétique rare la plus fréquente.

Une équipe de recherche dirigée par Fabrice Lejeune, chercheur Inserm, a testé les effets de la 2,6-diaminopurine (DAP), l’un des principes actifs contenus dans le champignon Lepista flaccida, dans différents modèles expérimentaux de la maladie.

Les scientifiques ont montré que cette molécule pourrait avoir un intérêt thérapeutique pour les patients atteints de mucoviscidose liée à une mutation particulière, dite mutation non-sens.

Syndromes d’hypercroissance dysharmonieuse : premier et unique traitement autorisé par les autorités américaines

Les syndromes d’hypercroissance dysharmonieuse sont un groupe de maladies génétiques rares qui se caractérisent par le développement d’excroissances déformant certaines parties du corps et responsables de douleurs intenses, de fatigue, de saignements et de divers dysfonctionnements. Les malades souffrent ainsi de handicaps sévères et leur pronostic vital peut être parfois engagé.

Une étude clinique majeure menée par des équipes de l’Inserm, l’AP-HP et l’Université Paris Cité a démontré l’efficacité d’un médicament habituellement utilisé dans le cancer du sein. Il fonctionne en bloquant le gène défaillant responsable de ces syndromes. Les patients traités ont vu leurs lésions régresser et leurs symptômes s’améliorer. Ces résultats importants ont abouti en 2022 à une autorisation de mise sur le marché de ce médicament comme premier et unique traitement de ces maladies, par l’agence américaine du médicament (FDA).

13 février : Journée Internationale de l’épilepsie

© Fotolia

Près de 50 millions de personnes dans le monde sont atteintes d’épilepsie, ce qui en fait l’un des troubles neurologiques les plus fréquents, en troisième position derrière la migraine et les démences. L’épilepsie est associée à des crises avec convulsions, rigidité musculaire… Mais chaque syndrome épileptique peut se manifester par une grande variété de symptômes et être accompagné de troubles l’humeur, de la cognition, du sommeil… Il n’y a pas une mais des épilepsies.

A l’Inserm, des équipes de recherche sont très actives sur le sujet pour faire avancer les connaissances scientifiques sur l’épilepsie et mieux documenter les mécanismes à l’origine de cette maladie complexe. L’objectif ? améliorer les options de traitement des personnes qui en sont atteintes.

Retour sur deux études publiées récemment, qui attestent du dynamisme de la recherche sur ce sujet.

Ralentir la progression des épilepsies liées aux malformations cérébrales

Dans une étude publiée dans la revue Neurobiology of disease, des chercheurs de l’Inserm au sein de l’Institut de neurobiologie de la Méditerranée (Inmed), se sont intéressés aux anomalies de développement du cortex cérébral, qui conduisent à des épilepsies souvent sévères de l’enfant et de l’adolescent.

Les chercheurs sont parvenus à étudier l’émergence et la progression des crises associées à ce type d’épilepsie dans un modèle animal, grâce à un suivi sur plusieurs mois de l’activité cérébrale par électrocorticographie[1]. Ils ont ensuite pu approfondir leurs découvertes grâce à une approche génétique permettant de supprimer l’activité de certains neurones : leurs résultats ont suggéré que des interventions correctrices ciblées menées précocement pourraient modifier favorablement la progression des épilepsies liées aux malformations cérébrales.

Réduire les crises grâce une stratégie de reprogrammation cellulaire

De nombreuses pathologies du système nerveux central, comme l’épilepsie dite « mésio- temporale »[2], sont associées à une mort de neurones sans que le cerveau ne soit capable de les régénérer. Les cellules gliales présentes dans l’environnement direct des neurones endommagés réagissent en se multipliant, sans que cette réponse gliale ne résolve le problème.

Une équipe de chercheurs associant l’Inserm est parvenue à transformer ces cellules gliales du cerveau en nouveaux neurones dans un modèle de souris atteint d’épilepsie mésio-temporale. Les chercheurs ont pu montrer une réduction de moitié des crises épileptiques dans ces modèles animaux.

Ces résultats publiés dans la revue Cell Stem Cell, suggèrent ainsi le potentiel thérapeutique de cette stratégie de reprogrammation cellulaire pour combattre une pathologie comme l’épilepsie mésio-temporale. Une piste intéressante pour cette maladie alors que 30% des patients qui en sont atteints sont réfractaires aux traitements pharmacologiques actuellement disponibles.

Lire le communiqué de presse : https://presse.inserm.fr/regenerer-les-neurones-perdus-un-pari-reussi-pour-la-recherche/43866/

[1] Enregistrement de l’activité neuronale par l’intermédiaire d’électrodes directement placées sur le cortex cérébral.

[2] Forme la plus fréquente d’épilepsie focale de l’adulte.

Journée mondiale contre le cancer : zoom sur la recherche

Image en superrésolution d’un groupe de cellules T tueuses (vertes et rouges) entourant une cellule cancéreuse (bleue, au centre). © Alex Ritter, Jennifer Lippincott Schwartz and Gillian Griffiths, National Institutes of Health

 

La journée mondiale contre le cancer, qui se tient chaque année le 4 février, est l’occasion de mobiliser médecins, chercheurs et patients pour sensibiliser le public aux principaux enjeux de la lutte contre la maladie. Avec ses partenaires, l’Inserm œuvre pour faire avancer la recherche afin d’améliorer le dépistage et la prise en charge des malades, mais aussi d’identifier de nouvelles pistes thérapeutiques. Zoom sur trois études récemment publiées.

 

  1. Lutter contre les effets délétères d’une chimiothérapie

Le cisplatine est une chimiothérapie indiquée pour lutter contre les tumeurs dans de nombreux cancers. Elle s’accompagne toutefois d’effets secondaires importants : toxicité au niveau des reins, douleurs neuropathiques importantes… Dans une étude parue en novembre 2022 dans  The Journal of Clinical Investigation, une équipe de recherche Inserm à  Lille a identifié un médicament prometteur pour lutter contre ces effets délétères pour les patients.

Déjà autorisée contre la maladie de Parkinson, cette molécule appelée istradefylline pourrait non seulement réduire les effets secondaires de la chimiothérapie mais aussi améliorer ses propriétés anti-tumorales. Ces résultats devront maintenant être consolidés dans le cadre d’un essai clinique.

 

  1. Immunothérapie : identification d’un nouveau biomarqueur

En moins de dix ans, l’immunothérapie a considérablement progressé au point de constituer aujourd’hui une indication thérapeutique dans plus d’une vingtaine de cancers. Cependant, il existe encore des freins. Ces thérapies ne fonctionnent pas encore pour tous les patients. Pour améliorer cette situation, des scientifiques travaillent donc activement à mieux comprendre les mécanismes d’action de l’immunothérapie et les obstacles potentiels.

Une équipe de recherche  Inserm au PARCC (UMR-S 970 Université Paris Cité, Inserm, Hôpital Européen Georges Pompidou – AP-HP) a récemment mis en évidence non seulement l’existence d’un mécanisme qui permet à certaines cellules tumorales dérivées du cancer du rein de survivre à l’action du système immunitaire mais également l’existence d’un biomarqueur soluble dans le sang, CD27, caractéristique de certaines formes de cancer.

Les chercheurs ont notamment montré que la présence de CD27 soluble à des taux élevés dans le sang était associée à une mauvaise réponse des patients à l’immunothérapie. Ces résultats, publiés dans la revue Clinical Cancer Research , ont donné lieu au dépôt de deux brevets.

  1. L’épigénétique éclaire les biais de genre dans la prédisposition à certains cancers

Une nouvelle étude de l’Inserm s’est intéressée au rôle épigénétique d’un ARN non-codant dans le développement de tumeurs agressives, notamment dans le cancer du sein. Publié dans la revue Cell ce travail expliquerait en partie certains des biais de genre dans la prédisposition à certaines pathologies.

Pour rappel, l’épigénétique est une discipline qui étudie les mécanismes intervenant dans la régulation des gènes, essentielle à l’action des cellules et au maintien de leur identité.

 « Cancers : comprendre pour mieux traiter » : le magazine de l’Inserm n°55 est en ligne

Thérapies ciblées, anticorps de nouvelle génération, thérapies cellulaires, vaccins anticancer… Tout cet arsenal thérapeutique qui a déjà révolutionné la lutte contre les cancers, ou va prochainement le faire, a pour point de départ une seule et même origine : une meilleure connaissance des mécanismes moléculaires à l’œuvre au sein des cellules cancéreuses et une compréhension plus fine de leurs interactions avec leur proche environnement. Le dernier magazine de l’Inserm dédié à la lutte contre le cancer, qui retrace ces avancées, est à découvrir ici.

Le Dry January : une pause pour faire le point sur sa consommation d’alcool

Alcool

L’alcool était la 7ème cause de perte d’années de vie en bonne santé dans le monde en 2016, et aussi la première cause d’hospitalisation en France. © Adobe Stock

Au lendemain des fêtes de fin d’année, l’heure est aux bonnes résolutions. Certains se lanceront d’ailleurs dans le « Dry January » ou le défi sans alcool du mois de janvier (« Janvier Sobre ») pour récupérer des excès des derniers jours. L’objectif : faire une pause dans sa consommation et réfléchir à son rapport à l’alcool. D’autant que la consommation d’alcool est un facteur de risque majeur pour la santé : elle est impliquée directement ou indirectement dans la survenue d’une soixantaine de maladies.

En 2021, l’Inserm a publié une expertise collective pour dresser un état des lieux des dommages liés à l’alcool et formuler les pistes de recherche et d’actions visant à les réduire. Les scientifiques se sont notamment intéressés aux bénéfices des périodes « sans alcool » et plus précisément à la campagne de sensibilisation annuelle Dry January qui est originaire du Royaume-Uni

Le choix du mois de janvier semble idéal : les potentiels excès pendant les fêtes et l’envie de « détox » suite à cela, associés aux bonnes résolutions de début d’année, sont autant d’arguments qui motivent les participants à relever le défi.

Selon les experts de l’Inserm, en plus d’être associé à des changements dans la consommation observables jusqu’à 6 mois après le défi, un arrêt de consommation d’alcool pendant un mois permettrait aussi l’amélioration de paramètres physiologiques, cognitifs, de bien-être et de qualité de vie. L’expertise collective de l’Inserm s’est ainsi positionnée en faveur du lancement de campagnes d’arrêt de la consommation, à l’image de l’opération « Dry January », dont les bénéfices (et le faible coût) ont été démontrés.

L’expertise collective de l’Inserm :

Ce document présente la synthèse et les recommandations issues des travaux du groupe d’experts réunis par l’Inserm dans le cadre de la procédure d’expertise collective pour répondre à la demande de la Mildeca et du ministère en charge de la Santé concernant la réduction des dommages associés à la consommation d’alcool, les stratégies de prévention et d’accompagnement.

Ce travail s’appuie essentiellement sur les données issues de la littérature scientifique disponible lors du premier semestre 2020. Près de 3 600 documents ont été rassemblés à partir de l’inter- rogation de différentes bases de données (PubMed, Web of sciences, Scopus, socINDEX, Cairn, Pascal, Francis, Econbizz, JSTOR, OpenEdition Journals, Isidore, Persée).

Consulter le communiqué de presse

Consulter la synthèse de l’expertise collective

1er décembre 2022 : Journée mondiale de lutte contre le sida

Macrophages infectés par le VIH

Macrophages infectés par le VIH : Les protéines virales sont en vert, les microtubules en rouge et les noyaux en bleu. Taille des noyaux : 5µm © Inserm/Institut Curie, R. Gaudin/P. Bernaroch

Jeudi 1er décembre 2022 aura lieu la Journée mondiale de lutte contre le sida.

Organisée dans de nombreux pays par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis 1988, cette journée vise à informer et à sensibiliser le grand public quant aux moyens préventifs, au traitement et à la prise en charge du virus d’immunodéficience humaine (VIH) / sida.

On estime à 38,4 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH à la fin de 2021. Très impliqués dans la recherche dans ce domaine, les scientifiques de l’Inserm se sont tout au long de l’année mobilisés afin de trouver de nouvelles stratégies de prévention, de diagnostic et de traitement. Retour sur deux récentes études publiées en 2022, qui témoignent de cette implication.

La prise du traitement du VIH intermittente aussi efficace qu’une prise quotidienne chez les patients traités

Pour améliorer la tolérance des traitements antirétroviraux chez les personnes vivant avec le VIH, des chercheurs et chercheuses de l’ANRS-MIE et de l’Inserm ont étudié la prise d’un traitement quatre jours par semaine au lieu d’une prise quotidienne, en régime d’entretien.

Cette approche innovante a montré que la prise du traitement de façon intermittente était aussi efficace qu’une prise quotidienne chez les patients traités et ce après quasiment un an de suivi chez 636 patients. L’article princeps de cette étude a été publié le 2 février 2022 dans The Lancet HIV.

 

Prévention du VIH : la prise de la prophylaxie pré-exposition à la demande est aussi efficace qu’en prise continue

Une autre étude portée par l’ANRS-MIE, en collaboration avec l’Inserm, est quant à elle venue confirmer qu’une prise de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) à la demande était une alternative aussi efficace et sûre que la PrEP prise quotidiennement en ce qui concerne la prévention du VIH.

Parmi les 3 056 volontaires de l’étude, tous à haut risque d’infection, l’incidence du VIH sous PrEP était faible (1,1 cas pour 1 000 personnes années de suivi) et ne différait pas entre le groupe utilisant la PrEP au quotidien et celui la prenant à la demande.

Peu de données existaient jusqu’alors sur cette modalité de prise de la PrEP : cette étude, qui a duré trois ans, a apporté de nouvelles preuves en faveur de son ajout dans l’offre de prévention du VIH et a conduit l’OMS à l’approuver pour les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). Les résultats sont parus le 27 juin 2022 dans The Lancet HIV.

 

fermer