Category Archives: Immunology, inflammation, infectiology and microbiology

La souche historique du SARS-CoV-2 décroît alors que progression du variant britannique s’intensifie

Face à l’apparition des variants du SARS-COV2, de nouvelles projections concernant la dynamique épidémique sont nécessaires pour accompagner les politiques publiques. D’après les derniers scénarios élaborés par les chercheurs de l’Inserm sous la direction de Vittoria Colizza, le variant « britannique » pourrait devenir dominant en France d’ici la fin du mois.

Was SARS-CoV-2 Already in France in November 2019?

Based on a retrospective analysis of serum samples from over 9,000 adults participating in the French cohort Constances[1], a study by Inserm researchers found that out of the 353 participants with positive SARS-CoV-2 antibody tests, 13 had had their samples taken between November 2019 and January 2020 – with confirmation by neutralizing antibodies testing. Investigations in 11 of these participants revealed the existence of symptoms possibly related to a SARS-CoV-2 infection or situations at risk of potential SARS-CoV-2 exposure.

Obésité et « maladie du foie gras » augmentent la vulnérabilité des patients atteints de Covid-19

Des chercheurs ont identifié des biomarqueurs chez les patients obèses atteints « maladie du foie gras » expliquant ce risque plus élevé de maladie sévère.

Comment modéliser l’impact de la réouverture des écoles sur l’épidémie de Covid-19?

L’équipe de la directrice de recherche Inserm Vittoria Colizza à l’Institut Pierre Louis d’Epidémiologie et de Santé Publique (Inserm/Sorbonne Université) publie un nouveau rapport pour modéliser l’impact potentiel de la réouverture des écoles en Ile-de-France sur la progression de l’épidémie.

Les conséquences neurologiques du virus Zika enfin dévoilées

L’infection virale Zika est toujours un problème de santé publique mondial. Son agent pathogène est le virus Zika transmis par les moustiques du genre Aedes. Depuis 2007, de nombreuses épidémies ont été recensées en Asie et en Afrique, et plus récemment en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Si le virus est bien connu par les chercheurs et médecins, la fréquence d’apparition des complications neurologiques, leurs tableaux cliniques et leurs pronostics restent encore très énigmatiques. Dans une étude publiée dans Neurology, des équipes de chercheurs français*ont réussi à lever le voile sur les effets à long terme de ce virus. 

Repurposing Drugs to Fight the Flu: a Phase 2 Clinical Trial for FLUNEXT

L’équipe VirPath du CIRI, en collaboration avec le laboratoire du Dr Guy Boivin (chaire de recherche du Canada sur les virus émergents, a développé et validé une stratégie innovante qui consiste à identifier et exploiter directement des échantillons infectieux prélevés cliniquement, afin de sélectionner et d’utiliser des médicaments déjà commercialisés pour soigner d’autres virus (on parle alors de « repositionnement de médicaments »). Ce programme a été financé par l’Inserm, la DGOS, l’Agence National de la Recherche, la Région Auvergne Rhône-Alpes, l’Université Claude Bernard et l’Université Laval.

Malaria: new insights into the mechanisms of parasite entry into liver cells

Malaria remains a major cause of mortality in the world, especially in Africa. The disease is caused by Plasmodium parasites, which are transmitted by mosquitoes.

Zika virus infects the human retina

Deux équipes de l’Inserm viennent de démontrer que le virus Zika peut infecter l’’épithélium pigmentaire de la rétine humaine et serait ainsi potentiellement capable de provoquer des atteintes rétinienne. Cette étude est publiée dans Journal of Virology.

Narcolepsy-cataplexy, a sleep disorder, may have an autoimmune origin

Narcolepsy-cataplexy is a rare and serious sleep disorder characterised by excessive daytime drowsiness and sudden loss of muscle tone. It is due to the loss of a population of neurons, known as the orexinergic neurons, located in the lateral hypothalamus. These neurons secrete a neurotransmitter, orexin, which stimulates the appetite and waking state. The aetiology of the disorder remains poorly known, although the genetic and environmental factors associated with narcolepsy, together with serological data, all point to a probable autoimmune origin.

Septicaemia: the kidney protected by white blood cells

L’équipe de recherche montre dans un article publié dans le Journal of the American Society of Nephrology que certains globules blancs activés lors de la réponse immunitaire, les monocytes, exercent un effet protecteur sur le tissu rénal chez des souris modèles de septicémie.

fermer
fermer
RSS Youtube